Connecte-toi avec nous

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Côte d’Ivoire-Inter /LOGICIEL : Google n’aurait pas été très fair-​​play avec Mozilla

Publié

on

Devenu le navigateur web le plus utilisé dans le monde depuis plusieurs années, Google Chrome n’a cessé de gagner des parts de marché aux dépens de ses concurrents, dont Firefox. Mais Google n’a pas été toujours fair-play, dénonce Jonathan Nightingale, ex-cadre chez Mozilla. Dans un thread sur Twitter, l’ancien directeur général et vice-président de Firefox accuse Google d’avoir saboté Firefox pendant la dernière décennie, en insérant notamment des bugs sur ses sites qui ne se manifestent que pour les utilisateurs du navigateur web édité par Mozilla.

«Lorsque j’ai débuté chez Mozilla en 2007 il n’y avait pas de Google Chrome, et la plupart des gens avec lesquels on parlait chez Google étaient des fans de Firefox», se rappelle l’ex de Mozilla. «Lorsque Chrome a été lancé les choses se sont compliquées, mais pas de la manière dont on pourrait s’attendre. Ils avaient désormais un produit concurrent, mais ils n’ont pas coupé les liens, ils n’ont pas rompu notre accord de recherche – rien de tout cela. En fait, l’histoire que nous n’arrêtions pas d’entendre était la suivante: « Nous sommes du même côté. Nous voulons les mêmes choses »».

«Des publicités pour Google Chrome ont commencé à apparaître à côté des termes de recherche Firefox. Gmail et (Google) Docs ont commencé à connaître des problèmes de performances et des bugs uniquement sur Firefox. Les sites de démonstration bloquaient faussement Firefox comme étant « incompatible »», écrit l’ex-cadre.

Des «oups» à répétition

Johnathan Nightingale parle de «oups» à répétition de la part de Google, après chaque problème «accidentel», et de promesses de correctifs. Des douzaines de oups, voire des centaines, se rappelle-t-il.

«Je ne suis pas pour attribuer à la malice ce qui peut s’expliquer par l’incompétence, mais je ne crois pas que Google soit aussi incompétent. Je crois qu’ils manquaient de temps. On perdait des utilisateurs à chaque fois. Et nous avons dépensé tous nos efforts et étions très frustrés à chaque tic-tac, nous avons fait cela au lieu d’améliorer notre produit. Nous avons été dépassés pendant un certain temps et lorsque nous avons commencé à appeler cette situation par son nom, beaucoup de dégâts avaient été faits», déplore l’ex-dirigeant.

Ce ne sont pas les premières accusations de ce type, note le site ZDNet. En juillet 2018, Chris Peterson, directeur des programmes de Mozilla, avait accusé Google de ralentir intentionnellement les performances de YouTube sur Firefox. Il avait révélé que Firefox et Edge, navigateur web de Microsoft, étaient plus rapides que Chrome pour charger du contenu YouTube. Pour contrer ces performances, Google est alors passé à une bibliothèque JavaScript pour YouTube que la firme de Mountain View savait qu’elle n’était pas supportée par Firefox.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

USA / Hache de guerre enterrée entre Google et Amazon

Publié

on

Comme promis en avril, la guéguerre du streaming entre Google et Amazon a officiellement pris fin. Après s’être mis des bâtons dans les roues pendant quatre ans en retirant tour à tour leurs services de vidéo à la demande de leurs plateformes réciproques, les deux géants ont finalisé leur entente. Les utilisateurs apprécieront.

Google a en effet annoncé mardi le retour officiel du service de streaming Prime Video d’Amazon sur son appareil de diffusion Chromecast, ainsi que sur les téléviseurs connectés Android TV. De son côté, Amazon a fait une annonce similaire en retournant la faveur, avec l’app officielle YouTube à nouveau compatible avec ses divers produits Fire TV (stick, boîtier ou TV connectée). Il était jusqu’ici impossible ou compliqué d’accéder à la plateforme vidéo sur ces appareils. Dans les prochains mois, les apps YouTube TV (aux États-Unis) et YouTube Kids, service vidéo destiné aux enfants, y seront aussi déployées, a fait savoir le géant du e-commerce.

En revanche, le site The Verge note que les appareils Echo Show d’Amazon, enceintes connectées dotées d’un écran, ne sont pas concernées par ce rapprochement. Elles n’ont donc pas droit à l’application YouTube officielle.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Chine / Plus de 1 300 apps font fi du refus des utilisateurs

Publié

on

Une recherche de l’International Computer Science Institute (ICSI) présentée à la conférence PrivacyCon 2019 a permis de découvrir que plus de 1 300 apps Android continuent d’accéder à la géolocalisation et à des données sur les smartphones des utilisateurs sans leur autorisation. Les chercheurs pointent du doigt le système d’exploitation mobile de Google.

88 000 apps disponibles dans le Play Store se sont retrouvées sous la loupe des chercheurs qui ont analysé comment elles se comportaient lorsque l’utilisateur leur refusait l’autorisation d’accéder à certaines infos du mobile, comme la géolocalisation par exemple. Ils ont déterminé que même lorsque la permission n’est pas accordée, certaines apps sont capables, grâce à du code caché, de récolter des données en contournant le mécanisme imposé par Google sur Android. Sur le grand échantillon d’apps, plus d’un millier (précisément 1 325) sont concernées, selon les experts de l’ICSI, rapporte le site CNet.

Partage d’infos entre apps

Les apps controversées agissent en exploitant par exemple la connexion wi-fi ou les métadonnées stockées dans les photos. Les chercheurs ont découvert que l’app d’édition de photos Shutterfy récolte les données GPS des images et les envoie sur ses serveurs, même lorsque l’utilisateur n’a pas donné son accord. Un porte-parole du service a réfuté ces affirmations.

Certaines apps sont aussi en mesure de récolter des données, comme l’adresse MAC ou le numéro IMEI (l’identifiant unique du téléphone), en s’appuyant sur les autorisations obtenues par d’autres apps. L’app Baidu pour le parc Disneyland de Hong Kong fait par exemple partie des 13 apps recensées capables de siphonner des données avec cette technique. Malgré leur nombre restreint, celles-ci ont été installées 17 millions de fois, notent les chercheurs.

«Fondamentalement, les consommateurs disposent de très peu d’outils et de signaux qu’ils peuvent utiliser pour contrôler raisonnablement leur vie privée et prendre des décisions à ce sujet», déplore Serge Egelman, à la tête de cette étude. «Si les développeurs d’applications peuvent contourner le système, alors demander la permission aux consommateurs n’a pas beaucoup de sens», remarque-t-il. La liste complète des 1 325 apps qui violent les règles concernant les autorisations sera publiée lors de la conférence Usenix qui se déroulera au mois d’août, a-t-il encore fait savoir.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

USA / Instagram a une solution contre le harcèlement

Publié

on

Parmi ces nouveaux dispositifs figure un avertissement, généré par un logiciel d’intelligence artificielle, qui sera adressé aux personnes souhaitant publier des remarques injurieuses sur la populaire application de partage d’images. «Cette intervention donne aux personnes l’occasion de réfléchir et d’annuler leur remarque, et cela permet au destinataire de ne pas recevoir ce commentaire néfaste», a expliqué Adam Mosseri, le patron d’Instagram.

Un autre outil baptisé «restriction» vise à réduire un éventuel flot de remarques négatives sur le compte d’un utilisateur victime de harcèlement. Cette fonctionnalité est destinée à un utilisateur réticent, par crainte d’envenimer la situation, à bloquer ou à se désabonner du compte d’un harceleur.

L’utilisateur pourra plus ou moins restreindre l’influence d’une personne cherchant à lui nuire en approuvant ou pas ses commentaires et en les rendant ainsi visibles ou non pour les autres. «Les personnes restreintes ne pourront pas voir si vous êtes actif sur Instagram ni si vous avez lu leurs messages directs», a expliqué M. Mosseri.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 795 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

REVUE DE PRESSE HEBDO

Show Buttons
Hide Buttons