Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Sénégal / Deux jeunes étudiants créent une poubelle intelligente

Publié

on

Deux jeunes étudiants sénégalais ont décidé de contribuer au développement de la technologie en Afrique. Il s’agit de Papa El Hadj Mandiaye Gningue et Alioune Badara Mbengue qui ont créé une poubelle intelligente, dans le cadre de la protection de l’environnement.

Mbal-IT, tel est le nom de cette poubelle dotée d’une intelligence artificielle qui va aider les personnes chargées de la gestion et de la collecte des ordures. Cette technologie permettra de faire le tri des déchets.

L’idée de création de cette poubelle est venue de Papa El Hadj Mandiaye Gningue, âgé de 20 ans, et Alioune Badara Mbengue, 19 ans, deux jeunes étudiants sénégalais qui participaient à un concours dénommé « Les 55 heures de la francophonie », consacré à l’innovation numérique.

« On était amené à réfléchir sur la problématique de l’environnement au Sénégal, et on devait chercher une solution au problème de la gestion des déchets. On a fait un constat. Le principal problème de la gestion des déchets ici, c’est qu’il n’y a pas la notion de tri. Les gens ne savent pas trier leurs déchets. Du coup, on devait trouver une solution à ce problème et on s’est dit pourquoi ne pas faire une poubelle qui allait parler aux gens », a expliqué Alioune Badara Mbengue, l’un des inventeurs.

Il a d’ailleurs expliqué le mode de fonctionnement de Mbal-IT, dont le nom est une contraction du mot « ordure » en langue Wolof, et du terme IT désignant Technologie de l’Information : « Lorsqu’on se présente devant l’appareil, il se met en marche et commence à nous parler littéralement en français puis en langues locales, pour vous expliquer comment trier vos déchets. Cela permet, non seulement, d’introduire cette première étape de tri, mais aussi nous récupérons un ensemble de données qui permet d’avoir une meilleure vision globale de l’environnement et aussi de faciliter le travail des gens qui sont en charge de la gestion et de la collecte des déchets », a-t-il expliqué.

Les jeunes étudiants ont mis en place une start-up de design, afin de permettre le financement de leur projet, qui, pour un début, ne nécessite pas un grand financement, selon Alioune Badara Mbengue. Comme « nous avons besoin des clients d’abord pour ensuite produire, nous n’avons pas besoin d’un grand financement pour produire et ensuite trouver des clients », a-t-il indiqué.

Ils prévoient d’abord commercialiser localement leurs poubelles intelligentes en 2018, puis l’étendre à d’autres pays africains en 2020. Pour produire à grande échelle leur œuvre, il leur faudra un important financement.

SOURCE : regionale.info

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Côte d’Ivoire-Inter / Burkina: une grève paralyse les écoles publiques

Publié

on

La grève de 24 heures lancée sur toute l’étendue du territoire burkinabè par la Coordination nationale des syndicats de l’éducation (CNSE) a paralysé les établissements publics, a constaté APA jeudi à Ouagadougou. Plusieurs écoles publiques de Ouagadougou ont fonctionné au ralenti, tout comme dans d’autres localités du Burkina Faso.

Dans la capitale burkinabè, la plupart des élèves et certains enseignants du public ont préféré rester à la maison, suite au mot d’ordre de grève lancé par la CNSE.

Des grévistes se sont retrouvés à la Bourse de travail de Ouagadougou où s’est tenu le piquet de grève.

Au cours d’une conférence de presse, animée le weekend dernier, les responsables syndicaux avaient indiqué que «d’autres actions seront entreprises, si à l’issue de la grève, il n’y a pas de réaction positive du gouvernement».

Le présent mouvement d’humeur intervient après deux mois de suspension du mot d’ordre de boycott de certaines activités académiques.

SOURCE: (aouaga.com)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Côte d’Ivoire / Gabon : Le Sena en grève de trois jours

Publié

on

Le Syndicat de l’éducation nationale (Sena) va observer une grève de trois jours, du 23 au 26 avril, pour contraindre le gouvernement à se pencher sur leurs préoccupations.

Après les élèves, le gouvernement risque de se coltiner les enseignants. À l’issue de son assemblée générale, le 17 avril à Libreville, le Syndicat de l’éducation nationale (Sena) a annoncé une grève d’avertissement de trois jours, du 23 au 26 avril prochain. À travers ce mouvement d’humeur, le syndicat souhaite exprimer son mécontentement.

Le Sena reproche au gouvernement le gel des concours internes à l’École normale supérieure (ENS) et l’École normale des instituteurs (ENI), le gel des carrières des fonctionnaires et celui de la formation des inspecteurs, la non-construction des établissements scolaires depuis 2009 ou encore, l’insécurité dans le milieu scolaire. À cela s’ajoute la précarisation des enseignants issus des promotions 2014, 2015, 2016 et 2017 de l’ENS et l’ENI sans salaires à ce jour ; et, le paiement au compte-goutte des vacations 2018.

SOURCE: (news.alibreville.com)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Côte d’Ivoire / Reformes de l’Education nationale : le Sénat va mettre en place une commission pour étudier la question

Publié

on

Le président du Sénat, Dr Lucie Milébou Aubusson épouse Mboussou, a réuni le bureau du Sénat le mercredi 17 avril à Libreville, pour mettre en place une commission qui étudiera la question des réformes de l’Education nationale et soumettre les conclusions au gouvernement.

Au cours de cette réunion, le bureau du Sénat a suggéré la mise en place d’une commission qui aura pour objectif d’étudier les contours des mesures sur l’éducation nationale et de faire des recommandations que le Sénat soumettra, à son tour, au gouvernement.

Cette décision fait suite à la lettre du Sénateur Ernest Ndassikoula relative à une demande de convocation d’une séance plénière consacrée aux questions d’actualité au sein du Gouvernement.

Outre la réunion du bureau de la haute chambre du parlement, Dr Lucie Milébou Aubusson épouse Mboussou a également présidé la conférence des présidents, en présence du ministre d’Etat, ministre des Relations avec les Institutions constitutionnelles, Francis Nkéa Nzigue.

Au nombre des points débattus, figuraient les 12 textes législatives inscrits à l’ordre du jour dont neuf projets de loi et trois propositions de loi.

SOURCE: (alibreville.com)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 7 809 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS ET VUS DU MOIS