Connecte-toi avec nous

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus de 14,3 milliards de FCFA pour les bourses en Côte d’Ivoire (Directeur des bourses).

Publié

on

Le directeur des bourses, Seidou Diaby s’est réjoui des rallonges budgétaires qu’a connues l’enveloppe budgétaire des bourses en Côte d’Ivoire ces deux dernières années, passant de plus de 7,4 milliards de francs CFA à plus de 14,3 milliards de francs CFA.

S’exprimant mercredi, lors séminaire portant sur la gestion des bourses d’études organisé par la direction des bourses, Seidou Diaby a ajouté également que pour les étudiants à l’étranger cette enveloppe est passée de plus de 3,7 milliards de FCFA à plus de 3,9 milliards.

Les bénéficiaires des bourses et secours financiers cumulés varient entre 15000 et 20.000 par an pour les étudiants en Côte d’Ivoire  et de 800 et 1000 par an pour les étudiants de l’étranger, indique-t-on.

Le directeur de cabinet du ministre de l’Enseignement  supérieur et de la Recherche scientifique, Assane Thiam,  a souligné cependant qu’au regard de l’évolution des effectifs des demandeurs, les textes régissant les bourses n’ont pas connu de changement  notable et ne sont pas adoptés à l’évolution.

Il a donc souhaité qu’au cours de ce séminaire, des réponses à certaines préoccupations soient apportées notamment celles relatives à l’adaptation des textes juridiques régissant les bourses d’études et les secours financiers au système Licence-Master-Doctorat (LMD) en vigueur, celles relatives aux conditions d’éligibilité et aux critères de sélection, à l’ajustement des taux de bourses aux réalités du coût actuel de la vie en Côte d’Ivoire et à l’étranger, au mode et à la régularité de paiement des bourses.

Ce séminaire de trois jours regroupe 65 participants du ministère et vise à mettre en place une procédure de gestion efficace et efficiente des bourses d’études et de secours financiers en Côte d’Ivoire et à l’étranger.

SOURCE : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Gouvernance universitaire: Des experts réfléchissent sur la qualité de l’enseignement supérieur

Publié

on

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a organisé, en collaboration avec des partenaires au développement (Afd, Cti, Hcéres et C2d), un colloque international du 8 au 9 octobre 2018, à Abidjan-Plateau, autour du thème: « Assurance qualité dans l’enseignement supérieur et la recherche: évolutions récentes dans la sous-région Afrique de l’ouest, Afrique centrale et Sahel ».

« La construction d’un enseignement supérieur de qualité n’est plus un luxe mais un impératif », a affirmé Jean-Sylvain Bonnin, directeur général de la qualité et des évaluations (Dgqe).

Selon lui, l’enseignement supérieur est au cœur des préoccupations des États pour permettre aux étudiants d’être compétitifs, performants. Ce, afin de satisfaire aux besoins des entreprises. « Il s’agit, dans cet atelier, d’identifier les grands principes et objectifs de l’assurance qualité externe dans la sous-région, d’identifier avec les partenaires les enjeux et les freins au développement de ces dynamismes dans un contexte national, de partage d’expériences à travers des regards croisés Europe/Afrique », a-t-il confié.

Pour Annick-Etienne Diener, première conseillère, représentant l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, l’objectif de la France est de faire de l’enseignement supérieur le moteur de la croissance. « Ce colloque a donc pour objectif d’analyser les enjeux de l’assurance qualité dans l’enseignement en Afrique francophone à travers un partage de bonnes pratiques. Il constitue le volet enseignement supérieur des deux Contrats de désendettement (C2d) qui s’élèvent à 97 millions d’euros. Il a pour objectif d’accompagner la Côte d’Ivoire dans les grands travaux de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique », a-t-elle expliqué.

Pr Simplice Dion, directeur de cabinet adjoint, représentant le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a rappelé que depuis 2012, l’enseignement supérieur a entamé des innovations majeures. Notamment, la construction de nouvelles universités ainsi que la réhabilitation de celles inexistantes afin d’augmenter les capacités d’accueil des étudiants de plus en plus nombreux avec l’objectif de les former en respectant les standards internationaux.

Il s’agit aussi de leur offrir une prestation pertinente en adéquation avec le marché de l’emploi. « C’est pourquoi il est important de se conformer aux normes internationales en adoptant l’assurance qualité dont l’objectif majeur est l’employabilité », a-t-il soutenu.

E. Y.
Infos: une correspondance particulière

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Enseignement Supérieur : l’UVCI présente son dispositif de recherche et d’expertise numérique au SG du CAMES

Publié

on

L’UVCI a procédé au lancement des activités de son Unité de recherche et d’expertise numérique, au cours d’une cérémonie officielle qui s’est déroulée le mardi 09 octobre, à l’UVCI, chapeautée par le SG du CAMES (Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur), Prof Bertrand M’Batchi, en présence du DG l’UVCI, M. Koné Tiémoman, de Claude Lishou, Prof Titulaire des universités à l’école supérieure polytechnique de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et du Directeur des Affaires académique et pédagogique de l’UVCI.

En effet, dans le contexte de la tenue d’un colloque international sur l’assurance qualité, l’UVCI vient se donner les armes d’une institution pédagogique et numériques selon le standard international. Ayant participé à ce colloque international, le Prof Bertrand M’Batchi est doublement ravi de présider le lancement de l’Unité de recherche et d’expertise numérique de l’UVCI.

Ce pourquoi, il a tenu, au préalable, à remercier le Chef de l’Etat, S.E.M. Alassane Ouattara qui a autorisé la création de cette université, mais il n’a pas oublié le Prof Bakayoko-Ly Ramata qui était ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, lors du lancement du projet de l’UVCI. « Elle a laissé un outil d’avenir. C’est pour nous une fierté d’avoir cette université qui a une mission très importante ’’, a-t-il affirmé.

Par ailleurs, le SG du CAMES s’est réjoui du fait que l’UVC permettra de lutter contre l’illettrisme de certains enseignants du supérieur, favorisant ainsi le rapprochement des générations par le canal du numérique. Il a également invité la direction de l’UVCI à s’inscrire dans la démarche l’assurance qualité pour respecter les normes du CAMES, car ce sont les établissements des pays membres qui font la force du CAMES, à travers un plan participatif et inclusif.

Outre le SG du CAMES, il a été donné au Prof Claude Lishou de présenter un module de formation pour « soutenir la pédagogie et la recherche à l’UVCI par le numérique ». Basé sur trois objectifs : Pédagogie, Recherche et Service. Il sera question de mettre en place des pédagogies innovantes en soutien au LMD (Licence-Master-Doctorat), de promouvoir le Doctorat et une recherche axée sur le développement basé sur le numérique qui prend en compte : la santé, l’agriculture, la gouvernance, le commerce, IOT. Tout ceci le rayonnement international de l’institution.

Quant au DG de l’UVCI, M. Koné Tiémoman, il a exprimé son sentiment de fierté pour le privilège que le SG du CAMES à accorder à son établissement en venant visiter le dispositif de fonctionnement de l’UVCI. Selon lui, cette visite a été une occasion pour présenter les pans de ce dispositif au niveau de la pédagogie, de la recherche et des services à la communauté.

« Nous avons reçu de la part du SG du CAMES des encouragements, puisqu’il nous a dit qu’il était agréablement surpris de constater que les efforts que faits le CAMES sous sa gouvernance commencent à avoir des applications concrètes. Il a même souhaité que nous puissions présenter l’expérience ivoirienne en matière de formation à distance au prochain séminaire CCG », a déclaré le DG de l’UVCI, M. Koné Tiémoman.

Cette cérémonie de lancement des activités de l’Unité de recherche et d’expertise numérique a pris fin par la visite du SG du CAMES du studio d’enregistrement numérique et de cours à distance de l’UVCI.

JOB

Source: Abidjan.net

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Programme dénommé  » graine de l’avenir  » / Responsabilité sociale de l’entreprise: Une entreprise envoie 10 étudiants ivoiriens en Chine

Publié

on

Dix étudiants ivoiriens se sont envolés vendredi pour la Chine où ils prendront part à un stage de trois semaines, au sein de la société chinoise Huawei.

Ils ont été retenus à l’issue de plusieurs tests et stages initiés ici à Abidjan, par ladite entreprise dans le cadre d’un programme dénommé graine de l’avenir.

Ces étudiants, issus, entre autres, de l’Istc, Esatic, Its, séjourneront d’abord à Beijing  (dans le Nord) avant de se rendre à Shenzhen (dans le sud) de la Chine. Avant leur départ, Ning Yang, l’un des responsables de la société chinoise à Abidjan, a indiqué, au cours d’une rencontre, que ce voyage s’inscrit dans le cadre des projets prévus par Huawei, au titre de la Responsabilité sociale de l’entreprise (Rse). « Ce programme a démarré en 2016 et prendra fin en 2022. Il consiste à sélectionner, chaque année, des étudiants ivoiriens et à les former aux technologies de pointe de Huawei technologies.  Le programme vise à former au moins 200 étudiants chaque année et  offrir 10 bourses d’études en Chine, après une série de tests de sélection à la fin du processus », a-t-il expliqué.

Il a ajouté qu’à la fin du processus, les étudiants ayant pris part à ce programme pourraient bénéficier d’un premier emploi chez Huawei. Une manière pour cette entreprise de réduire le taux de chômage en Côte d’Ivoire. Cette formation, a-t-il indiqué, a porté sur les Technologies de l’information et de la communication (Tic), domaine d’expertise de Huawei.

Pour leur part, les bénéficiaires de la bourse n’ont pas caché leur joie de bénéficier de ce programme et surtout de découvrir la Chine. « Ce programme m’a beaucoup apporté. Il m’a permis de faire la différence entre la théorie et la pratique, après le diplôme d’ingénieur réseau télécom que je viens de finir », s’est réjouie Mme Djédjé épouse Boni. Tout en souhaitant que Huawei leur offre une opportunité d’emploi, à leur retour de la Chine.

CASIMIR DJEZOU

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 683 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE