Connecte-toi avec nous

EMPLOI & JEUNESSE

Secteur Privé- Renforcement des capacités de plus de 7000 entreprises africaines et francophones

Publié

on

La cérémonie officielle d’ouverture de la 43ème Assemblée Générale de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones (CPCCAF), s’est tenue ce mardi 12 décembre au Radisson Blu hôtel Abidjan. Les présidents des différentes chambres de commerce du continent entendent renforcer leurs capacités de gestion, en multipliant les échanges sous régionales, à travers une intégration plus inclusive.

Le programme était chargé ce mardi à l’occasion de la deuxième journée du rendez vous des chambres consulaires africaines et francophones, qui se tient du 11 au 13 décembre à Abidjan. Allocutions, signature d’accord, réunion collaborative et échanges d’expériences ont constitué le menu offert par les organisateurs, aux participants de cette 43ème Assemblée générale de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires africaines et Francophones. Une journée riche en échanges pour permettre aux entreprises du secteur privé du continent, d’accroître leurs productivités en copiant le bon exemple.

« Notre objectif pendant cette conférence est de rassembler toutes les communautés d’affaires du continent. Nous voulons créer des réseaux et favoriser les activités économiques dans nos différentes régions afin d’amorcer leur développement. Les devanciers ont déjà tracé la voie. A nous de poursuivre dans ce sens pour une intégration africaine réussie, gage d’une compétitivité plus accrue au niveau du secteur privé. La décentralisation des activités économiques demeure donc notre priorité » a expliqué Touré Faman, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire (CCI-CI).

Plus de 30 pays et 7000 entreprises sont concernés par la réunion des chambres consulaires et francophones à Abidjan. L’enjeu, réfléchir à un cadre collaboratif sain et profitable à toutes les entreprises du continent. Selon le gouverneur du district, le ministre Beugré Mambé, représentant le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, parrain de la cérémonie, « les résultats de cette rencontre doivent être à la hauteur des attentes de nos nations. Et six atouts majeurs permettront d’y arriver. Il y a la langue, qui est la même, la culture de l’entrepreneuriat, la volonté d’œuvrer en synergie, la confiance mutuelle, l’ambition et l’anticipation. Tout est donc réuni pour ne pas échouer face aux enjeux majeurs de la mondialisation » a t-il indiqué.

Depuis 1973, la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones (CPCCAF) travaille à améliorer l’environnement des affaires et le libre échange entre les entreprises du privé, pour une croissance en synergie. Mais les efforts demeurent insuffisants et cela, Albert Yuma-Mulumbi, président de la CPCCAF, en est bien conscient.

« Nous avons longtemps dormi, il est temps de se réveiller. Il est temps de trouver un accompagnement adapté aux besoins des entreprises. Nous devons former les futurs entrepreneurs en fonction de nos capacités. Maintenant, il faut être sur le terrain afin de renforcer nos capacités et être plus performants » a t-il déclaré.

L’Assemblée générale de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires africaines et Francophone, est la troisième du genre organisée sur les bords de la lagune Ebrié. Au cours de cette rencontre, les trois chambres consulaires de Côte d’Ivoire, la Chambre de commerce et d’Industrie, la chambre nationale des métiers et la chambre nationale d’agriculture ont signé un accord de partenariat afin de travailler ensemble dans le sens de l’émergence 2020. Les travaux prennent fin ce mercredi 13 décembre, avec un secteur privé plus fort que jamais

pole Afrique

Facebook / Laisser un commentaire

ACTUALITE NATIONALE

Entrepreneuriat féminin : Renforcement des capacités de 1000 femmes

Publié

on

Dans un rapport 2016-2017 du Global entrepreneurship Monitor (Gem), il est mentionné que les femmes réinvestissent jusqu’à 90 % de leurs revenus dans l’éducation, la santé et l’alimentation de leur famille et de leur communauté, contre 30 à 40 % pour les hommes.

Ces actions créent un impact plus important sur le développement économique et social du continent, selon l’étude. Cette performance a incité la Banque africaine de développement (Bad) a affiché son engagement en faveur de l’initiative pour favoriser l’accès des femmes au financement en Afrique Dans le cadre  Afrique (Awafa). C’est pourquoi elle s’allie à  Entreprenarium pour renforcer les capacités de 1 000 femmes entrepreneures sur le continent.

Au cours des quatre prochains mois, des sessions de formations sur le développement d’entreprise et la gestion financière seront conduites par Entreprenarium dans cinq pays, en Côte d’Ivoire (Abidjan) et au Gabon (Libreville) pour la première session, qui débutera le 10 décembre 2018, puis au Kenya (Nairobi), en Afrique du Sud (Johannesburg) et en Tunisie (Tunis). Les projets d’entreprise les plus prometteurs pourront bénéficier d’un financement. Il s’agit aussi, dans le même temps, de renforcer le dialogue sur les réformes législatives, politiques et réglementaires nécessaires à même d’encourager l’entrepreneuriat féminin et l’autonomisation économique des femmes.

« Cette initiative répond parfaitement à l’approche holistique d’Awafa pour soutenir l’entrepreneuriat des femmes. En outre, nous ne nous contentons pas de doter les femmes entrepreneures des connaissances et des compétences essentielles dont elles ont besoin pour dynamiser leurs entreprises, nous facilitons aussi leur accès au financement tout en établissant un dialogue avec les gouvernements afin de créer un environnement des affaires qui libère leur capacité entrepreneuriale », a déclaré Vanessa Moungar, directrice du Département genre, femmes et société civile de la Banque africaine de développement.

Malgré le dynamisme de l’entrepreneuriat féminin et du rôle crucial que jouent les femmes chefs d’entreprise dans l’essor économique de l’Afrique, elles restent confrontées à quantité d’obstacles et manquent souvent des compétences requises en matière de gestion d’entreprise pour accéder aux financements.

Kamagaté Issouf

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Préparatifs des Etats généraux de la Jeunesse : Le Ministre Mamadou Touré explique le projet à la CGECI

Publié

on

Le Ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes continue ses rencontres dans le cadre des préparatifs des Etats Généraux de la Jeunesse (EGJ. Après le Groupe des Partenaires locaux de l’Education lundi, c’était autour du Patronat ivoirien à travers la Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI) d’être reçue ce mardi par le Ministre Mamadou Touré. La délégation de la CGECI était conduite par M. Pierre Magne, vice-président qui avait à ses côtés M. Vaflahi Méité, directeur exécutif de cette structure.

Au cours des échanges, le Ministre Mamadou Touré a informé de la volonté de son département d’organiser les Etats Généraux de la jeunesse. Il a expliqué que ces assises seront l’occasion pour faire la revue de la politique nationale initiée en faveur des jeunes et prendre de nouveaux engagements pour la jeunesse. Il est prévu, a-t-il détaillé, des panels et des ateliers thématiques au terme desquels « des recommandations fortes seront arrêtées pour les proposer au gouvernement ». « Nous sollicitons votre implication et votre expertise pour gagner le pari de l’Emploi-jeune », a-t-il situé l’objectif de cette rencontre.

Rassurant le Ministre de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes, M. Pierre Magne a dit que son institution dispose de ressources humaines pour participer à ces Etats généraux de la jeunesse. Face à la question de l’Emploi des jeunes, le vice-président de la CGECI dit ne pas douter de voir la Côte d’Ivoire relever le défi de l’Emploi des jeunes. « Il faut résorber le chômage des jeunes si on veut avoir la paix ».

Source: Ministères

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Mabri Toikeusse propose la mise en place d’un dispositif pour accompagner les diplômés de l’Université virtuelle

Publié

on

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Abdallah Mabri Toikeusse, a proposé au directeur général de l’Université virtuelle de Côte d’Ivoire dirigé par Koné Tiémoman, de mettre en place un dispositif, afin d’accompagner les étudiants diplômés dans la création et le financement de leurs entreprises.

« Nous devons organiser sous forme d’un forum économique, des séances de présentation de projet, afin d’aider les étudiants à bénéficier d’un financement », a souhaité le ministre Mabri lors d’une visite, lundi, au siège de l’université à Cocody.

Le ministre a également demandé aux étudiants de prouver de la part la qualité de leur travail et de leur projet que le gouvernement avait tout à fait raison d’initier l’e-éducation, c’est-à-dire la formation par le numérique.

« Vous êtes des pionniers de cet établissement. Vous avez la mission délicate de donner raison au gouvernement, au directeur général et aux encadreurs qu’il n’y avait pas mieux  pour la Côte d’Ivoire de choisir l’option de l’Université virtuelle. Vous êtes dans les métiers du futur», a-t-il encouragé.

Plusieurs présentations notamment la bibliothèque numérique, l’incubateur start-up et le studio d’enregistrement des cours ont marqué cette visite du ministre Mabri et sa délégation.

Plus de 6000 étudiants sont inscrits  à l’Université virtuelle de Côte d’Ivoire précisément en informatique et science numérique et dont la première promotion est en licence 3.

Cette année, plus de 4000 étudiants y sont été affectés, selon le directeur général Koné Tiémoman.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 697 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS ET VUS DU MOIS