Connecte-toi avec nous

ECHO ÉCOLES – LYCÉES ...

Scolarisation des enfants: un collège de proximité à Mahou-Sokouralla, plus de jeunes filles à la maison.

Publié

on

Le village de Mahou-Sokouralla aura bientôt un collège à base 2 . Il sortira de terre dans les mois à venir pour le bonheur des populations de cette localité et des villages environnants. Une nouvelle qui réjouit plus les habitants.

« Le collège de proximité va changer notre vie. C’est un projet qui était tant attendu par la population de ce village et les autres villages qui sont dans les environs. Nous avons par le passé souffert de l’affectation de nos enfants dans les villes de Touba, Koro, Man, Odienné où il se posait un véritable problème de logements. Des situations qui ne donnaient pas le courage aux parents de mettre leurs enfants à l’école. Tenez-vous bien, souvent quand ton enfant est en classe d’examen, tu es obligé d’appeler un parent soit à Man ou ailleurs pour lui demander de bien vouloir héberger l’enfant à la prochaine rentrée après son admission en 6ème. C’est un véritable calvaire pour les parents qui avec de faibles revenus sont obligés de louer des maisons pour les enfants qui à peine, mangent. Aujourd’hui cela devient un lointain mauvais souvenir. Nos enfants resteront près de nous pour continuer leurs études et sortir d’ici un peu plus mûrs pour affronter la vie loin des parents », se réjouit Touré Oumar.

Le taux de scolarisation de la jeune fille en particulier et en général des enfants reste très faible dans la région du Bafing. Une situation qui s’explique par des considérations ancestrales qui réduisent la fille à demeurer au foyer d’une part et de l’éloignement des établissements secondaires des villages d’origine d’autre part. Pour juguler ce problème l’Etat ivoirien a décidé de construire des collèges de proximité dans chaque chef-lieu de sous-préfecture.

« Je voudrais dire merci au président de la République et à tout son gouvernement. Merci également à nos cadres qui se battent pour nous donner l’envie de vivre au village. Je lance un appel déjà aux jeunes enseignants. Pour leur dire que nous avons tout ici. Nous disposons d’un superbe centre de santé qui sera inauguré d’ici peu. Je sais que nos cadres avant que la construction de ce collège s’achève, trouveront des moyens avec l’appui des parents du village pour bâtir des maisons pour loger les fonctionnaires qui viendront. Nous sommes très heureux de même que nos frères des villages de Yahala, Mandina, Mimbala, Gouéla, Yatienzo, Bouénikô, Gbôla et Fahimenso », a-t-il indiqué.

Diomandé Ségbé instituteur à l’EPP Mahou-Sokouralla, dépeint la situation que vivent les parents d’élèves chaque année au moment du remplissage des fiches d’orientation. « Chaque année nous sommes obligés de faire appel aux parents pour nous dire exactement où ils voudraient que leurs enfants soient orientés au cas où ils sont admis à leur concours d’entrée en sixième. Les parents eux-mêmes doutent parfois car il est faut chercher où se trouve un ami ou un parent dans les villes voisines pour accueillir les nouveaux collégiens. Les enfants se retrouvent souvent à Man, San-Pédro et autres. Dans les cas contraire c’est à Touba où avoir un tuteur n’est pas chose aisée », témoigne-t-il.

Le directeur régional de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Doumbouy Issouf, interrogé par PoleAfrique.info fait l’état des lieux, non sans se féliciter de quelques avancées enregistrées.

… suite de l’article sur Pôle Afrique

SOURCE : Pole Afrique

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

SOS / Le Lycée Coffi Gadeau de Tiébissou a besoin d’être réhabilité

Publié

on

Après 54 ans d’existence, le Lycée Coffi  Gadeau, le seul établissement secondaire public de la ville de Tiébissou (Centre, région du Bélier) a besoin d’être réhabilité tant il est dégradé, a constaté l’AIP.

En effet, les sols de certaines salles sont très  dégradés tout comme des plafonds qui ont cédé à cause des problèmes d’étanchéité. Il arrive même que l’eau de pluie coule au niveau des toits et inonde des salles comme le bâtiment qui accueille la salle 15.

Le proviseur Yiyo Somé a exprimé d’abord un déficit de 12 salles de classe avant de souhaiter  vivement une réhabilitation de l’établissement.

Il a également précisé que pour un effectif de 3 202 élèves pour cette année scolaire 2018/2019, la  bibliothèque très exiguë ne peut accueillir qu’une vingtaine d’élèves. Ce qui  nécessite son extension, compte tenu de son importance dans la formation des apprenants et même des formateurs.

Créé le 18 octobre 1964, en tant que Centre commercial agricole (CCA), cet établissement est devenu  Collège d’enseignement général (CEG) avant de devenir en 1986,  Lycée Coffi  Gadeau. Mais l’équipement n’a pas connu la même évolution que celle du nombre des apprenants et de son statut.

M. Yiyo est le 17ème chef de l’établissement et le 7ème proviseur.

(AIP)

 

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Grossesse en milieu scolaire / 21 cas enregistrés au premier trimestre au Lycée moderne de Bocanda

Publié

on

Au total, 21 cas de grossesse ont été enregistrés au niveau des élèves du Lycée moderne de Bocanda (Centre, région du N’zi) au cours du premier trimestre de l’année scolaire 2018-2019, a indiqué jeudi le personnel administratif de cet établissement lors du bilan du trimestre.

Le premier cycle vient en tête avec 17 cas de grossesse, quand le second cycle enregistre quatre cas. Parlant des auteurs de ces grossesses, il est à noter que 10 cas de grossesse sont à l’actif d’élèves. Ensuite, suivent les commerçants avec trois cas, les jeunes exerçant dans les petits métiers et les étudiants avec deux cas chacun.

Un cultivateur, un planteur, un sans emploi et un écolier de CM2 sont également sur la liste des auteurs de ces grossesses.

Le nombre de cas croît chaque année malgré les nombreuses séances de sensibilisation sur les grossesses précoces faites dans les classes par les enseignants à travers les cours intitulés “Leçons de vie “.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Le DRENETFP de Séguéla sollicite l’aide des chefs de village et de communauté pour mettre fin au phénomène des congés par anticipation

Publié

on

Le directeur régional de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (DRENETFP) de Séguéla, M’Bassidjé Augoud Roger, a sollicité le concours des chefs de village et de communauté afin d’endiguer le phénomène des congés par anticipation qui sévit depuis quelques années dans le système éducatif, a relevé l’AIP lors d’une rencontre organisée mercredi à la rotonde de la radio locale dénommée ‘’La voix du Worodougou’’.

« Vous les chefs, allez dire à vos administrés dont les enfants sont à l’école que le DREN (directeur régional de l’Education nationale, ndlr) dit d’appeler leurs enfants pour leur dire qu’ils ne doivent pas les voir au village avant le 21 décembre », a-t-il exhorté les chefs de village, chefs de communautés ethniques ainsi que les représentants des cinq grandes familles de Séguéla, non sans tirer la sonnette d’alarme quant à ce phénomène qui, selon lui, est l’une des principales causes des faibles résultats enregistrés dans le Worodougou.

A Séguéla et à Kani, des SMS circuleraient depuis quelques jours dans le milieu des élèves pour inciter ceux-ci, à l’instar d’autres localités du pays, à débrayer pour réclamer une plus longue période de congé, a-t-on appris.

« C’est une situation assez grave. Il faut que cela cesse. (…) Aux grands maux, les grands remèdes », a-t-il ajouté, tout en appelant les délégués des élèves à être les ‘’ambassadeurs’’ auprès de leurs condisciples afin qu’ils acceptent de rester en classe jusqu’à la date officielle des congés de noël et du Nouvel an fixée au 21 décembre.

Pour parer à la situation, le DRENETFP de Séguéla a déjà requis l’intervention des guides religieux qui, chaque lundi, s’adressent aux élèves dans tous les établissements secondaires de la région au cours du salut aux couleurs nationales, en plus de passages sur les ondes de la radio locale, d’informations distillées lors des prières du vendredi et du dimanche, rappelle-t-on.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 701 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS ET VUS DU MOIS