Connecte-toi avec nous

ECHO ÉCOLES – LYCÉES ...

Des élèves du lycée des jeunes filles de Bouaké sensibilisées sur les grossesses en milieu scolaire

Publié

on

Des élèves du lycée moderne des jeunes filles de Bouaké ont suivi une campagne de sensibilisation sur les grossesses en milieu scolaire et leurs conséquences, à l’initiative de la fondation Gnitresor, en vue d’inciter cette cible féminine à prendre conscience et à adopter des comportements plus responsables.

Précédés du décryptage d’un reportage télé présenté par la présidente de Gnitresor, Aminata Traoré, les échanges ont permis, mercredi, aux participantes de s’informer davantage sur les causes et les conséquences du phénomène social.

La présidente de la fondation Gnitresor a demandé aux jeunes filles d’éviter de tomber dans les pièges des prédateurs en considérant leur corps comme « un bien précieux », de faire attention à leurs fréquentations, d’accorder la priorité à leurs études pour devenir des leaders et d’arrêter surtout de se trouver des excuses.

« C’est notre souhait qu’il n’y ait plus de grossesse à l’école et que les filles puissent suivre normalement leur cursus », a plaidé Aminata Traoré qui dit vouloir apporter sa contribution dans la lutte contre le phénomène, à travers cette campagne qu’elle a lancée le 9 mai au collège moderne du Plateau (Abidjan) et qui prendra fin en décembre prochain.

Le proviseur du lycée, Mme Golly Akanvou Julienne Ahou, a salué l’initiative et les précédentes, parce qu’elles ont contribué à freiner le phénomène de grossesse au cours de l’année scolaire finissante.

Annonçant avoir enregistré, au début de l’année scolaire 2017-2018, 11 cas contractés par les filles pendant les grandes vacances, le proviseur invite les parents à veiller sur leurs filles pour éviter qu’elles reviennent à la rentrée avec des grossesses.

Créée en 2012, la fondation Gnitresor a opté d’intervenir en milieu scolaire sur des thèmes autour du concept « le livre comme moyen de sensibilisation ». Elle sensibilise notamment sur les violences, encourage à la scolarisation de la fille, attire l’attention des élèves sur leurs actes susceptibles de porter préjudice à leur cursus scolaire et promeut la lecture.

A cet effet, la présidente Aminata Traoré a remis des exemplaires d’ouvrages à la bibliothèque du lycée pour permettre aux jeunes filles s’instruire davantage.

SOURCE : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

124 postes d’enseignants vacants dans le secondaire à Dimbokro

Publié

on

Au total 124 postes d’enseignants sont vacants dans les lycées et collèges publics de la direction régionale de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (DRENETFP) du N’zi, a appris l’AIP, mercredi, auprès du service des ressources humaines de la DRENETFP.

“Nous avons 124 postes vacants d’enseignants au secondaire dont 106 au premier cycle et 18 au second cycle”, a fait savoir le chef du service des ressources humaines, Zata Zahiri, soulignant que les lycées modernes de Bocanda et de Kouassikouassikro avec respectivement 38 et 27 enseignants sont les écoles les plus touchées.

Il a affirmé que le ministère l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (MENETFP) est en train de faire des efforts pour couvrir ces besoins en enseignants, espérant qu’à la rentrée des congés de noël, de nouveaux enseignants seront affectés dans les écoles.

La DRENETFP de Dimbokro compte à ce jour sept établissements secondaires, à savoir les collèges modernes de Bengasssou, Djangokro, Dimbokro et de N’zecrezessou et les lycées modernes de Dimbokro, Bocanda et Kouassikouassikro.

AIP.

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

En soutien à leur collègue, des enseignants en grève à Grand-Bassam

Publié

on

Les lycées modernes 1 et 2 de Grand-Bassam n’ont pu ouvrir, mercredi, les  portes des classes aux élèves  à cause de l’arrêt des cours  de 72 h des enseignants réunis au sein d’un collectif pour exprimer leur mécontentent  suite à l’interpellation et la condamnation d’un des leurs, Adama Kamagaté,  dans le contexte de la crise post-électorale à Grand-Bassam.

Selon le secrétaire général du Syndicat national des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire (SYNESCI), Tano  Patrick, cette décision a été prise, mardi, à l’issue d’une réunion de tous les  enseignants des deux lycées.

Nous avons décidé d’exprimer notre mécontentent et d’apporter notre soutien au camarade Adama Kamagaté, professeur d’histoire géographie, interpellé manu-militari et incarcéré à la Maca depuis le 30 octobre. Nous estimons  que c’est inadmissible et humiliant  avec cette forme d’interpellation  et de condamnation. Nous marquons notre soutien et notre  solidarité en observant 72h d’arrêt de travail  à compter de mercredi », a-t- il justifié.

Pour lui, si le maire sortant Georges Philippe Ezaley et Mme Cissé ont été interpellés, entendus puis relâchés, cela doit être le cas pour leur collègue.

«Nous demandons sa libération et s’il doit être poursuivi, que cela se fasse dans les  règles de l’art », a souhaité M. Tano.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Protestation contre le déficit criant de table-bancs: Perturbation des cours au lycée 3 de Divo

Publié

on

Plusieurs élèves du lycée moderne 3 de Divo ont fait interrompre les cours mercredi dans leur établissement, pour protester contre le déficit criant de table-bancs, a constaté l’AIP.

Elèves et enseignants se sont retrouvés dans les rues par la volonté des premiers qui estimaient que sans « le minimum pour tous », aucun enseignement ne pouvait être dispensé au lycée 3.

Anciennement collège moderne de Divo, le lycée 3 souffre de plusieurs maux dont la mauvaise qualité de ses nouveaux bâtiments et l’insuffisance des table-bancs.

« Cette année, nous n’avons pas fait cotiser les élèves pour l’équipement en bancs et le conseil régional qui a la mission de nous aider traîne les pieds », a expliqué un membre de l’équipe de direction de l’école.

Plusieurs élèves ont confié à l’AIP que leur mouvement pourrait gagner en ampleur et s’étendre à d’autres écoles si « rien n’est fait dans l’immédiat ».

Le lycée moderne 3 de Divo a la réputation de foyer de source d’où naissent les principaux mouvements de perturbation de l’école dans la capitale de la région du Lôh-Djiboua, rappelle-t-on.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 680 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE