Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Mali / Scolarisation des filles à Tringa-Marena : L’Aide précieuse de L’AMSCID

Publié

on

L’Association malienne de solidarité et de coopération internationale pour le développement (AMSCID) accompagne la scolarisation des filles. Elle multiplie les initiatives et actions dans ce sens et vient de remettre des trousseaux scolaires aux filles et des bourses d’encouragement aux mamans et enseignants des écoles de la commune rurale de Tringa-Marena. La cérémonie a enregistré la présence du président de l’Association, Bassirou Diarra, du sous-préfet de la commune rurale de Tringa-Marena, Mme Aissata Diarra, du corps enseignant et nombre d’acteurs du développement.
Située dans le cercle de Yelimané dans la Région de Kayes, la commune de Tringa-Marena bénéficie de la solidarité de l’AMSCID et de ses partenaires. Cette association dont l’objectif principal est de participer au développement à la base, en apportant un appui aux populations dans l’identification, la conception, la réalisation, le suivi et l’évaluation des projets de développement. Son accompagnement moral et financier apportera une réelle bouffée d’oxygène aux familles dans la commune en question, en termes de scolarisation des filles.
En effet, 3 filles de la commune ont reçu chacune un trousseau de 6 pagnes et une boîte de pommade. Quant à leurs mamans, elles ont eu des enveloppes à titre d’encouragement à autoriser les filles à aller à l’école. Mais les enseignants ne sont pas restés en marge. Chacun d’eux a reçu une enveloppe pour son implication en faveur de la scolarisation des filles. Ce geste symbolique de l’association a été salué à juste titre par les autorités coutumières et administratives, notamment le chef du village, le sous préfet et le maire de la commune rurale.
L’édile de Tringa-Marena, Mamady Tounkara a apprécié cette aide qui, dit-il, est d’une importance capitale pour l’éducation des filles. Il a aussi rappelé que sa commune, en partenariat avec lAMSCID a mis une commission communale de scolarisation des filles (SCOFI) pour la formation des filles, donc l’avenir des foyers de demain. Cette collaboration a permis de rehausser le taux de scolarisation dans la commune, explique le maire. Par ailleurs, il a rendu hommage à l’AMSCID pour son soutien quotidien aux actions de développement de sa circonscription. Mme le sous-préfet a demandé aux parents de ne pas empêcher les filles d’aller à l’école surtout du fait de mariage et des travaux domestiques. Pour Aissata Diarra, le mariage n’empêche pas les études.
Quant au président de l’AMSCID, il a remercié la population de Tringa-Marena pour avoir répondu à l’invitation. Et Bassirou Diarra d’affirmer que cette cérémonie est une promesse de continuité parce qu’il y a quelques mois, l’association avait remis des kits scolaires aux écoles dans la même commune. Pour lui, cette action est une continuité qui s’inscrit dans la vision et l’engagement de l’association et ses partenaires à soutenir la scolarisation des filles à Tringa-Marena.
L’AMSCID et ses partenaires sont convaincus qu’au-delà des discours, il faut être concret, a souligné M. Diarra, avant d’ajouter que l’octroi aux 36 filles des trousseaux de 6 pagnes et boites de pommade vise à les encourager à bien travailler aux examens de fin d’année. «L’association et ses partenaires comptent sur vous pour relever le défi de la scolarisation des filles», a conclu Bassirou Diarra.
Kadidiatou Diarra, porte-parole des bénéficiaires a, au nom de ses camarades, remercié l’association donatrice pour l’initiative qui aura certainement un impact positif sur l’éducation de leurs filles.

SOURCE : L’essor

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Festival international de la poésie d’Abidjan (Fipa): Kandia Camara a ouvert la fête des belles lettres

Publié

on

Les amoureux des belles lettres, des mots qui dansent, se sont donné rendez-vous pour célébrer la poésie.

L’ouverture du Festival international de la poésie d’Abidjan (Fira) a lieu le 26 octobre, à l’Institut français d’Abidjan, au Plateau. Cette cérémonie d’ouverture du Fira qui prend fin aujourd’hui a été l’occasion pour Kandia Camara, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, d’exprimer son amour pour la poésie et son soutien aux organisateurs.

Malgré son calendrier très chargé, elle a tenu à être présente. Assoumou Kabran, son directeur de cabinet, a lu son message empreint d’amour pour la poésie : « Il y a un an, nous inaugurions une ère nouvelle dans la promotion et la vulgarisation des textes poétiques avec la première édition du Fira. Ce fut le lieu pour nous de revisiter cet art mal connu, mal aimé, mais qui recèle tant de valeurs positives. N’est-ce pas la poésie, cette beauté inspiratrice qui apaise nos cœurs, qui est la reine des lettres et l’ancêtre de la beauté artistique ? Aujourd’hui, une autre page s’écrit avec la deuxième édition ».

Avant de saluer toutes les délégations africaines présentes ainsi que tous les partenaires qui ont décidé d’accompagner le Fira. Et d’ajouter la joie du ministère de l’Éducation nationale d’associer son image à cette initiative qui permet l’élévation morale et intellectuelle des enfants.

C’est par une citation de Souané Cheick Hamidou, l’un de ses collaborateurs et poète décédé en août dernier, que la ministre lui a rendu hommage. « Le poète est le porte-voix de sa société. Ces textes, il les façonne avec des mots, comme le fait le forgeron avec le fer, pour produire des vers qui portent la charge du combat de l’homme », a énoncé, en guise de conclusion, le porte-voix de Kandia Camara, avant de demander des applaudissements nourris pour le poète disparu.

Après quoi, les lauréats de la deuxième édition du Fira ont été présentés. Après délibération du jury, le Grand prix de poésie africaine d’expression française est revenu à feu Eugène Emile Dervain pour son recueil de poèmes intitulé : ‘’Une vie lisse et cruelle’’ édité par la maison Edilis. Le prix constitué d’un trophée et d’une somme d’un million de FCfa a été réceptionné par Joël Dervain, son fils, qui était accompagné par les petits-fils de l’illustre disparu.

Les trois lauréats du Prix de poésie Kandia Camara des lycées et collèges sont : Degny Jules Magès Junior (3e, en classe de terminale D au Lycée municipal d’Attecoubé 1, 19 ans, avec une moyenne de 14/20, il a reçu 200 000 FCfa), Krété Grâce Emmanuela (2e, en classe de 3e au Collège Descartes, avec une moyenne de 15/20, 14 ans, elle a reçu 200 000). Le premier prix a été décroché par Yao Semon Mourane, en classe de 3e au Collège Descartes, avec une moyenne de 16/20, 13 ans, il a reçu un trophée et 500 000 FCfa).

Au titre des prix intermédiaires, Le prix Cedeao de l’alphabétisation est revenu à Geu Manou (1er, un trophée et une somme de 500 000 Fcfa), Batoua Rita (2e, une enveloppe de 200.000) et Diarassouba Moussa (3e, une enveloppe de 200 000). Le prix de la Meilleure maison d’édition de poème a été attribué à Edilis et celui de la Meilleure direction régionale de l’Enseignement à la Dren d’Abidjan 2. La cérémonie s’est achevée par la visite des stands. Des conférences-débats et des activités littéraires mettront fin, aujourd’hui, au Fira 2018.

SERGES N’GUESSANT

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Gabon / Groupe Tchango à Port-Gentil : Un élève, un trousseau scolaire

Publié

on

«Un élève, un trousseau scolaire» était le thème de la 11ème édition de l’opération de distribution de kits scolaires effectuée par le groupe Tchango, en fin de semaine dernière dans la capitale économique.

Plus de 1500 kits scolaires ont été distribués par le groupe Tchango, le vendredi 26 Octobre dernier, aux élèves du primaire des écoles publiques Saint-André et Saint-Paul de Port-Gentil. Les paquets offerts étaient essentiellement composés de cartable, cahiers, stylos, gourdes et bien d’autres petits outils scolaires. La cérémonie était rehaussée par la présence du bienfaiteur : Gabriel Tchango, homme d’affaires très connu dans la ville d’Émile Gentil et ancien ministre de la Pêche et de l’Élevage. Certains membres de l’administration publique de la ville y ont également assisté.

L’opération qui en est à sa 11ème édition, avait pour thème «Un élève, un trousseau scolaire». Selon le donateur qui a toujours mené des actions au bénéfice des apprenants du 3ème arrondissement de Port-Gentil, «une jeunesse soutenue, est une jeunesse qui soutient. Car, l’élite de demain se trouve parmi ces enfants qu’il faut accompagner afin de restituer également au Gabon ce que le pays m’a donné».

L’opération constitue résolument un soulagement pour les parents d’élèves, dans le contexte actuel de la capitale économique, frappée de plein fouet par la crise économique et son cortège de licenciements. Le philanthrope, ancien député et récent vainqueur des élections municipales avec le parti au pouvoir dans l’arrondissement concerné, a laissé entendre : «Mon inspiration est son Excellence Ali Bongo Ondimba qui a inscrit le partage comme valeur vitale des actions qu’il mène depuis son accession au pouvoir en 2009». «Tonton Gaby», ainsi que l’appellent affectueusement les apprenants du 3ème arrondissement de Port-Gentil, a pris rendez-vous avec les élèves pour l’année prochaine.

Source: Gabon Review

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Bénin / Thèse en aménagement du territoire à UAC: Innocent Kocou Akobi, docteur avec la mention Très honorable et félicitation du jury

Publié

on

L’école doctorale pluridisciplinaire de l’Université d’Abomey-Calavi compte désormais dans ses rangs, un tout nouveau docteur en géographie. Il s’agit de Innocent Kocou Akobi, qui a eu la mention Très honorable avec les félicitations du jury, après la soutenance de sa thèse de doctorat sur le thème : « Dynamique de l’occupation de l’espace : contraintes à l’aménagement du territoire et implications pour le développement local de la commune de Bantè au centre du Bénin ». C’était le vendredi 26 octobre 2018 à l’Université d’Abomey-Calavi.

Deux faits majeurs ont motivé le choix de ce thème dont les recherches ont été conduites par le Pr Michel Boko. Il s’agit de l’amorce du processus de décentralisation au Bénin en 2003 qui a abouti à la création des collectivités territoriales décentralisées ayant pour mission l’aménagement du territoire et le développement local. Le deuxième objectif est celui de la réflexion scientifique engagée par un groupe de chercheurs scientifiques géographes africains qui porte sur la maitrise de l’espace et le développement de l’Afrique. Face au jury présidé par le Professeur Odile Dossou-Guèdègbé avec pour rapporteur, le Pr Michel Boko, et examinateurs le Pr Pierre Zoungrana et le Maitre de conférences Fidèle Yabi, l’impétrant a démontré l’existence des faiblesses dans l’occupation de l’espace en Afrique et qui posent un problème de développement. En sa qualité de maire de la commune de Bantè, Innocent Kocou Akobi a informé les membres du jury de l’impact de la dynamique sur cette localité. Selon ses explications, la commune de Bantè est marquée par la migration des colons agricoles qui s’installent pour l’agriculture sans tenir compte des difficultés qu’ils engendrent aux élus à l’ère de la décentralisation. Ce qui lui a permis de dégager les contraintes à l’aménagement du territoire de la commune de Bantè d’abord sur le plan financier dans l’exécution des projets à caractère social, physique, géographique, juridique, politico-administratif et sociologique. Ces contraintes se rapportent à la planification, la réalisation et la gestion des infrastructures et équipements socio-collectifs relatifs aux pistes de désertes rurales, aux marchés, aux écoles, aux points d’eau et aux centres de santé pour la fourniture équitable et efficace des services sociaux de base de qualité aux populations. D‘autre part, la dynamique a des implications négatives sur le développement local de la commune aussi bien sur le plan politico-administratif, socioculturel, économique, financier qu’environnemental. Comme approches de solutions, l’impétrant a recommandé la révision du schéma d’aménagement de la commune de Bantè, les variabilités climatiques et le cadastre. « Il faut que les élus locaux se retrouvent et de façon concertée avec les populations, décider d’un plan d’action communautaire pour régler les problèmes quotidiens afin de maximiser les ressources que gagnent la commune de l’extérieur. Ceci doit aussi se faire dans toutes les communes. Nous voulons conduire les populations à atteindre les ODD en 2030 et faire de Bantè, la commune leader dans la gestion de l’espace et la gouvernance territoriale », a-t-il souligné. Une démarche appréciée par le jury dont la présidente a loué les efforts consentis pour en arriver à ce résultat. « J’invite les autres maires à s’approprier cette plaquette pour prendre connaissance de ces résultats pour le développement de notre pays », a-t-elle souhaité. Au terme de cet exposé scientifique, le maire de la commune de Bantè, Innocent Kocou Akobi, s’est fait arborer sa toge rouge devenant ainsi le nouveau docteur en Géographie et développement durable.

Rastel DAN

Source: L`événement Précis

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 680 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE