Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Ouagadougou / L’Institut des sciences prime 52 de ses stagiaires

Publié

on

Le mérite de 52 élèves-professeurs de l’Institut des sciences a été salué samedi, au cours d’une journée d’excellence patronnée par le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, AlKassoum Maïga.

Au total 536 nouveaux enseignants «confirmés» de l’Institut des sciences sont désormais prêts pour tenir les classes en mathématiques, physiques-chimie (PC) et en science de la vie et de la terre (SVT).

Cinquante-deux (52) prix ont été décernés aux plus méritants issus des différentes disciplines.

Les lauréats du jour ont reçu entre autres des ordinateurs, des sacs, des sommes d’argents et plusieurs gadgets.

«Je voudrais rendre un vibrant hommage à l’ensemble des artisans de ces exploits puis adresser mes encouragements pour leurs engagements qui ont permis d’épuiser le programme de formation dans les délais requis», a indiqué M. Maïga.

Pour le ministre, c’est le sens du sacrifice qui a contribué à l’atteinte de ces performances au regard de l’insuffisance des moyens mis à la disposition des formateurs.

Il a également félicité les quatre nouveaux maitres-assistants dont trois mathématiciens qui ont été promus en cette session de 2018 par le CAMES.

«En ce qui concerne les résultats, l’on peut affirmer qu’ils reposent essentiellement sur la détermination des enseignants et sur le courage des élevés-professeurs à construire une nation prospère», a précisé Alkassoum Maïga.

La Directrice générale de l’IDS Yvonne Bonzi/Coulibaly a rappelé que pour un total de 666 élèves en première année, le taux de réussite est de 93%. En deuxième année, avec un effectif de 580, la réussite est de 98%. En troisième pour 505 élèves, la réussite est de 89% et les sortants avec un effectif de 582, le taux réussite est de 92%.

Quant aux plus grands, ceux qui ont obtenu le CAPES en maths, en PC ou en SVT, le taux de réussite est de 96%.

«Vous devez vous mettre au travail car la connaissance est un processus accumulatif qui a besoin d’être renouvelé», a averti le ministre en charge de l’Enseignement supérieur.

Son collègue en charge de l’Education nationale, Stanislas Ouaro a aussi invité ses filleuls à s’engager davantage à servir partout où le besoin se fera sentir.

«Nous allons faire tout ce qui est nécessaire pour assurer votre sécurité pour vous permettre de travailler dans de bonnes conditions», a-t-il promis aux nouveaux enseignants.

L’édition 2018 de la journée de l’excellence à l’Institut des sciences a été placée sous le thème, «promouvoir une formation de qualité pour relever les défis du développement du Burkina Faso».

Agence d’Information du Burkina

Source: AIB

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Bac 2019 / les fausses recettes miracles pour optimiser ses révisions

Publié

on

BAC J-27 – Comment s’y retrouver à travers la multitude de conseils qui circulent sur la meilleure façon de réviser son bac? Le Figaro fait le point sur les «stratégies» à éviter à tout prix.

Le bac approche, et avec lui le déferlement de recettes miracles pour optimiser son temps et réviser le plus efficacement possible. Ils sont souvent livrés par des amis ou des parents, et circulent partout sur internet. Bien qu’ils puissent paraître alléchants, certains conseils pourraient davantage vous nuire que vous garantir une mention.

• Tout miser sur quelques chapitres

Face à l’étendue des révisions du baccalauréat et au temps limité dont ils disposent, les candidats peuvent être tentés de se livrer au jeu des probabilités et décider de ne pas réviser les chapitres tombés lors des dernières éditions du baccalauréat. Cette stratégie revient à prendre beaucoup de risques. Il arrive en effet que certains chapitres tombés l’année précédente retombent l’année suivante, ou encore que d’autres ne soient pas donnés pendant plusieurs années consécutives.

» LIRE AUSSI – Révisions du bac 2019: comment se motiver?

• Prendre des médicaments stimulants

Certains médicaments, comme la Ritaline, généralement prescrits en cas de troubles de l’attention chez l’enfant, «rendraient plus intelligents» et permettraient de se concentrer plus facilement. Cependant, prendre des médicaments sans réel motif médical est fortement déconseillé et peut s’avérer dangereux, notamment dans le cas d’une dépression ou d’une malformation cardiaque. Le Guronsan, un cocktail de vitamines C et de caféine disponible sans ordonnance, est très prisé des étudiants et bacheliers, mais s’il donne de l’énergie, il n’est pas propice à la concentration.

SOURCE: (etudiant.lefigaro.fr)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Malaisie / Une adolescente se suicide après un vote sur Instagram

Publié

on

Une adolescente malaisienne qui avait publié un sondage sur son compte Instagram demandant si elle devait vivre ou mettre fin à ses jours s’est suicidée après avoir vu la majorité de ses followers voter pour la mort.

C’est un drame national qui vient de se dérouler en Malaisie. Une jeune fille âgée de 16 ans, habitant à Kuching dans l’Etat de Sarawak, est « subitement » morte après avoir posté un sondage sur le réseau social Instagram en demandant à ses «followers» si elle devait ou non se donner la mort. L’affaire a provoqué un émoi international et une enquête va être ouverte pour éviter que des cas similaires ne puissent se reproduire. La filiale malaisienne d’Instagram a d’ores et déjà présenté ses condoléances.

SOURCE: (etudiant.lefigaro.fr)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Lutte contre la violence au Burkina / des universitaires veulent apporter leur contribution

Publié

on

Les responsables du Laboratoire langues, discours et pratiques artistiques (LADIPA) de l’Université Joseph-Ki-Zerbo était face à la presse, le vendredi 17 mai 2019, à Ouagadougou pour annoncer la tenue d’un colloque international sur le thème : «La violence dans les langues, les littératures et les arts du Sahel» du 23 au 25 mai prochain.

Bien que n’étant pas des spécialistes des armes, des universitaires peuvent, par leur réflexion, contribuer à la lutte contre le terrorisme et la violence en Afrique en général et au Burkina Faso en particulier. C’est la conviction des premiers responsables du Laboratoire langues, discours et pratiques artistiques (LADIPA) de l’Ecole doctorale Lettres, sciences humaines et communication (LESHCO), de l’Université Joseph-Ki-Zerbo qui organisent un colloque international sur le thème : «La violence dans les langues, les littératures et les arts du Sahel» du 23 au 25 mai 2019. L’information a été donnée aux hommes de médias au cours d’un point de presse, le vendredi 17 mai 2019 à Ouagadougou. Aux dires du président du comité d’organisation, Pr Albert Ouédraogo, ce colloque vise à réunir les scientifiques de toutes les spécialités des sciences du langage et de la littérature pour réfléchir, échanger les idées, les expériences et structurer un discours scientifique autour de la violence dans les langues, les littératures et les arts.

SOURCE : (aouaga.com)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 8 096 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

REVUE DE PRESSE HEBDO