Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Côte d’Ivoire-Inter / France : Hausse des frais pour les étudiants étrangers: des associations vont saisir le Conseil d’État

Publié

on

Plusieurs associations dont le syndicat des avocats de France et l’Unef vont déposer un recours auprès du conseil d’État pour annuler l’arrêté qui prévoit une augmentation des frais d’inscription à l’université pour les étudiants extra-européens.

Organisations étudiantes de droite et de gauche, associations d’avocats, présidents d’universités… Tout le petit monde universitaire (ou affilié) semble vent debout contre la réforme annoncée dès novembre par le premier ministre Édouard Philippe qui prévoit d’augmenter largement les frais d’inscriptions à l’université pour les étudiants issus de pays extra-européens. Plusieurs associations ont annoncé jeudi qu’elles allaient déposer un recours devant le Conseil d’État pour contester cette hausse controversée, entrée en vigueur par la publication de l’arrêté au journal officiel ce dimanche 21 avril.

» LIRE AUSSI –Université: l’augmentation des frais d’inscription pour les étrangers a été inscrite au journal officiel

À partir de la rentrée prochaine, ces étudiants étrangers devront donc s’acquitter, sauf annulation de la mesure, de 2.770 euros en licence et de 3.770 euros en master, soit des frais 15 à 16 fois plus élevés que pour leurs homologues européens. Depuis son annonce en novembre, cette hausse de frais universitaires ne cesse de faire des vagues. Plusieurs universités en France ont fait savoir qu’elles n’appliqueraient pas cette mesure en utilisant la possibilité d’exonérer de frais une partie de leurs effectifs. Les non-Européens ayant déjà entamé leurs études en France ne sont pas concernés par cette hausse. Les doctorants en sont aussi dispensés suite à un recul du ministère de l’Enseignement supérieur en février.

SOURCE: (etudiant.lefigaro.fr)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Bac 2019 / les fausses recettes miracles pour optimiser ses révisions

Publié

on

BAC J-27 – Comment s’y retrouver à travers la multitude de conseils qui circulent sur la meilleure façon de réviser son bac? Le Figaro fait le point sur les «stratégies» à éviter à tout prix.

Le bac approche, et avec lui le déferlement de recettes miracles pour optimiser son temps et réviser le plus efficacement possible. Ils sont souvent livrés par des amis ou des parents, et circulent partout sur internet. Bien qu’ils puissent paraître alléchants, certains conseils pourraient davantage vous nuire que vous garantir une mention.

• Tout miser sur quelques chapitres

Face à l’étendue des révisions du baccalauréat et au temps limité dont ils disposent, les candidats peuvent être tentés de se livrer au jeu des probabilités et décider de ne pas réviser les chapitres tombés lors des dernières éditions du baccalauréat. Cette stratégie revient à prendre beaucoup de risques. Il arrive en effet que certains chapitres tombés l’année précédente retombent l’année suivante, ou encore que d’autres ne soient pas donnés pendant plusieurs années consécutives.

» LIRE AUSSI – Révisions du bac 2019: comment se motiver?

• Prendre des médicaments stimulants

Certains médicaments, comme la Ritaline, généralement prescrits en cas de troubles de l’attention chez l’enfant, «rendraient plus intelligents» et permettraient de se concentrer plus facilement. Cependant, prendre des médicaments sans réel motif médical est fortement déconseillé et peut s’avérer dangereux, notamment dans le cas d’une dépression ou d’une malformation cardiaque. Le Guronsan, un cocktail de vitamines C et de caféine disponible sans ordonnance, est très prisé des étudiants et bacheliers, mais s’il donne de l’énergie, il n’est pas propice à la concentration.

SOURCE: (etudiant.lefigaro.fr)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Malaisie / Une adolescente se suicide après un vote sur Instagram

Publié

on

Une adolescente malaisienne qui avait publié un sondage sur son compte Instagram demandant si elle devait vivre ou mettre fin à ses jours s’est suicidée après avoir vu la majorité de ses followers voter pour la mort.

C’est un drame national qui vient de se dérouler en Malaisie. Une jeune fille âgée de 16 ans, habitant à Kuching dans l’Etat de Sarawak, est « subitement » morte après avoir posté un sondage sur le réseau social Instagram en demandant à ses «followers» si elle devait ou non se donner la mort. L’affaire a provoqué un émoi international et une enquête va être ouverte pour éviter que des cas similaires ne puissent se reproduire. La filiale malaisienne d’Instagram a d’ores et déjà présenté ses condoléances.

SOURCE: (etudiant.lefigaro.fr)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Lutte contre la violence au Burkina / des universitaires veulent apporter leur contribution

Publié

on

Les responsables du Laboratoire langues, discours et pratiques artistiques (LADIPA) de l’Université Joseph-Ki-Zerbo était face à la presse, le vendredi 17 mai 2019, à Ouagadougou pour annoncer la tenue d’un colloque international sur le thème : «La violence dans les langues, les littératures et les arts du Sahel» du 23 au 25 mai prochain.

Bien que n’étant pas des spécialistes des armes, des universitaires peuvent, par leur réflexion, contribuer à la lutte contre le terrorisme et la violence en Afrique en général et au Burkina Faso en particulier. C’est la conviction des premiers responsables du Laboratoire langues, discours et pratiques artistiques (LADIPA) de l’Ecole doctorale Lettres, sciences humaines et communication (LESHCO), de l’Université Joseph-Ki-Zerbo qui organisent un colloque international sur le thème : «La violence dans les langues, les littératures et les arts du Sahel» du 23 au 25 mai 2019. L’information a été donnée aux hommes de médias au cours d’un point de presse, le vendredi 17 mai 2019 à Ouagadougou. Aux dires du président du comité d’organisation, Pr Albert Ouédraogo, ce colloque vise à réunir les scientifiques de toutes les spécialités des sciences du langage et de la littérature pour réfléchir, échanger les idées, les expériences et structurer un discours scientifique autour de la violence dans les langues, les littératures et les arts.

SOURCE : (aouaga.com)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 8 096 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

REVUE DE PRESSE HEBDO