Connecte-toi avec nous

Faits insolites

Un instituteur porté disparu à Abengourou

Publié

on

Brou Anno, instituteur au groupe scolaire Boko Kouao Eugène, dans la commune d’Abengourou, est porté disparu depuis mercredi.

Sorti des cours mercredi, aux environs de 10h, pour effectuer une course, il n’a plus jamais réapparu. « Le mercredi 09 mai dernier, il a dit à un de ses collègues qu’il partait faire une course sans préciser où il allait. Et depuis ce jour, il est introuvable », a affirmé M. Essoh Laur Hugues, conseiller pédagogique du secteur Dioulakro dont dépend l’EPP Dioulakro 4 où l’homme enseignait.

Selon le conseiller pédagogique, une plainte a été déposée par la famille auprès de la gendarmerie et de la police pour faire la lumière sur cette disparition qui serait liée à une transaction portant sur un terrain dans laquelle il est impliquée.

Ce dernier qui a reçu de l’argent pour acquérir un terrain pour le compte de son église, se serait effectivement acquitté de sa mission. Mais les choses vont se compliquer plus tard au moment de la mise en valeur de ce terrain dont d’autres personnes se réclament la propriété.

L’homme, ayant découvert la supercherie, décide alors d’aller voir le vendeur du terrain pour reprendre l’argent qu’il a indûment perçu pour le restituer aux responsables de l’église, afin de ne pas ternir son image auprès de ses coreligionnaires. Ce serait l’objet du déplacement dont il n’est toujours pas revenu, spécule-t-on.

SOURCE : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

EPP Bromakoté / Une bagarre de rue entre deux individus se termine dans une classe à Ferké

Publié

on

Une bagarre de rue entre deux individus s’est terminée dans une classe de CE1, à l’EPP Bromakoté extension 2 où ces personnes ont cassé des tables-bancs et laissé l’institutrice et ses écoliers en état de choc, a appris l’AIP, jeudi, auprès de l’administration scolaire et des parents d’élèves.

« Le mardi, 2 octobre, l’après-midi pendant que les élèves étaient en classe avec leur maîtresse, deux jeunes gens ayant commencé la bagarre à la rue « princesse », ont fini par terminer cette bagarre en classe pendant que les élèves étaient en plein cours », a  témoigné la directrice de l’EPP Bromakoté extension 2.

Selon la directrice, le plus fort poursuivant le plus faible qu’il ruait de coups, les bagarreurs ont poursuivi leurs querelles dans la salle de classe, en dépit des cris des écoliers et de leur jeune institutrice, désemparée.

« Ils ont même cassé des bancs avant d’être séparés par des instituteurs et des riverains accourus pour porter secours à la classe », ont déclaré des témoins, rapportant que la maîtresse et ces enfants dont l’âge varie entre sept et neuf ans étaient choqués de voir des adultes se battre, et ce, dans leur classe.

Située au bord de la route qui mène à la rue princesse, l’EPP Bromakoté souffre de la grande promiscuité. Des malades mentaux font même irruption dans les salles de classes pendant que les élèves sont au cours. En 2014 c’était la maîtresse du CP1 qui avait surpris un individu en train d’apprendre à fumer à ses écoliers.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Grossesses en milieu scolaire / 180 grossesses d’élèves qui ont été enregistrés contre 135 l’année d’avant dans le Lôh-Djiboua

Publié

on

Au cours de l’année scolaire 2017/2018, ce sont 180 grossesses d’élèves qui ont été enregistrés contre 135 l’année d’avant, soit une augmentation de plus de 40 grossesses, a révélé le directeur régional de l’Education nationale du Lôh-Djiboua, Touré Tiégbéman.

Au cours de la traditionnelle réunion de rentrée, le représentant technique du ministre de l’éducation nationale a tiré la sonnette d’alarme et réclamé la vigilance de l’ensemble du monde éducatif afin que la scolarisation de la jeune fille ne soit pas freinée par des grossesses non désirées.

« On est inquiet. Il faut que les parents nous aident », a déclaré Touré Tiégbéman non sans en appeler à la vigilance de tous.

Il s’est par ailleurs félicité de l’arrivée massive d’enseignantes qui sont au nombre de 200 sur les 300 stagiaires certifiés cette année dans la région du Lôh-Djiboua.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Affaire « fillette violée à Duékoué »: le gouvernement apporte sa compassion à la victime

Publié

on

Les ministres Ramata Ly-Bakayoko de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, Aouélé Eugène Aka de la Santé et de l’Hygiène Publique et Mariatou Koné de la Solidarité, de la Cohésion Sociale et de la Lutte contre la Pauvreté ont apporté la compassion du gouvernement ivoirien à la petite B.C Justine internée, ce lundi 10 septembre 2018, à l’Hôpital Mère-Enfant de Bingerville des suites d’abus sexuels. La fillette de 8 ans, élève de CM1 est entièrement prise en charge grâce à Dominique Ouattara, Première dame de Côte d’Ivoire.

La victime arrivée à 4 heures du matin ce lundi, a indiqué la ministre Ramata Ly-Bakayoko, a été immédiatement prise en charge par les spécialistes de chirurgie pédiatrique, de gynécologie. Elle a souligné que la fillette bénéficiera d’une prise en charge médicale totale. Assurant que l’état de santé de la petite connaît une «nette amélioration». Concernant le présumé auteur du viol, Yao Fulgence Boukan, âgé de 45 ans, marié et père de 4 enfants qui a été mis aux arrêts depuis le 6 septembre, Mme Ly-Bakayoko a assuré qu’il répondra devant la justice si les faits sont avérés.

Rappelons que la petite B.C Justine, malade, avait fini par avouer avoir été violée par Yao Fulgence Boukan, instituteur et directeur de l’EPP Guitozon1 à Duékoué. Sur la base d’examens médicaux attestant une défloraison de l’hymen et des infections de la partie génitale, la famille de la fillette porte plainte contre le mis en cause. L’indélicat directeur d’école a reconnu les faits et demandé pardon pour son acte.

Mais selon la ministre Ramata Ly-Bakayoko de la Femme, de la Famille et de l’Enfant, l’État ivoirien compte prendre ses responsabilités devant cet «acte criminel».

D.Tagro

Source: Abidjan.net

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 680 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE