Connecte-toi avec nous

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Côte d’Ivoire-Japon / Innovation technologique : Un smartphone pliable… à la verticale

Publié

on

Nombreux sont déjà les fabricants à s’être lancés sur le marché du smartphone pliable. D’autres y travaillent encore. Sharp dévoile un concept différent, a fait savoir Begeek, dans une publication ce vendredi 12 avril 2019.

On peut le dire, les smartphones pliables ont le vent en poupe. Samsung, Huawei, Xiaomi, Lenovo, autant de marques qui ont clairement affiché leur volonté en matière de smartphone pliable. La liste s’allonge aujourd’hui avec l’arrivée de Sharp. Le constructeur japonais entre aujourd’hui dans la course avec un prototype qui se démarque clairement de la concurrence.

Sharp dévoile un prototype de smartphone pliable à la verticale.Le constructeur a fait la démonstration à la presse japonaise d’un prototype fonctionnel de smartphone pliable. La pliure est horizontale, le haut du smartphone venant ainsi de plier sur le bas. L’écran OLED offre une diagonale de 6,18 pouces pour une définition de 1 440 x 3 040 pixels et pourrait supporter pas moins de 300 000 pliures.

Notons que pour sa part, la firme coréenne LG a déposé un brevet le 9 avril dernier. Le smartphone en question posséderait donc deux écrans transparents avec un pli en plein milieu. Ainsi, le mobile s’ouvrirait à la manière d’un livre lorsqu’il passe de sa taille « portable » à sa taille « tablette ». Les écrans fonctionnent des deux côtés ce qui signifie qu’il sera possible d’interagir avec en touchant l’arrière de chaque écran avec notre doigt.

SOURCE: (linfodrome.com)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

USA / Hache de guerre enterrée entre Google et Amazon

Publié

on

Comme promis en avril, la guéguerre du streaming entre Google et Amazon a officiellement pris fin. Après s’être mis des bâtons dans les roues pendant quatre ans en retirant tour à tour leurs services de vidéo à la demande de leurs plateformes réciproques, les deux géants ont finalisé leur entente. Les utilisateurs apprécieront.

Google a en effet annoncé mardi le retour officiel du service de streaming Prime Video d’Amazon sur son appareil de diffusion Chromecast, ainsi que sur les téléviseurs connectés Android TV. De son côté, Amazon a fait une annonce similaire en retournant la faveur, avec l’app officielle YouTube à nouveau compatible avec ses divers produits Fire TV (stick, boîtier ou TV connectée). Il était jusqu’ici impossible ou compliqué d’accéder à la plateforme vidéo sur ces appareils. Dans les prochains mois, les apps YouTube TV (aux États-Unis) et YouTube Kids, service vidéo destiné aux enfants, y seront aussi déployées, a fait savoir le géant du e-commerce.

En revanche, le site The Verge note que les appareils Echo Show d’Amazon, enceintes connectées dotées d’un écran, ne sont pas concernées par ce rapprochement. Elles n’ont donc pas droit à l’application YouTube officielle.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Chine / Plus de 1 300 apps font fi du refus des utilisateurs

Publié

on

Une recherche de l’International Computer Science Institute (ICSI) présentée à la conférence PrivacyCon 2019 a permis de découvrir que plus de 1 300 apps Android continuent d’accéder à la géolocalisation et à des données sur les smartphones des utilisateurs sans leur autorisation. Les chercheurs pointent du doigt le système d’exploitation mobile de Google.

88 000 apps disponibles dans le Play Store se sont retrouvées sous la loupe des chercheurs qui ont analysé comment elles se comportaient lorsque l’utilisateur leur refusait l’autorisation d’accéder à certaines infos du mobile, comme la géolocalisation par exemple. Ils ont déterminé que même lorsque la permission n’est pas accordée, certaines apps sont capables, grâce à du code caché, de récolter des données en contournant le mécanisme imposé par Google sur Android. Sur le grand échantillon d’apps, plus d’un millier (précisément 1 325) sont concernées, selon les experts de l’ICSI, rapporte le site CNet.

Partage d’infos entre apps

Les apps controversées agissent en exploitant par exemple la connexion wi-fi ou les métadonnées stockées dans les photos. Les chercheurs ont découvert que l’app d’édition de photos Shutterfy récolte les données GPS des images et les envoie sur ses serveurs, même lorsque l’utilisateur n’a pas donné son accord. Un porte-parole du service a réfuté ces affirmations.

Certaines apps sont aussi en mesure de récolter des données, comme l’adresse MAC ou le numéro IMEI (l’identifiant unique du téléphone), en s’appuyant sur les autorisations obtenues par d’autres apps. L’app Baidu pour le parc Disneyland de Hong Kong fait par exemple partie des 13 apps recensées capables de siphonner des données avec cette technique. Malgré leur nombre restreint, celles-ci ont été installées 17 millions de fois, notent les chercheurs.

«Fondamentalement, les consommateurs disposent de très peu d’outils et de signaux qu’ils peuvent utiliser pour contrôler raisonnablement leur vie privée et prendre des décisions à ce sujet», déplore Serge Egelman, à la tête de cette étude. «Si les développeurs d’applications peuvent contourner le système, alors demander la permission aux consommateurs n’a pas beaucoup de sens», remarque-t-il. La liste complète des 1 325 apps qui violent les règles concernant les autorisations sera publiée lors de la conférence Usenix qui se déroulera au mois d’août, a-t-il encore fait savoir.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

USA / Instagram a une solution contre le harcèlement

Publié

on

Parmi ces nouveaux dispositifs figure un avertissement, généré par un logiciel d’intelligence artificielle, qui sera adressé aux personnes souhaitant publier des remarques injurieuses sur la populaire application de partage d’images. «Cette intervention donne aux personnes l’occasion de réfléchir et d’annuler leur remarque, et cela permet au destinataire de ne pas recevoir ce commentaire néfaste», a expliqué Adam Mosseri, le patron d’Instagram.

Un autre outil baptisé «restriction» vise à réduire un éventuel flot de remarques négatives sur le compte d’un utilisateur victime de harcèlement. Cette fonctionnalité est destinée à un utilisateur réticent, par crainte d’envenimer la situation, à bloquer ou à se désabonner du compte d’un harceleur.

L’utilisateur pourra plus ou moins restreindre l’influence d’une personne cherchant à lui nuire en approuvant ou pas ses commentaires et en les rendant ainsi visibles ou non pour les autres. «Les personnes restreintes ne pourront pas voir si vous êtes actif sur Instagram ni si vous avez lu leurs messages directs», a expliqué M. Mosseri.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 795 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

REVUE DE PRESSE HEBDO

Show Buttons
Hide Buttons