Connecte-toi avec nous

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Universités, la FESCI va rejoindre les enseignants et chercheurs à partir de lundi dans la grève

Publié

on

Les jours chauds s’annoncent dans les prochains jours au sein des universités publiques du pays. Après les enseignants et chercheurs qui observent depuis mardi une grève de quatre jours, la fédération Estudiantine et Scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) annonce également un arrêt des cours à partir du lundi prochain.

Selon son secrétaire général, Fulgence Assi, joint se mercredi par KOACI, cette grève se justifie par le non-respect des engagements pris par le gouvernement le 16 août 2017.

Notamment, « l’homologation des frais d’inscription à 40 000 francs CFA pour ce qui concerne les orientés de l’Etat dans les établissements privés, la réhabilitation des cités universitaires de Williamsville, Port-Bouët et d’Abobo, la construction de cités universitaires à Man et Korhogo.

L’augmentation de l’enveloppe budgétaire allouée aux bourses d’étude, la restauration des secours financiers, l’équipement des salles de travaux dirigés, la restitution des équipements des salles spécialisées, la couverture des espaces universitaires en wifi et la confection gratuite de la carte d’étudiant pour tous les niveaux d’études, font également partie des revendications des étudiants.

« C’est une grève de 24 heures renouvelables et ce jusqu’à ce que le gouvernement trouve des solutions à nos revendications », a-t-il souligné.

SOURCE : KOACI.COM

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Enseignement Supérieur: Les frais d’inscriptions 2018-2019 fixés à 85000 francs CFA pour les affectés de l’Etat (Source ministère)

Publié

on

Le Ministre précise que ces frais d’inscription ne sont applicables qu’aux affectés de l’État, à compter de l’année académique 2018-2019 et sur toute l’étendue du territoire national.

Enseignement Supérieur: Les frais d’inscriptions 2018-2019 fixés à 85000 francs CFA  pour les affectés de l’Etat (Source ministère)

Dr Abdallah Albert Toikeusse Mabri, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique porte à la connaissance des parents d’élèves, des étudiants et des fondateurs des établissements privés d’enseignement supérieur que les frais d’inscriptions pour les affectés de l’État, à compter de l’année académique 2018-2019, sont fixés à 85 000 francs CFA (Quatre-vingt-cinq mille francs CFA) toutes filières confondues.

Il a donné cette information dans un communiqué dont fratmat.info a reçu copie ce jeudi 08 novembre 2018.

Ci-dessus l’intégralité du document


COMMUNIQUÉ

Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

En application de l’Arrêté N° 0198 /MESRS/CAB du 05 Novembre 2018 (cf.www.enseignement.gouv.ci) , le Ministre Abdallah Albert Toikeusse Mabri, porte à la connaissance des parents d’élèves, des étudiants, et des fondateurs des établissements privés d’enseignement supérieur que les frais d’inscriptions pour les affectés de l’État, à compter de l’année académique 2018-2019,  sont fixés à 85 000 francs CFA (Quatre-vingt-cinq mille francs CFA) toutes filières confondues.

Le Ministre précise que ces frais d’inscription ne sont applicables qu’aux affectés de l’État, à compter de l’année académique 2018-2019 et sur toute l’étendue du territoire national.

L’Arrêté précité sera enregistré, publié et communiqué partout où besoin sera.

Dr Abdallah Albert Toikeusse MABRI
Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Recherche Scientifique : un symposium s’intéresse aux défis de l’énergie solaire photovoltaïque en Afrique subsaharienne à l’horizon 2030

Publié

on

Comment parvenir dans les douze prochaines années à transformer le visage énergétique de l’Afrique ? Cette question concerne beaucoup plus les Etats de l’Afrique subsaharienne car le taux d’accès à l’électricité au Maghreb avoisine 100%, idem pour l’Afrique du Sud. Il n’y a que l’Afrique Subsaharienne qui piétine encore entre 30 et 40%. Il y a donc un défi important à relever.

C’est dans cette optique qu’un symposium de haut niveau qui réunit des chercheurs et spécialistes de plusieurs pays d’Afrique et d’Europe, est organisé les jeudi 08 et vendredi 09 novembre 2018, à l’Hôtel Azalaï d’Abidjan, autour du thème : « Développement de l’énergie solaire photovoltaïque en Afrique à l’horizon 2030 ».

Ce symposium fait partie des grandes articulations du Forum annuel des organismes africains de financement de la recherche scientifique, appuyé par l’Initiative des Conseils subventionnaires de la Recherche en Afrique subsaharienne (SGCI), initié par le PASRES (Programme d’appui stratégique à la recherche scientifique de Côte d’Ivoire) et la NRF (National Research Foundation) d’Afrique du Sud.

Il vise à fournir un cadre international pour faciliter la discussion, l’échange de connaissance sur les résultats de la recherche, les défis actuels et futurs concernant le développement de l’énergie photovoltaïque et leurs applications en Afrique.

Il sera question pour les participants, à travers cette plate-forme de faciliter le développement des liens entre la communauté scientifique et les décideurs politiques afin qu’ils répondent adéquatement aux besoins de la population en matière d’énergie photovoltaïque, d’aider au transfert des technologies vers l’Afrique, mais surtout d’identifier les obstacles au développement de la filière photovoltaïque.

La conférence inaugurale, sous la bannière du thème central : « Développement de l’énergie solaire photovoltaïque en Afrique à l’horizon 2030 » a été dite par le Prof Aka Boko, Directeur de l’IREN (Institut de recherche sur les énergies nouvelles). Dans son mot introductif, le Prof Aka a souligné le fait qu’en Afrique malgré le fort taux d’irradiance solaire, la production d’électricité par la voie photovoltaïque est peu développée et plusieurs contrées notamment les zones rurales n’ont pas accès à l’électricité.

Selon lui, la recherche scientifique en Côte d’Ivoire est encore au stade embryonnaire dans le développement du système solaire photovoltaïque, car il y a un manque d’infrastructures en la matière. Cela est dû en partie, au fait que lors de la crise post-électorale de 2010, les universités ont été attaquées et les laboratoires et instituts de recherche ont été pillés et saccagés. Après la crise, il n’y a pas eu jusque-là de rééquipement de ces laboratoires et instituts.

« Le manque de matériel pour effectuer la recherche fait que nous sommes en retard par rapport aux pays anglophones. Cela fait qu’on rencontre des difficultés qui nous empêchent de mener à bien nos travaux de recherche. Nous sommes obligés d’aller en France, en Espagne ou au Maroc pour les pratiques expérimentales », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, en ce qui concerne la vulgarisation des énergies renouvelables, le Prof Aka Boko a soutenu que cela doit être encouragé par une volonté politique, à l’exemple de l’Allemagne où chaque toit possède un panneau, malgré le réseau national, il y a une autoproduction.

En définitive, le DG de l’IREN a exhorté les décideurs politiques africains à encourager le développement de la recherche, l’industrialisation, en se servant d’exemple comme celui de l’inde (où il vient de passer 3 semaines), où il existe des usines de montage qui offrent une bonne alternative face à la production de la cellule (élément intrinsèque comme le silicium) qui relève d’une technologie très avancée. « On peut commander tous ces modules pour faire des assemblages sur place comme en Inde où on sent la volonté politique pour booster le développement de la recherche », a-t-il conseillé.

En outre, faut-il noter que plusieurs sous-thèmes seront abordés au cours de ce symposium, à savoir, les différentes filières des systèmes de conservation photovoltaïque, l’électrification solaire réseau, hors réseau et rurale ; la problématique du stockage de l’énergie solaire ; le marché, la vulgarisation et la qualité de service dans la filière photovoltaïque ; la collaboration, le partenariat et le financement de la recherche.

JOB

Source: Abidjan.net

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Les inscriptions fixées à 85 000 FCFA pour les affectés de l’Etat dans les universités et grandes écoles (Ministère Enseignement supérieur)

Publié

on

Les frais d’inscription dans toutes les filières de l’Enseignement supérieur sont fixés  au tarif unique de 85 000 FCFA pour les affectés de l’Etat, annonce une note du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Dr Albert Mabri Toikeusse.

« En application de l’Arrêté N° 0198/MESRS/CAB du 05 Novembre 2018 (cf.www.enseignement.gouv.ci) , le Ministre Abdallah Albert Toikeusse Mabri, porte à la connaissance des parents d’élèves, des étudiants et des fondateurs des établissements privés d’Enseignement supérieur que les frais inscriptions pour les affectés de l’État, à compter de l’année académique 2018-2019,  sont fixés à 85 000 francs CFA (Quatre-vingt-cinq mille francs CFA) toutes filières confondues », indique le document transmis, jeudi, à l’AIP.

Le ministre précise que « ces frais d’inscription ne sont applicables qu’aux affectés de l’État, à compter de l’année académique 2018-2019 et sur toute l’étendue du territoire national », soulignant que cet Arrêté sera « enregistré, publié et communiqué partout où besoin sera ».

Suite aux préinscriptions en ligne du 06 août au 06 septembre, les résultats des orientations sont disponibles sur la plateforme www.orientationsup.net.

Le système de l’enseignement supérieur ivoirien doit insérer, cette année, 112 297 nouveaux bacheliers, une constante de plus de 100 000 nouveaux admis chaque année depuis quelques années pour une moyenne d’absorption de moins de la moitié par les universités et grandes écoles publiques.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 680 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE