Connecte-toi avec nous

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Viva Technology 2018 : la Start-up ivoirienne Lifi Led invitée à participer à un échange sur les enjeux de l’entrepreneuriat

Publié

on

Conviée à prendre part à la troisième édition de Viva Technology (VivaTech), du 24 au 26 mai à Paris, la start-up ivoirienne Lifi Led participera à une session d’échange organisée par le Conseil Présidentiel pour l’Afrique et Bpifrance, afin de faire progresser la réflexion sur les enjeux de l’entrepreneuriat en Afrique et les solutions pour le favoriser.

En prélude à ce grand rendez-vous, Lifi Led est conviée par le Conseil Présidentiel pour l’Afrique (CPA) et la Banque Pour l’Investissement (Bpifrance), à une session d’échange et de créativité, le 23 mai, sur le thème « Start-up africaines : Vous appuyer pour décoller encore plus vite. Favoriser les synergies avec les acteurs français ». Cette session a pour but de faire progresser la réflexion sur les enjeux de l’entrepreneuriat en Afrique et les solutions pour le favoriser. Les résultats de ces réflexions collectives seront présentés au Président de la République de France, Emmanuel Macron.

La participation de Lifi Led Côte d’Ivoire à cet atelier puis au salon parisien VivaTech constitue une étape importante de son ambition d’offrir l’électricité et la connexion internet aux populations africaines dans les zones non couvertes par les fournisseurs traditionnels. La stratégie de Lifi Led tire parti de la technologie Lifi, une solution de communication sans fil qui utilise le réseau d’éclairage LED pour transmettre des données à la vitesse de la lumière et produire une connexion internet 30 fois plus rapide que le Wifi. Grâce à ses ampoules LED alimentées en énergie solaire, Lifi Led Côte d’Ivoire a apporté l’éclairage et l’internet à Brahimakro. Dépourvu d’électricité, ce village de 1600 âmes situé à 70 Km d’Abidjan est entièrement éclairé et connecté, après 72 heures de travaux réalisés entre le jeudi 15 et le samedi 17 mars 2018.

Des installations similaires ont été réalisées en avril 2017 à Drongouiné, dernier village dans l’Ouest de la Cote d’Ivoire, à 12 Km de la ville de Danané. La solution Lifi Led est actuellement en cours de déploiement à Bangui, en Centrafrique. L’engagement de Lifi Led Côte d’Ivoire dans l’électrification et l’extension de la connexion internet en fait un acteur important dans le développement durable et l’économie verte. Il justifie, en outre, Ange Frédérick BALMA parmi les enfants de Brahimakro.

« Nous franchissons une nouvelle étape dans la formulation des propositions qui auront un impact réel sur les populations en Afrique comme ailleurs. Notre solution Lifi permet une économie de plus de 80% de la consommation de l’éclairage. De plus, elle transforme les coûts d’éclairage en un nouveau support de communication ouvert à toutes sortes d’application », déclare Ange Frédérick BALMA, président-directeur général de Lifi Led Côte d’Ivoire.

Le rêve de Lifi Led Côte d’Ivoire est de faire de l’Afrique un continent où la lumière apporte effectivement de l’espoir, celui d’un développement inclusif, a expliqué son PDG. Lifi Led Côte d’Ivoire est une Entreprise de droit ivoirien à fort potentiel de développement, Lifi Led (www.lifi-led.ci) est la première start-up africaine spécialisée dans la fourniture de services de connectivité basés sur l’intégration de solutions Lifi et l’éclairage intelligent (Smart Lighting).

Lifi Led Côte d’Ivoire a bénéficié de l’accompagnement de la Fondation Jeunesse Numérique pilotée par le Ministère de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste. Elle s’emploie à son tour à former et encadrer des Tech entrepreneurs ivoiriens à travers son laboratoire dénommé « BpiLab Invest ». Lifi Led est présente au Burkina Faso, au Mali et en France. La Start-Up ivoirienne s’est vue attribuée une dizaine de distinctions. Son président Directeur général, Ange Frédérick BALMA figure parmi les dix personnalités clés de l’économie numérique de la Côte d’Ivoire.

SOURCE : Abidjan.net

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

USA / Un cerveau connecté testé dès l’an prochain

Publié

on

La start-up Neuralink, qui développe une interface reliant le cerveau aux ordinateurs, devrait réaliser ses premiers tests sur des individus, dès l’an prochain, a annoncé son patron Elon Musk, mardi soir, à San Francisco.

«Nous pouvons réaliser une interface cerveau-machine complète», s’est félicité Elon Musk, lors d’une manifestation high-tech à San Francisco, où le milliardaire et les membres de l’équipe de Neuralink ont présenté un état de leurs recherches. Le projet peut «réaliser une sorte de symbiose avec l’intelligence artificielle», assure-t-il.

Minuscule capteur

L’entrepreneur futuriste (Tesla, SpaceX) soutient que ce qu’il nomme «dentelle neuronale», union entre le cerveau et les ordinateurs, est un contrefeu vital face à l’intelligence artificielle qui, selon lui, fait courir le risque aux humains de n’être un jour plus que des «chats domestiques».

Neuralink a dévoilé une première version d’un minuscule capteur destiné à être implanté dans le cerveau grâce à une infime incision pratiquée par un robot conçu pour cette tâche de haute précision. «Ce sont de minuscules électrodes que le robot implante délicatement», a expliqué Elon Musk, ajoutant que des milliers d’électrodes pourraient à l’avenir être connectées au cerveau.

Technologie étendue

Pour l’instant, l’objectif est de laisser l’individu doté d’implants contrôler un smartphone par la pensée, mais la technologie pourrait éventuellement s’étendre à d’autres dispositifs tels que des outils de robotique. «Cela a un énorme potentiel», estime Elon Musk, «nous espérons pouvoir l’implanter sur un humain avant la fin de l’année prochaine».

Selon un neurochirurgien de Neuralink, l’une des premières applications de cette technologie vise le traitement de maladies neurologiques. Mais l’objectif à long terme est de rendre les implants si sûrs, fiables et simples qu’ils pourraient entrer dans le champ de la chirurgie élective (de confort) pour des individus qui rêvent de doter leur cerveau d’une puissance informatique.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

USA / Hache de guerre enterrée entre Google et Amazon

Publié

on

Comme promis en avril, la guéguerre du streaming entre Google et Amazon a officiellement pris fin. Après s’être mis des bâtons dans les roues pendant quatre ans en retirant tour à tour leurs services de vidéo à la demande de leurs plateformes réciproques, les deux géants ont finalisé leur entente. Les utilisateurs apprécieront.

Google a en effet annoncé mardi le retour officiel du service de streaming Prime Video d’Amazon sur son appareil de diffusion Chromecast, ainsi que sur les téléviseurs connectés Android TV. De son côté, Amazon a fait une annonce similaire en retournant la faveur, avec l’app officielle YouTube à nouveau compatible avec ses divers produits Fire TV (stick, boîtier ou TV connectée). Il était jusqu’ici impossible ou compliqué d’accéder à la plateforme vidéo sur ces appareils. Dans les prochains mois, les apps YouTube TV (aux États-Unis) et YouTube Kids, service vidéo destiné aux enfants, y seront aussi déployées, a fait savoir le géant du e-commerce.

En revanche, le site The Verge note que les appareils Echo Show d’Amazon, enceintes connectées dotées d’un écran, ne sont pas concernées par ce rapprochement. Elles n’ont donc pas droit à l’application YouTube officielle.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

TIC - TECH - TICe - INNOVATIONS

Chine / Plus de 1 300 apps font fi du refus des utilisateurs

Publié

on

Une recherche de l’International Computer Science Institute (ICSI) présentée à la conférence PrivacyCon 2019 a permis de découvrir que plus de 1 300 apps Android continuent d’accéder à la géolocalisation et à des données sur les smartphones des utilisateurs sans leur autorisation. Les chercheurs pointent du doigt le système d’exploitation mobile de Google.

88 000 apps disponibles dans le Play Store se sont retrouvées sous la loupe des chercheurs qui ont analysé comment elles se comportaient lorsque l’utilisateur leur refusait l’autorisation d’accéder à certaines infos du mobile, comme la géolocalisation par exemple. Ils ont déterminé que même lorsque la permission n’est pas accordée, certaines apps sont capables, grâce à du code caché, de récolter des données en contournant le mécanisme imposé par Google sur Android. Sur le grand échantillon d’apps, plus d’un millier (précisément 1 325) sont concernées, selon les experts de l’ICSI, rapporte le site CNet.

Partage d’infos entre apps

Les apps controversées agissent en exploitant par exemple la connexion wi-fi ou les métadonnées stockées dans les photos. Les chercheurs ont découvert que l’app d’édition de photos Shutterfy récolte les données GPS des images et les envoie sur ses serveurs, même lorsque l’utilisateur n’a pas donné son accord. Un porte-parole du service a réfuté ces affirmations.

Certaines apps sont aussi en mesure de récolter des données, comme l’adresse MAC ou le numéro IMEI (l’identifiant unique du téléphone), en s’appuyant sur les autorisations obtenues par d’autres apps. L’app Baidu pour le parc Disneyland de Hong Kong fait par exemple partie des 13 apps recensées capables de siphonner des données avec cette technique. Malgré leur nombre restreint, celles-ci ont été installées 17 millions de fois, notent les chercheurs.

«Fondamentalement, les consommateurs disposent de très peu d’outils et de signaux qu’ils peuvent utiliser pour contrôler raisonnablement leur vie privée et prendre des décisions à ce sujet», déplore Serge Egelman, à la tête de cette étude. «Si les développeurs d’applications peuvent contourner le système, alors demander la permission aux consommateurs n’a pas beaucoup de sens», remarque-t-il. La liste complète des 1 325 apps qui violent les règles concernant les autorisations sera publiée lors de la conférence Usenix qui se déroulera au mois d’août, a-t-il encore fait savoir.

SOURCE: (lessentiel.lu)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 804 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

REVUE DE PRESSE HEBDO

Show Buttons
Hide Buttons