Connecte-toi avec nous

ENSEIGNEMENT TECHNIQUE ET FORMATION PROFESSIONNELLE

Signature d’une convention pour l’employabilité des jeunes dans le secteur de l’énergie

Publié

on

Le Secrétaire d’Etat ivoirien chargé de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Mamadou Touré et le Directeur générale de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) Dominique Kakou ont paraphé, mercredi à Bingerville (banlieue Est d’Abidjan), un accord-cadre de partenariat dont l’objectif est de permettre le renforcement de la professionnalisation des formations techniques.

Conclue à l’occasion des journées-entreprises initiées par la CIE au Centre des métiers de l’électricité (CME) de Bingerville, cette convention prévoit notamment, une formation complémentaire qualifiante au bénéfice de 300 jeunes diplômés issus de l’enseignement technique et dont le démarrage de la formation de la première vague est prévue en juin 2018.

« Cette convention-cadre de partenariat contribuera à consolider la synergie déjà existante entre les dispositifs publics et privés de formation en vue notamment d’un renforcement de le professionnalisation des curricula», a expliqué M. Touré dans une allocution, se félicitant du choix du Centre des métiers de l’électricité ( CME) qui selon lui, est un « modèle efficace de réalisation de l’adéquation formation-emploi, privilégiant ainsi les formations par alternance avec des formateurs issus essentiellement du milieu professionnel ».

Par ailleurs, a expliqué M. Touré, cette convention-cadre vise entre autres, à réaliser l’adéquation formation-emploi, la promotion de la formation professionnelle par alternance et l’immersion des formateurs.

Espérant que cette convention-cadre permette d’amplifier la dynamique partenariale existante entre l’État et le secteur privé, le Secrétaire d’État a réaffirmé l’engagement de son département ministériel à « jouer pleinement sa partition » dans la mise en œuvre effective de cet accord.

Pour sa part, le Directeur général de la CIE, Dominique Kakou a soutenu que l’accord conclu avec le Secrétariat d’État chargé de l’enseignement technique et de la formation professionnelle « vise à la mise sur le marché de l’emploi d’une main-d’œuvre qualifiée répondant aux attentes des entreprises».

Poursuivant, M. Kakou s’est réjoui de la qualité des enseignements dispensés au CME de Bingerville passant en revue les différents agréments, certifications et accréditations de référence internationale acquis par cette institution.

« La CIE et le groupe Eranov souhaitent voir le CME participer fortement à la professionnalisation d’une bonne partie de la population active nationale», a-t-il indiqué soulignant qu’en tant «qu’entreprise citoyenne, nous avons la volonté de contribuer efficacement au développement de l’employabilité de la jeunesse pa (…)

Lire la suite sur APA

SOURCE : Educarriere

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Formation professionnelle : le FDFP adopte un plan quinquennal

Publié

on

Le Plan d’Actions Opérationnel Annuel’’ s’étant avéré insuffisant pour prendre en compte des objectifs à moyen et long terme, le Fonds de développement de la formation professionnelle (FDFP) a adopté un plan quinquennal dit ‘’Plan Stratégique’’ couvrant la période 2018-2022. La validation de ce ‘’Plan Stratégique’’ a fait l’objet d’un séminaire tenu du 5 au 7 novembre 2018 à l’Hôtel Palm Club d’Abidjan-Cocody. La raison d’adoption de ce nouveau plan, c’est qu’il vient renforcer la démarche d’amélioration continue du fonctionnement du FDFP. Après le travail des experts pour l’élaboration de ce nouvel outil, Kassoum Konaté, Secrétaire Général du FDFP, a remis le plan stratégique fini au représentant de Mme la ministre Kandia Camara. « Chers collaborateurs du FDFP, vous devez être fiers de votre institution, du travail de construction du futur désiré que vous avez abattu. Je vous félicite et vous remercie de votre abnégation et de votre identification de plus en plus forte dans le FDFP et vous encourage à continuer dans cette voie. M. le représentant de Mme la ministre, permettez que je vous remette symboliquement le Plan Stratégique validé, dans sa forme actuelle, en attendant et en espérant qu’une occasion plus solennelle me soit offerte, dans un autre cadre, pour le déposer dans les mains de Mme Kandia Camara », a souhaité le SG du FDFP. « Le secteur où intervient le FDFP, l’emploi en occurrence, exige un sens de l’anticipation tel qu’il faut prévoir sur le long terme. C’est donc tout le mérite des organisateurs de ce séminaire de définir ainsi un agenda opérationnel et réalisable sur la période 2018-2022. Les heures studieuses que vous venez de consacrer à ce séminaire n’auront pas été vaines puisqu’il s’agissait de bâtir un calendrier stratégique pour le FDFP dans la perspective des quatre prochaines années. Nous venons d’en avoir la preuve avec la lecture du rapport du séminaire », a reconnu M. Abdoulaye Kouyaté, Chef de cabinet et représentant Mme Kandia Camara.

Pour arriver au texte final dont le contenu n’a pas été dévoilé au public, les experts du FDFP et les partenaires ont abattu un boulot colossal. Le présent sémination de validation du Plan Stratégique a démarré le lundi 5 novembre dernier en présence de Mme Kandia Camara, ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle. L’aboutissement de la rencontre est le résultat de plusieurs actions, à la fois concentriques et convergentes, conduites à ce sujet. Il y a eu d’abord l’organisation d’un atelier du 7 au 9 mai dernier à Grand-Bassam dans le but de collecter les contributions des usagers et des partenaires. Ensuite, un Comité scientifique composé de managers et cadres du FDFP, d’inspecteurs généraux de l’Enseignement technique et de la formation professionnelle, du Ministère du Plan et de développement et d’un consultant auprès du FDFP, ont, sur la base des contributions des usages et partenaires, construit un projet de Plan Stratégique. Enfin, il y a eu l’apport d’un consultant international dont le Comité scientifique s’est approprié les contributions au cours d’un atelier les 18, 19 et 20 octobre 2018. Tout ce long processus a trouvé une bonne conclusion avec la validation du Plan Stratégique du Fonds de développement à la formation professionnelle les 5, 6 et 7 novembre dernier à l’Hôtel Palm Club à Cocody. « Vous avez présenté l’économie générale du projet en séance plénière. Vous l’avez subdivisée en ses différents axes. Vous les avez présentés devant des commissions spécialisées. Vous avez passé au crible de la pensée critique toutes les productions qu’ils contiennent et vous avez adopté le projet au bout de trois jours de travail, quelquefois à des heures tardives. Vous me remettez maintenant, non plus un projet, mais le Plan lui-même », s’est réjoui le représentant de Kandia Camara.

O. K

Source: Abidjan.net

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Les enseignants des écoles islamiques renforcent leurs capacités en pédagogique de base

Publié

on

Les enseignants des écoles islamiques du département d’Oumé, ont renforcé leur compétence en connaissances pédagogiques de base nécessaires dans la conduite des cours dans leurs classes primaires, au cours de l’année scolaire 2018-2019.

La formation tenue, mercredi, à l’école islamique du quartier Béhibro, a réuni 41 enseignants de 19 écoles islamiques venus de tout le département d’Oumé.

Elle a permis de former les enseignants à la psychologie de l’enfant, à la méthodologie d’enseignement des disciplines fondamentales tels le Français, les mathématiques, les sciences et les techniques, l’histoire et géographie. Les maîtres ont également appris la tenue des documents administratifs et scolaires.

A la cérémonie d’ouverture, Cissé Mohamed Basselima, membre du bureau régional des écoles islamiques a invité les séminaristes à transmettre ce qu’ils ont appris à leurs collègues pour la bonne marche de l’école ivoirienne. Le séminaire a bénéficié du soutien financier de l’UNICEF.

Ces 19 établissements islamiques ont obtenu leur intégration dans le système éducatif national, rappelle-t-on.

(AIP)

 

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Une ONG appelle à une mobilisation en faveur de l’école obligatoire en Côte d’Ivoire

Publié

on

Le Réseau ivoirien pour la promotion de l’éducation pour tous (RIP-EPT) appelle à une mobilisation de tous les acteurs du système éducatif pour la réussite de la mise en œuvre de la politique de l’école obligatoire.

Le RIP-EPT a lancé cet appel lors d’une conférence-débat initiée samedi à Bouaké, sur les enjeux et défis, et l’obligation de scolarisation des enfants de six à 16 ans en Côte d’Ivoire.

Le président de la section de Bouaké, Oumar Ouattara et son vice-président, Kassi Juvena, ont affirmé avoir initié cette conférence pour sensibiliser les différents acteurs à jouer leurs partitions, car une enquête réalisée par l’ONG dans huit comités régionaux, durant l’année scolaire 2017-2018, met en exergue des obstacles à la mise en œuvre de la loi sur l’école obligatoire.

Cette enquête  relève comme obstacles, la méconnaissance du décret relatif à la politique de l’école obligatoire, l’éloignement des écoles, l’insuffisance de salles de classe, l’absence de cantines scolaires, le non-respect des choix des élèves dans les affections en sixième et en seconde, engendrant le problème de tuteur pour les accueillir. D’autres obstacles, tels que les frais annexes élevés et l’affection des enfants issus de familles à faibles revenus dans les écoles privées entraînant des frais d’inscription plus élevés ont évoqués dans les résultats de cette étude.

Selon les responsables du RIP-EPT, les obstacles ne sont pas imputables à une seule partie, mais des responsabilités partagées entre l’État les parents d’élèves.

Ils ont donc recommandé “une gestion efficiente” de l’éducation et demandé au gouvernement de soutenir les actions de sensibilisation des ONG sur le terrain. Aux parents, ils demandent d’accepter de faire le sacrifie, parce qu’ils sont «les premiers responsables» de l’avenir des enfants.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 680 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE