Connecte-toi avec nous

ENSEIGNEMENT GENERAL

Rentrée solennelle de la 54ème Promotion Ecole Nationale d’Administration de Côte d’Ivoire (ENA)

Publié

on

Ministre Issa Coulibaly : ‘’ ‘’L’émergence ne saurait s’accommoder d’une administration tatillonne et peu soucieuse des exigences de compétitivité et de rendement’’

Le Ministre de la Fonction Publique, le Général Issa Coulibaly a présidé le jeudi 11 janvier 2018, la cérémonie de rentrée solennelle de la 54ème promotion de l’Ecole Nationale d’Administration (ENA).

Après avoir rappelé la vision qui a soutenu la création de l’ENA aux lendemains des indépendances par le Président Félix Houphouët Boigny, le Ministre Issa Coulibaly a plaidé pour l’avènement d’une Fonction publique moderne, débarrassée de la logique de moyens, des lourdeurs de la bureaucratie et de tous les oripeaux qui ternissent son image.

A l’endroit des futurs cadres de l’Administration que constitue la 54ème promotion, le Ministre de la Fonction publique a indiqué que ‘’L’émergence ne saurait s’accommoder d’une administration tatillonne et peu soucieuse des exigences de compétitivité et de rendement’’. Poursuivant il a insisté sur la ‘’qualité et la quantité suffisante’’ de ressources humaines, indispensables pour une Administration plus performante. Notamment efficace, efficiente, qui se soucie en premier lieu de la satisfaction des usagers, mais qui tient aussi compte, dans la gestion des ressources, des contraintes et des difficultés de l’Etat.

‘’La performance de notre Administration nous impose donc d’avoir un service public de qualité, de rendre un service de qualité au public. Ces objectifs ne peuvent être atteints qu’avec des ressources humaines sélectionnées avec rigueur et bien formées’’, a expliqué le Ministre Issa Coulibaly. Avant d’évoquer les réformes apportées en 2016 au niveau de l’organisation et du fonctionnement de l’ENA, portant sur l’introduction dans les curricula de formation de thématiques nouvelles relatives à la culture du résultat et du changement – la révision de la durée de la formation qui passe de 24 mois à 30 mois pour le cycle supérieur – la réforme concours – puis la création d’une direction de la Recherche, de la Veille stratégique et de l’Ingénierie Administrative.

Avant de finir, le Ministre de la Fonction publique a dit ses félicitations à la Directrice générale de l’ENA et à l’ensemble du personnel pour les actions déjà entreprises. Il les a engagés à renforcer la rigueur déjà affichée dans le suivi et l’encadrement des élèves. Ce, en vue d’atteindre les objectifs de construction d’une Administration de référence.

La Directrice générale de l’ENA, Salamata Traoré a rappelé qu’après plus d’un demi-siècle d’existence, l’ENA a formé plus de quinze mille deux cents (15.200) cadres au profit de la Côte d’Ivoire et de plusieurs pays africains.

La 54ème promotion, au cœur de la cérémonie du jour, est forte de quatre cent trois (403) élèves ivoiriens dont trois (3) auditeurs libres des Forces Armées de Côte d’Ivoire (FACI), cinq (5) auditeurs de la Gendarmerie Nationale, cinq (5) auditeurs de la police Nationale et trente-trois (33) auditeurs des Eaux et Forêts.

Elle sera enrichie de huit (08) auditeurs en provenance de Djibouti. Cette promotion a été recrutée à l’issue des concours d’entrée en 2018 à l’ENA, conformément aux dispositions du décret n° 2016-1155 du 28 décembre 2016 portant attribution, Organisation et Fonctionnement de l’Ecole Nationale d’Administration.

‘’Fort des innovations introduites par son nouveau texte, l’ENA voudrait prendre l’engagement devant vous, vos collègues et toute la Nation de mettre à la disposition des Administrations Publiques, des ressources humaines qualifiées, compétentes, valeureuses, empreintes de civisme et ayant un sens aigu de l’Etat.’’, a conclu la Directrice générale de l’ENA.

Elisée B.

Source: Abidjan.net

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

La coopérative SOCAAN remet des kits scolaire aux enfants des producteurs de café et de cacao

Publié

on

La coopérative SOCAAN, regroupant 12 sections de producteurs de café et de cacao du département d’Adzopé, a procédé mardi à Yakassé Mé, à la distribution de kits scolaires à des enfants de ses membres.

Cette distribution de kits 1 500 kits scolaires d’une valeur globale de 10 millions FCFA qui se déroule dans le département d’Adzopé, a démarré par l’étape de Yakassé Mé, précisément à l’EEP Yakassé 1, rapporte une note d’information transmise mercredi à l’AIP.

Ainsi, les 20 meilleurs élèves ont reçu chacun un kit scolaire des mains du président du conseil d’administration (PCA) de la coopérative, du représentant du Conseil du café-cacao et de la directrice de l’école qui a plaidé pour la réhabilitation de l’établissement.

Au dire du PCA de la SOCAAN, Ouédraogo Mohamed, ce geste vise à aider les parents d’élèves à pouvoir scolariser leurs enfants. Il s’inscrit dans le cadre des actions sociales initiées par la coopérative dans tout le département d’Adzopé.

Quant au représentant du Conseil du café-cacao, Diomandé Mohammed, il a salué cette action sociale, exhortant, par ailleurs, les producteurs à continuer de faire la qualité, à suivre les bonnes pratiques agricoles et à fréquenter les champs écoles.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Grossesses en milieu scolaire à Korhogo / APAF : « les chiffres font peur »

Publié

on

La présidente de l’amicale pour la promotion et l’autonomisation de la femme (Apaf), Konatuo Félicité, s’alerte du fort taux de grossesses en milieu scolaire à Korhogo, se refusant toutefois d’avancer des données chiffrées.

« Les vrais chiffres font peur », a confié Mme Konatuo à l’AIP au sortir d’une rencontre de sensibilisation sur les grossesses en milieu scolaire que son Ong venait d’achever, mercredi, à l’Alliance franco-ivoirienne  de Korhogo.

« Je ne vous dirai pas les chiffres, mais c’est récurrent », a-t-elle affirmé, évoquant la fréquence des cas de grossesses dans les lycées, collèges et écoles primaires de Korhogo.

Pour la présidente de l’Apaf les difficultés des jeunes filles à vivre décemment du fait de la pauvreté des parents est la cause principale de l’aggravation du phénomène. A l’en croire, l’Ong ploierait sous le poids des demandes d’aides matérielles et financières que lui adressent les jeunes filles qu’elle tente de sensibiliser à résister aux tentations.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Éducation nationale / Projet « Espérance pour tous » : 664 enfants hors du système scolaire insérés dans l’école formelle

Publié

on

La mission évangélique luthérienne en Côte d’Ivoire (Melci) a organisé un atelier de restitution du rapport final d’évaluation du projet « Espérance pour tous », qui comporte un volet alphabétisation et celui de la lutte contre le Vih-Sida. C’était le 4 octobre 2018, au village SOS d’Abobo (Abidjan).

Au titre de l’alphabétisation, ils sont 857 enfants hors du système scolaire qui ont débuté l’école grâce au programme des classes passerelles avec le système de 2 ans en 1 an. Parmi eux, 664 ont été insérés dans le système formel. 18 enseignants bénévoles et superviseurs ont été recrutés et formés pour enseigner dans ces classes passerelles. 11 salles de classe ont été construites en collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale.

Concernant la lutte contre le Vih/Sida, 18 161 personnes ont été sensibilisées dont 9066 connaissent aujourd’hui leur statut sérologique, 13 conseillers communautaires ont été formés pour le conseil et le dépistage du Vih/Sida.

Ce projet a également permis de former 588 personnes en compétence organisationnelle et 408 autres en leadership. Le coût total de ce projet est de 239 215 868 F Cfa. « L’objectif de la mission luthérienne norvégienne est de gagner le monde pour Christ, proclamer la parole de Dieu. Mais l’homme est à la fois corps et âme. Nous devons prêcher l’Évangile mais nous devons aussi aider nos voisins car Christ a dit d’aimer son prochain comme soi-même », a affirmé le directeur de la Melci Zimsen Sveinn. Avant d’ajouter: « ce projet a permis d’améliorer les conditions de vie des Abidjanais ».

Josué Kassé, représentant le cabinet Cidh qui a fait l’évaluation de ce projet, s’est félicité dudit projet car, dira-t-il, « il a permis de donner de l’espoir à de nombreuses personnes. Certains apprenants peuvent désormais lire une facture d’eau ou d’électricité et éviter de se faire gruger, quand d’autres ont amélioré leur statut social dans la société ».

Le projet Espt s’est déroulé dans dix quartiers précaires de trois communes (Yopougon, Attécoubé et Abobo de 2013 à 2017).

E. Y.

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 683 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE