Connecte-toi avec nous

ACTUALITE NATIONALE

Patrimoine mondial : Le tourisme et la culture à l’unisson avec l’Unesco

Publié

on

Toutes ces découvertes devraient réconcilier les Ivoiriens avec leur histoire et constituent de la matière pour le tourisme, dans le cadre de la valorisation du tourisme humain, et de la stratégie globale de promotion de Côte d’Ivoire Tourisme.

Du 23 au 26 mai, la Fondation Félix Houphouët-Boigny a abrité un atelier en vue d’une mise en synergie des sites à répertorier et inscrire au patrimoine mondial.

Sous la houlette de SEM. Jean-Marie Somet, Directeur général de l’Office national de promotion de la destination ivoirienne, Côte d’Ivoire Tourisme, un atelier aux fins de répertorier pour inscription au patrimoine mondial, divers sites du territoire national. C’était du 23 au 26 mai, à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix de Yamoussoukro.

Le tourisme à ‘’visage humain’’ tel que nommé par Felix Houphouët-Boigny, premier Président de la Côte d’Ivoire, pour montrer la richesse et l’importance culturelle dans le développement du tourisme, demeure plus de quarante années après, un pan important dans la stratégie de promotion de la destination Côte d’Ivoire développée par Côte d’ivoire Tourisme, a tenu à rappeler Jean-Marie Somet pour marquer l’intérêt et l’enjeu dudit atelier. Notamment aux 34 participants de diverses activités avec comme dénominateur commun; la promotion et la protection du patrimoine culturel et naturel de la Côte d’Ivoire.

Le Ministre de la Culture et de la Francophonie, Maurice Bandaman, au nom du gouvernement,  n’a pas manqué de féliciter l’ambassadeur Jean- Marie Somet pour cette initiative transversale à même de réaliser l’objectif de faire du secteur touristique le 3e pilier du développement du pays.

La promotion des valeurs, du patrimoine culturel et naturel de la Côte d’Ivoire, en effet, est une mission à laquelle le Dg de l’Office accorde un attachement profond, ce qui justifie le renouvellement de l’union entre le tourisme, la Culture et l’Unesco.

Conformément à la Convention de 1972 concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel, cet atelier est donc organisé pour répertorier, documenter les biens pouvant faire partie de la liste indicative du patrimoine de Côte d’Ivoire.

Les États qui souhaitent déposer, faut-il le préciser, une demande d’inscription de biens sur la liste du patrimoine mondial doivent se plier à toute une série de démarches, visant tout d’abord à montrer leur détermination à protéger leurs richesses naturelles et culturelles.

Pour figurer sur la liste du patrimoine mondial, les sites doivent avoir une valeur universelle exceptionnelle et satisfaire à au moins un des dix critères de sélection : «représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain», «apporter un témoignage unique ou du moins exceptionnel sur une tradition culturelle ou une civilisation vivante ou disparue», «représenter des phénomènes naturels ou des aires d’une beauté naturelle et d’une importance esthétique exceptionnelles» ou bien encore «être des exemples éminemment représentatifs des grands stades de l’histoire de la terre, y compris le témoignage de la vie, de processus géologiques en cours dans le développement des formes terrestres ou d’éléments géo-morphiques ou physiographiques ayant une grande signification».

Au-delà de Grand-Bassam, Taï…

La Côte d’Ivoire compte aujourd’hui, ainsi que l’a rappelé Ydo Yao, Représentant régional pour l’Afrique de l’ouest de l’Unesco, au titre des biens inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco : la ville historique de Grand-Bassam ; le parc national de Taï ; le parc national de la Comoé ; la réserve naturelle intégrale du Mont Nimba.

En ce qui concerne les sites et activités immatérielles au menu des assises de Yamoussoukro, les suivants sont soumis au sas des experts : « La route de l’esclave ;  Les ruines de la zone de Téhini ;  L’itinéraire de Samory Touré ; La route de l’indépendance ; Les sites de Tumili pierriers de Fanfanla ;  Le Parc national du mont Sangbé ;  Le parc national du Banco ; Les iles Ehotilés ; Le complexe métallurgique en série de la zone nord ; Le parc national d’Azagny ; Les mosquées de type soudanais ; Le parc archéologique d’Ahouakro… »

Toutes ces découvertes devraient réconcilier les Ivoiriens avec leur histoire et constituent de la matière pour le tourisme, dans le cadre de la valorisation du tourisme humain, et de la stratégie globale de promotion de Côte d’Ivoire Tourisme.

SOURCE : Fratmat.info

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Le Professeur Bakayoko Ly Ramata au siège du conseil, économique, social, environnemental et culturel

Publié

on

Madame le ministre de l’enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Prof Bakayoko- Ly Ramata a prononcé une conférence ce mercredi 20 Juin 2018 au siège du conseil, économique, social, environnemental et culturel. La conférence portant sur Le Thème : « Vision, Défis et Perspectives de l’Enseignement supérieur, recherche scientifique à l’horizon 2016-2025 » a été prononcée en présence du président de ladite institution Charles Koffi Diby. L’objectif étant de créer un cadre d’échanges entre les deux institutions. IL y va de l’avenir de l’enseignement supérieur, et, partant, de la nation.
Madame le ministre s’est dit honorée de se retrouver dans cette grande institution de la république en vue de prononcer une conférence.
Pour elle, l’Enseignement Supérieur constitue, en effet, un levier fondamental de l’émergence de notre pays, parce qu’il forme le capital humain dont la Côte d’Ivoire a besoin pour construire son développement, économique , social, politique culturel et environnemental. « IL est donc tout à fait légitime que je vous présente les actions majeures que mon département a réalisées dans le cadre du plan national de Développement de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique pour la période 2016-2025. » a-t-elle dit.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Les meilleurs élèves de l’IEP de Yopougon Niangon célébrés

Publié

on

Quelque 400 meilleurs élèves de l’Inspection de l’enseignement primaire et préscolaire (IEP) de Yopougon Niangon (Nord d’Abidjan) ont été primés, pour avoir excellé dans le  travail durant l’année scolaire 2017-2018.

Les lauréats ont reçu chacun un kit de fournitures scolaires estimé au total à cinq millions de  francs CFA. Un don effectué par Azito O&M et Azito Energie, lors d’une cérémonie d’excellence et de mérite organisée jeudi, dans l’enceinte du groupe scolaire Sicogi.

Les majors de chaque niveau d’étude, Bakayoko Sonafia en classe de CP1, Koné Aminata en classe de  CP2, Tuo Kekama en classe de CE1, Gogoua Beraca Mondésir, en classe de CE2, Vangah Sidjay, en classe de CM1 et Andjui Jean Christ David en classe de CM2, ont reçu des prix spéciaux. Des enseignants et des encadreurs ont également été distingués.

Le responsable des ressources humaines et juridiques d’Azito O&M, Marcellin Adou, a exhorté les élèves primés à être des modèles pour leurs condisciples. « L’engagement de la centrale thermique aux côtés des autorités de l’éducation nationale témoigne de sa volonté de soutenir l’émergence d’une école de qualité en Côte d’Ivoire », a-t-il indiqué.

Plusieurs pots de peinture ont également été offerts à l’établissement.

SOURCE : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Ouverture à Abidjan de la 7ème édition du cours de leadership et d’approches innovatrices en communication stratégique

Publié

on

Le Centre des programmes de Communication  (CPC)de l’école Bloomberg de Santé publique de l’université américaine Johns Hopkins (CPC) a procédé, lundi à Abidjan, à l’ouverture de la 7ème édition du cours de leadership et d’approches innovatrices en communication stratégique.

Destiné à des cadres du domaine de la Santé publique, le programme vise à « outiller ces acteurs en matière de communication pour la santé en particulier dans la lutte contre le VIH/Sida, le paludisme, les maladies à potentiels épidémiques, de la santé maternelle et de la gestion de programmes de développement et le genre », selon la directrice pays du CPC, Diarra Kamara Racine.

« Les cours de communication de leadership et aux approches innovatrices en communication stratégique prévue s’achever au 29 juin, est organisé en partenariat avec l’université Félix Houphouët-Boigny à travers son Unité de formation et de recherche en Information, Communication et Arts (UFRICA) avec laquelle un accord a été signé depuis cinq ans en vue d’une dévolution progressive  du cours », a-t-elle expliqué.

Ce cours de « référence mondiale », est devenu une référence pour tous les professionnels de la communication en matière de santé publique à travers le monde, a-t-elle souligné.

La directrice pays du Centre des Programmes de Communication de l’école Bloomberg de Santé publique de l’université américaine Johns Hopkins a également invité les participants à s’approprier « ce cours unique » en participant activement et de façon constructive, aux différentes sessions.

Le CPC de l’école Bloomberg de Johns Hopkins est présent en Côte d’Ivoire depuis 2006 et met en œuvre le projet « Breathrough Action » en collaboration avec Save the Children, Think Action, Camber Collective, International Center for Research on Women et Viamo dans le cadre d’un accord de coopération avec l’USAID pour promouvoir le changement social et de comportement dans le monde entier,.

SOURCE : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 558 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

REVUE DE PRESSE HEBDOMADAIRE EDUCATIVE