Connecte-toi avec nous

ACTUALITE NATIONALE

Recherche Scientifique : un symposium s’intéresse aux défis de l’énergie solaire photovoltaïque en Afrique subsaharienne à l’horizon 2030

Publié

on

Comment parvenir dans les douze prochaines années à transformer le visage énergétique de l’Afrique ? Cette question concerne beaucoup plus les Etats de l’Afrique subsaharienne car le taux d’accès à l’électricité au Maghreb avoisine 100%, idem pour l’Afrique du Sud. Il n’y a que l’Afrique Subsaharienne qui piétine encore entre 30 et 40%. Il y a donc un défi important à relever.

C’est dans cette optique qu’un symposium de haut niveau qui réunit des chercheurs et spécialistes de plusieurs pays d’Afrique et d’Europe, est organisé les jeudi 08 et vendredi 09 novembre 2018, à l’Hôtel Azalaï d’Abidjan, autour du thème : « Développement de l’énergie solaire photovoltaïque en Afrique à l’horizon 2030 ».

Ce symposium fait partie des grandes articulations du Forum annuel des organismes africains de financement de la recherche scientifique, appuyé par l’Initiative des Conseils subventionnaires de la Recherche en Afrique subsaharienne (SGCI), initié par le PASRES (Programme d’appui stratégique à la recherche scientifique de Côte d’Ivoire) et la NRF (National Research Foundation) d’Afrique du Sud.

Il vise à fournir un cadre international pour faciliter la discussion, l’échange de connaissance sur les résultats de la recherche, les défis actuels et futurs concernant le développement de l’énergie photovoltaïque et leurs applications en Afrique.

Il sera question pour les participants, à travers cette plate-forme de faciliter le développement des liens entre la communauté scientifique et les décideurs politiques afin qu’ils répondent adéquatement aux besoins de la population en matière d’énergie photovoltaïque, d’aider au transfert des technologies vers l’Afrique, mais surtout d’identifier les obstacles au développement de la filière photovoltaïque.

La conférence inaugurale, sous la bannière du thème central : « Développement de l’énergie solaire photovoltaïque en Afrique à l’horizon 2030 » a été dite par le Prof Aka Boko, Directeur de l’IREN (Institut de recherche sur les énergies nouvelles). Dans son mot introductif, le Prof Aka a souligné le fait qu’en Afrique malgré le fort taux d’irradiance solaire, la production d’électricité par la voie photovoltaïque est peu développée et plusieurs contrées notamment les zones rurales n’ont pas accès à l’électricité.

Selon lui, la recherche scientifique en Côte d’Ivoire est encore au stade embryonnaire dans le développement du système solaire photovoltaïque, car il y a un manque d’infrastructures en la matière. Cela est dû en partie, au fait que lors de la crise post-électorale de 2010, les universités ont été attaquées et les laboratoires et instituts de recherche ont été pillés et saccagés. Après la crise, il n’y a pas eu jusque-là de rééquipement de ces laboratoires et instituts.

« Le manque de matériel pour effectuer la recherche fait que nous sommes en retard par rapport aux pays anglophones. Cela fait qu’on rencontre des difficultés qui nous empêchent de mener à bien nos travaux de recherche. Nous sommes obligés d’aller en France, en Espagne ou au Maroc pour les pratiques expérimentales », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, en ce qui concerne la vulgarisation des énergies renouvelables, le Prof Aka Boko a soutenu que cela doit être encouragé par une volonté politique, à l’exemple de l’Allemagne où chaque toit possède un panneau, malgré le réseau national, il y a une autoproduction.

En définitive, le DG de l’IREN a exhorté les décideurs politiques africains à encourager le développement de la recherche, l’industrialisation, en se servant d’exemple comme celui de l’inde (où il vient de passer 3 semaines), où il existe des usines de montage qui offrent une bonne alternative face à la production de la cellule (élément intrinsèque comme le silicium) qui relève d’une technologie très avancée. « On peut commander tous ces modules pour faire des assemblages sur place comme en Inde où on sent la volonté politique pour booster le développement de la recherche », a-t-il conseillé.

En outre, faut-il noter que plusieurs sous-thèmes seront abordés au cours de ce symposium, à savoir, les différentes filières des systèmes de conservation photovoltaïque, l’électrification solaire réseau, hors réseau et rurale ; la problématique du stockage de l’énergie solaire ; le marché, la vulgarisation et la qualité de service dans la filière photovoltaïque ; la collaboration, le partenariat et le financement de la recherche.

JOB

Source: Abidjan.net

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Un Forum de l’Education entrepreneuriale organisé au profit de l’ensemble des jeunes de Côte d’Ivoire

Publié

on

Le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, a organisé le premier Forum national de l’Education l’entrepreneuriale du 10 au 11 janvier 2019 au Lycée technique d’Abidjan Cocody, autour du thème « L’Education entrepreneuriale, processus transformant pour une école de qualité »

La célébration des talents et des meilleurs projets entrepreneuriaux lors de ce Forum est le fruit de la politique des autorités ivoiriennes, sous l’impulsion du chef de l’Etat, le président Alassane Ouattara, dont la vision repose sur la formation d’un nouveau type d’Ivoirien, capable de créer, d’innover et d’entreprendre une activité génératrice de revenus, indique le document.

Les résultats de la mise en œuvre du programme d’Education entrepreneuriale piloté par la direction de la Vie scolaire, constituent une réalité sociologique en Côte d’Ivoire, selon le communiqué.

La ministre Kandia a dit être « personnellement témoin » de cette activité, porteuse d’un « nouvel outil de gouvernance scolaire qui vise à mettre à la disposition du marché du travail des citoyens accomplis et aptes à servir à tous les niveaux et apporter enfin une réponse claire à la question de l’employabilité des jeunes ».

« Il s’agit in fine, d’une part, de donner une réponse appropriée aux problématiques liées à l’insertion socioprofessionnelle des apprenants et d’autre part, de garantir l’employabilité des citoyens qu’ils sont appelés à être. Les avancées notables perceptibles et l’engouement suscité par la qualité des produits de nos jeunes entrepreneurs, sont des motifs d’espoirs qu’il convient de saluer », a précisé Kandia Camara.

Pour le directeur de la Vie scolaire, Nicolas Georges Effimbra, « l’Education entrepreneuriale est une approche éducative de maturation qui invite l’apprenant à proposer une solution susceptible de résoudre une problématique de son biotope, de satisfaire un besoin de son milieu, en puisant en lui-même les aptitudes nécessaires, de réinvestir les acquis disciplinaires aux fins de créer, bâtir, initier, concevoir, planifier, réaliser et évaluer un projet de classe ou d’école ».

Trois types de projets sont référencés dans ce cadre en matière de productions génératrices de revenus, de promotion du bénévolat et de sensibilisation sur des thématiques brûlantes de la société.

Une exposition de projets aussi bien innovateurs qu’originaux d’élèves était à l’affiche, démontrant le génie créateur et les talents des jeunes ivoiriens.

A ce titre, le Lycée Alfred Nobel a présenté une application numérique sur l’e-commerce dénommée « School-shop » pour des achats en ligne. Le second projet sur les média a été motivé par le phénomène des violences en milieu scolaire. Ainsi, les élèves du Lycée Djédjé Amondji d’Adjamé ont-ils créé une web-Tv pour sensibiliser leurs camarades.  Enfin le dernier projet a été proposé par des jeunes pépiniéristes de Bongouanou sur la commercialisation des pépinières du cacao « Mercédès ».

Cette 1ère édition a réuni plus de 500 participants et exposants venus de toutes les directions régionales de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle.

Le Financement d’une micro-entreprise, une rencontre des exposants avec l’Agence pour le développement rural (ANADER) et la Radiodiffusion  télévision ivoirienne (RTI), et une conférence sur les PME animée par M. Daniel Brecha, président des PME de Côte d’Ivoire, ont marqué c premier Forum qui a bénéficié du soutien scientifique et financier de l’Organisation internationale de la Francophonie et de l’Organisation internationale des Ecoles entrepreneuriales communautaires conscientes (OIECEC) basée au Canada.

La cérémonie d’ouverture placée sous la présidence effective de Mme Kandia Camara a enregistré la présence des ministres Maurice Kouakou Bandaman de la Culture et de la Francophonie et de Siriki Konaté de l’Artisanat.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Arriérés de bourse 2018 / Des instituteurs réclament le paiement intégral de leur bourse

Publié

on

Réunis dans l’enceinte de la trésorerie générale de Séguéla, des instituteurs titularisés en 2018 ont réclamé le paiement intégral de leurs arriérés de bourse qui s’élèvent à 540 000 francs.

« Dans les autres régions de Côte d’Ivoire, nos collègues ont reçu tout leur argent. Ici, après 17 mois d’attente, on veut nous donner seulement 180 000 francs. On refuse de prendre cette somme. Nous voulons la totalité de notre argent comme nos collègues d’ailleurs », a déclaré le porte-parole de ceux-ci venus des départements de Séguéla et de Mankono, Diomandé Samouka.

Ce montant, à raison de 45 000 francs CFA par mois pendant une année, concerne 213 instituteurs nouvellement en service dans la région du Worodougou et 188 autres dans la région du Béré.

Selon le délégué des enseignants, la manifestation fait suite à plusieurs rendez-vous manqués et après des négociations initiées par le commissaire de police et le secrétaire général de la préfecture.

Contacté, le trésorier général de Séguéla n’a pas souhaité se prononcer sur le sujet, arguant n’avoir pas eu l’autorisation de sa hiérarchie.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Excellence en milieu scolaire / Le lycée de Kong encourage ses meilleurs élèves du premier trimestre

Publié

on

Les meilleurs élèves du premier trimestre de l’année scolaire 2018- 2019 du lycée Dominique ouattara de Kong ont reçu les encouragements des premiers responsables de l’établissement, au cours de la traditionnelle cérémonie de salut aux couleurs, ce lundi matin.

Selon le proviseur de cet établissement, Marie Louise Collon Alara, cette cérémonie permettra aux autres élèves n’ayant pas pu obtenir de bons résultats durant le premier trimestre de se remettre au travail pour un fructueux second trimestre.

Pour les meilleurs élèves, c’est un moyen pour eux de toujours rester constant de le travail. “Je ferai toujours un effort pour être parmi les meilleurs élèves du lycée”, a fait savoir Tanou Bamoussa, le meilleur élève de la classe de 3è 1.

A la fin de cette cérémonie, les élèves ont exhorté tous les acteurs du système éducatif à la pratique de l’amour mutuel afin d’obtenir les meilleurs résultats possibles au lycée de Kong.

 

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 731 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS ET VUS DU MOIS