Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Togo / «Enlèvement» de Professeur Claude Pelelem à Kara : La STT réclame sa libération et risque de durcir le ton de son mouvement.

Publié

on

C’est la crainte que l’on peut avoir quant on sait que la STT de deux jours de manifestations est passée à trois puis à quatre jours de grève cette semaine. En fait, suite à l’arrestation alors qu’il s’est rendu de lui-même à la Brigade Antigang de la ville de Kara pour répondre à une convocation et au déplacement du professeur d’Allemand au Lycée de Lama Kpeda, vers une destination inconnue, la STT dont il est le point focal, est en passe de durcir le ton de son mouvement.

Relatant dans un communiqué, les faits qui se sont produits hier à Kara alors que des camarades se sont mobilisés pour apporter leur soutien à M. Pelelem, la STT dit comprendre « mal les raisons qui peuvent alors motiver cet acharnement contre nos différents responsables fussent-ils des points focaux ». Elle constate avec amertume que parmi les camarades mobilisés, suite à la dispersion, orchestrée avec une violence inouïe, il a été laissé sur place « des blessés graves dont une enseignante particulièrement atteinte et actuellement admise en soins intensif ».

La STT s’indigne contre cette énième violation des libertés syndicales et cette propension de certaines autorités à vouloir museler à tout prix le front syndical par la persécution de ses principaux responsables en lieu et place des solutions adéquates aux revendications sociales.
Nadou Oloukounlé et ses collègues dénoncent la détention secrète de M. Pelelem « au mépris du respect des procédures » qui « s’apparente à un enlèvement ».

Ils exigent dès lors « la libération immédiate et sans condition du camarade Pelelem arbitrairement détenu au secret donc enlevé par les forces de sécurité. Pars conséquent, ceux qui le détiennent seront tenus pour responsables de tout ce qui adviendra à l’intégrité physique de notre camarade qui est sous traitement médical », «l’arrêt des méthodes d’intimidation et de harcèlement des dirigeants syndicaux » et enfin, « demande aux camarades de rester mobilisés jusqu’à satisfaction complète de nos revendications». … suite de l’article sur Autre presse

SOURCE : Telegramme 228

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Bourses d’études « Chevening Scholarships » / 1500 Bourses d’études pour l’année académique 2018_2019

Publié

on

Bourse d’etude Chevening Scholarships / 1500 Bourses d’études pour l’année académique 2018_2019

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Coopération universitaire: Le Cerap établit un pont entre étudiants ivoiriens et japonais

Publié

on

Partage d’expériences; visites d’entreprises et de sites touristiques ivoiriens ; rencontres avec le personnel de l’ambassade du Japon en Côte d’Ivoire…Les étudiants de la Sofia University de Tokyo (Japon) n’oublieront pas de sitôt les deux semaines qu’ils viennent de passer en Côte d’Ivoire.

Vendredi 14 septembre dernier,  la cérémonie culturelle organisée au centre de recherche et d’action pour la paix (Cerap) sis à Cocody en leur honneur pour clore ce séjour a été l’occasion pour le père François Kaboré, directeur de l’institut universitaire jésuite du Cerap de mettre en évidence le bien-fondé de ce partenariat: « Dans ce monde qui se globalise, il est important que nos étudiants apprennent ce qui se fait ailleurs dans les domaines de l’économie, de la culture, de l’environnement et que les étudiants des pays dits développés viennent voir aussi ce qu’il y a chez nous », a-t-il indiqué avant de souligner que ce genre de coopération entre universités de pays développés et celles des pays sous-développés peut contribuer non seulement à changer certaines perceptions sur l’Afrique mais aussi, elle peut impulser le développement des sociétés africaines grâce au transfert des savoirs et des technologies.

C’est pourquoi, le père Eugène Goussinkindey, directeur du Cerap, a souhaité que cette coopération universitaire puisse constituer un modèle dans d’autres domaines, industriel et économique notamment. Quant à Hiroaki Koda, deuxième secrétaire de l’ambassade du Japon en Côte d’Ivoire, il a souhaité que cette dynamique de coopération s’approfondisse pour contribuer au renforcement de l’axe Abidjan-Tokyo.

«J’espère que les étudiants qui ont participé à ce programme feront le pont entre nos 2 pays » a-t-il conclu. Plusieurs prestations scéniques ont ponctué cette cérémonie. Des prestations qui auront permis aux étudiants japonais de dire leur joie d’avoir effectué le déplacement d’Abidjan. « J’ai beaucoup aimé ces rencontres d’échanges. J’ai découvert des mets comme l’aloco, l’attiéké que j’ai beaucoup apprécié. J’ai découvert Yamoussoukro et vu comment les gens sont chaleureux, si j’ai l’opportunité de revenir, je reviendrai » a ainsi témoigné Sayo Hosoi, une étudiante de la délégation japonaise.

A noter que, depuis 4 ans, dans le cadre du partenariat entre le Cerap et Sofia university, 2 étudiants ivoiriens séjournent durant un semestre à Tokyo et environ une quinzaine d’étudiants japonais viennent en Côte d’Ivoire pour des rencontres d’échanges.

FRANCIS KOUAME

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Ouaga / Rentrée des classes 2018/2019: Il n’y aura pas d’affectation pour nécessité de service (ministre)

Publié

on

Le ministre en charge de l’Education nationale le Pr Stanislas Ouaro a déclaré mercredi soir sur la Télévision Nationale, qu’«il n’y aura pas d’affectation pour nécessité de service» au cours de la rentrée des classes 2018/2019.

Le ministre Stanislas Ouaro s’exprimait mercredi soir au cours de l’émission interactive de la Télévision nationale burkinabè appelée Dialogue citoyen qui est présenté par le journaliste Simon Gongo et permet des échanges directs entre les citoyens et le gouvernement.

«La règle nationale est que si vous êtes affecté dans une région donnée, vous devez y passer au moins 6 ans sauf cas de nécessité de service avant d’être candidat à la possibilité de passer à une autre région», a déclaré le ministre Stanislas Ouaro.

Cette décision a été prise selon le ministre Stanislas Ouaro, pas seulement à cause de la situation sécuritaire mais aussi par souci de justice et d’équité.

«Ce que nous avons souhaité c’est d’éviter que parce que vous êtes une connaissance du ministre ou du directeur de cabinet, vous ayez la possibilité d’échapper à ce critère là pour vous faire affecter dans une région donnée», a-t-il affirmé.

«Cette année, on va surseoir aux nécessités de services en attendant que les choses soient suffisamment précises pour y revenir», a-t-il également ajouté. … suite de l’article sur AIB

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 676 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE