Connecte-toi avec nous

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Viva Technology 2018 : la Start-up ivoirienne Lifi Led invitée à participer à un échange sur les enjeux de l’entrepreneuriat

Publié

on

Conviée à prendre part à la troisième édition de Viva Technology (VivaTech), du 24 au 26 mai à Paris, la start-up ivoirienne Lifi Led participera à une session d’échange organisée par le Conseil Présidentiel pour l’Afrique et Bpifrance, afin de faire progresser la réflexion sur les enjeux de l’entrepreneuriat en Afrique et les solutions pour le favoriser.

En prélude à ce grand rendez-vous, Lifi Led est conviée par le Conseil Présidentiel pour l’Afrique (CPA) et la Banque Pour l’Investissement (Bpifrance), à une session d’échange et de créativité, le 23 mai, sur le thème « Start-up africaines : Vous appuyer pour décoller encore plus vite. Favoriser les synergies avec les acteurs français ». Cette session a pour but de faire progresser la réflexion sur les enjeux de l’entrepreneuriat en Afrique et les solutions pour le favoriser. Les résultats de ces réflexions collectives seront présentés au Président de la République de France, Emmanuel Macron.

La participation de Lifi Led Côte d’Ivoire à cet atelier puis au salon parisien VivaTech constitue une étape importante de son ambition d’offrir l’électricité et la connexion internet aux populations africaines dans les zones non couvertes par les fournisseurs traditionnels. La stratégie de Lifi Led tire parti de la technologie Lifi, une solution de communication sans fil qui utilise le réseau d’éclairage LED pour transmettre des données à la vitesse de la lumière et produire une connexion internet 30 fois plus rapide que le Wifi. Grâce à ses ampoules LED alimentées en énergie solaire, Lifi Led Côte d’Ivoire a apporté l’éclairage et l’internet à Brahimakro. Dépourvu d’électricité, ce village de 1600 âmes situé à 70 Km d’Abidjan est entièrement éclairé et connecté, après 72 heures de travaux réalisés entre le jeudi 15 et le samedi 17 mars 2018.

Des installations similaires ont été réalisées en avril 2017 à Drongouiné, dernier village dans l’Ouest de la Cote d’Ivoire, à 12 Km de la ville de Danané. La solution Lifi Led est actuellement en cours de déploiement à Bangui, en Centrafrique. L’engagement de Lifi Led Côte d’Ivoire dans l’électrification et l’extension de la connexion internet en fait un acteur important dans le développement durable et l’économie verte. Il justifie, en outre, Ange Frédérick BALMA parmi les enfants de Brahimakro.

« Nous franchissons une nouvelle étape dans la formulation des propositions qui auront un impact réel sur les populations en Afrique comme ailleurs. Notre solution Lifi permet une économie de plus de 80% de la consommation de l’éclairage. De plus, elle transforme les coûts d’éclairage en un nouveau support de communication ouvert à toutes sortes d’application », déclare Ange Frédérick BALMA, président-directeur général de Lifi Led Côte d’Ivoire.

Le rêve de Lifi Led Côte d’Ivoire est de faire de l’Afrique un continent où la lumière apporte effectivement de l’espoir, celui d’un développement inclusif, a expliqué son PDG. Lifi Led Côte d’Ivoire est une Entreprise de droit ivoirien à fort potentiel de développement, Lifi Led (www.lifi-led.ci) est la première start-up africaine spécialisée dans la fourniture de services de connectivité basés sur l’intégration de solutions Lifi et l’éclairage intelligent (Smart Lighting).

Lifi Led Côte d’Ivoire a bénéficié de l’accompagnement de la Fondation Jeunesse Numérique pilotée par le Ministère de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste. Elle s’emploie à son tour à former et encadrer des Tech entrepreneurs ivoiriens à travers son laboratoire dénommé « BpiLab Invest ». Lifi Led est présente au Burkina Faso, au Mali et en France. La Start-Up ivoirienne s’est vue attribuée une dizaine de distinctions. Son président Directeur général, Ange Frédérick BALMA figure parmi les dix personnalités clés de l’économie numérique de la Côte d’Ivoire.

SOURCE : Abidjan.net

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Projet IFADEM-PAPDES: 137 encadrants formés à Abengourou

Publié

on

Cent trente sept encadrants des  dispositifs de formation des instituteurs et des directeurs d’école primaire, élaborés dans le cadre du projet d’appui à l’amélioration des apprentissages premiers et à la direction des établissements primaires de Côte d’Ivoire (IFADEM-PAPDES), ont pris part de jeudi à samedi à Abengourou à un atelier de formation visant à renforcer leurs capacités en vue d’un meilleur suivi pédagogique et administratif des bénéficiaires (apprenants).

Il s’agissait de leur permettre de s’approprier le concept de formation Ifadem, la méthodologie de formation à distance, les contenus des livrets de formation, les contenus de formation TICE et les outils de tutorat et de supervision en vue du suivi-évaluation.

Les trois jours de travaux ont été marqués par des communications en plénière, des ateliers au cours desquels les formateurs sont intervenus sur les livrets et les guides de formation. Les participants ont également été initiés aux techniques d’information et de communication  (TIC) et à l’internet.

L’atelier d’Abengourou est le deuxième du genre d’une série de trois ateliers dont le premier s’est tenu du 03 au 06 décembre à Grand-Bassam avec 116 participants et le troisième prévu du 17 au 20 décembre à Yamoussoukro avec 105 participants.

Le projet IFADEM-PAPDES a été conçu par le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle pour corriger les insuffisances constatées chez les élèves ivoiriens au niveau de la lecture et de l’écriture, explique-t-on.

« Des évaluations nationales et internationales ont montré que les élèves de Côte d’Ivoire ont des difficultés au niveau des premiers apprentissages (lecture et écriture). Ils ne sont pas au niveau des autres pays qui participent à ces évaluations. Le ministère a donc décidé de trouver des solutions. Des projets ont été mis en place dont IFADEM-PAPDES », a expliqué le chef de projet, Kané Soumaïla.

Financé par l’AFD à hauteur d’environ quatre milliards FCFA à travers le contrat de désendettement et développement (C2D), le projet IFADEM-PAPDES va contribuer  à améliorer les compétences professionnelles de 26 000 enseignants, dont 10 000 instituteurs qui tiennent des classes de CPI, CP2 et CE1, 15 000 directeurs d’école primaire publique et 1000 chefs d’établissements secondaires sur tout le territoire national au terme des trois années (2018-2021)de mise en œuvre.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Cours en ligne / Lancement officiel de la plateforme de cours en ligne à l’université virtuelle

Publié

on

Le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique organise, ce jeudi, le lancement officiel de la plateforme de cours en ligne, au siège de l’Université Virtuelle de Côte d’Ivoire (UVCI), sis à Cocody, indique une note d’information parvenue à l’AIP.

L’opérationnalisation du MOOC s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des activités du Contrat de désendettement et de développement (C2D) Éducation/Formation conclu entre la France et la Côte d’Ivoire.

De l’anglais, Massive Open Online Courses,  ou « cours en ligne ouvert à tous », le MOOC est un outil de formation à distance via Internet. Il est accessible par un nombre non limité de participants et est ouvert à tout public, précise le document.

L’objectif de cette plateforme MOOC est la diffusion des cours en ligne produits par l’UVCI et ses partenaires à destination du public ivoirien et plus largement africain. Rassemblés sur une même plateforme, ces cours seront d’autant plus visibles et identifiés par les publics, facilitant ainsi la promotion des contenus et permettant de créer une communauté d’apprenants.

L’une des missions de l’UVCI étant d’accompagner le développement du numérique éducatif dans tous les autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche de Côte d’Ivoire, elle apportera son appui et son expertise à la création des MOOC dans toutes les institutions d’enseignement supérieur et de recherche du pays.

Cette nouvelle plateforme  permettra d’héberger et de diffuser les neuf  premiers MOOC ivoiriens déjà produits dans le cadre du premier C2D. Ce dispositif a vocation, dans le cadre du deuxième C2D, à monter en puissance avec dix autres projets de MOOC sélectionnés en juillet 2018, et qui seront mis en œuvre en 2018 et en 2019.

L’Université virtuelle de Côte d’Ivoire compte en deux années de fonctionnement, près de 6500 étudiants qui sont formés au numérique éducatif dans la filière Informatique des Sciences du Numérique, note-t-on.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Science et innovation: L’Oreal-Unesco consacre 14 brillantes scientifiques

Publié

on

Les scientifiques et universitaires venus de partout ont rendu un vibrant hommage à ces grandes chercheuses lors de cette cérémonie de distinction.

Elles étaient la grande attraction dans la salle de conférence du Radison Blu de Nairobi. Tous voulaient les toucher et se prendre en photo avec ces 12 doctorantes et 2 post-doctorantes qui étaient célébrées pour la qualité de leurs recherches, devant permettre à la science de lutter efficacement contre les pandémies et autres maladies infectieuses dans le monde, notamment en Afrique.

Alexandra Palt, vice-présidente de la Fondation ‘’L’Oreal-Unesco’’, l’initiatrice de cette cérémonie de distinction au Kenya, a affirmé que l’objectif de sa structure est d’accompagner ces 14 scientifiques prometteuses afin qu’elles reçoivent la reconnaissance qu’elles méritent. Il s’agit des doctorantes Rima Beesoo de l’Ile Maurice, des Nigérianes Olanike Akinduyite et Olaperi Okuboyejo, Dr Priscilla Kolibea Mante du Ghana. Deux doctorantes kenyanes figurent parmi ces ‘’surdouées’’ de la science. Ce sont Gladys Mosomtai et Fiona Mumoki. L’Afrique du Sud remporte la palme avec 7 représentantes au nombre de ces jeunes dames scientifiques sélectionnées parmi plus de 430 candidatures féminines. Elles se nomment Takalani Cele, Charlene Goosen, Lerato Hlaka, Harshana Jivan, Shalena Naidoo, Andreas Wilson, toutes doctorantes. Marilize Everts est la seule Dr de ce groupe. Cette forte présence des sud-africaines parmi ces brillantes scientifiques s’explique par le fait que c’est dans ce pays que cette cérémonie de distinction des femmes scientifiques a débuté avant de s’étendre aux autres pays de l’Afrique.

Ces 14 boursières ont bénéficié d’une somme pour les aider à continuer ou à parachever leurs recherches. Ainsi, les 12 doctorantes sont reparties avec 5000 €, environ 3 278 838 Fcfa et les 2 post-doctorantes ont empoché 10 000 €, soit 6 557 676 Fcfa.

Leurs travaux de recherche portent, entre autres, sur les « Nouvelles approches du traitement de la tuberculose; la Construction de système de résilience au climat pour les petits producteurs de café; l’Étude pour la préservation des colonies d’abeilles ou encore comment mieux comprendre la relation chimique entre moustiques et êtres humains ».

Elles ont pour spécialités les sciences biologiques, l’épidémiologie, la physique, les sciences de la santé, l’informatique et science de l’information, le génie mécanique et les neurosciences.

Dr Hubert Gijzen, représentant le bureau régional de ‘’L’Oreal-Unesco’’ dans les États du sud du continent noir, a affirmé qu’aujourd’hui « la science a besoin de la femme et la femme a besoin de la science pour aider l’humanité à relever les défis  qui se présentent à elle ». Il a exhorté ces 14 femmes scientifiques à être des pionnières dans leurs domaines respectifs en vue de trouver des solutions aux problèmes des maladies qui déciment le monde.

Ces brillantes scientifiques, avant la cérémonie de distinction, avaient bénéficié les 4 et 5 décembre d’un programme de formation pour non seulement compléter leurs recherches scientifiques, mais aussi leur donner les moyens de poursuivre leurs carrières.

La Mauricienne, Rima Beesoo est la seule dame scientifique sélectionnées en provenance d’un pays francophone. Elle est doctorante en biochimie marine à l’Université de l’Île Maurice. L’objet de son projet, a-t-elle confié, « est de caractériser les propriétés anti oxydante, anti microbienne de certains êtres provenant des eaux de l’Île Maurice. Mon travail consiste réellement à trouver et constituer des composés moléculaires innovants pour combattre les maladies telles que le cancer du côlon, de l’utérus, du foie. Il y a aussi les maladies infectieuses comme la tuberculose ».

La scientifique mauricienne a, par ailleurs, regretté d’être la seule venue de l’espace francophone. Pour elle, cela est dû au fait que ce programme de L’Oreal-Unesco est méconnu en Afrique francophone. Raison pour laquelle, elle a invité les responsables de cette fondation à communiquer davantage dans le sphère des États francophones dans l’optique d’avoir davantage de candidatures dans cette partie de l’Afrique.

KANATE MAMADOU

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 730 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS ET VUS DU MOIS