Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Ouaga / Soupçons de fraudes au concours de recrutement des IAC 2018 : « Aucune irrégularité décelée », selon le ministre Stanislas Ouaro

Publié

on

Le ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation, Pr Stanislas Ouaro, était face à la presse le vendredi 10 août 2018, dans les locaux dudit ministère. Au menu, il était question de faire le point sur les allégations de fraudes au concours de recrutement des Instituteurs adjoints certifiés (IAC) de la session 2018.

Pour planter le décor de sa rencontre avec la presse le 10 août dernier à Ouagadougou, Pr Stanislas Ouaro, ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation, a rappelé la parution du confrère « Le Courrier confidentiel » en date du mercredi 25 juillet 2018. Une parution dans laquelle, dit-il, il a été révélé « des « irrégularités » et même d’éventuels « combines » dans l’organisation du concours direct de recrutement sur mesures nouvelles de 1 500 IAC (NDLR : instituteurs adjoints certifiés) de la session de 2018. Ce qui n’a pas laissé indifférent ledit ministère et celui de la Fonction publique, du travail et de la protection sociale qui, dès le 30 juillet dernier, ont mis en place une cellule chargée de vérifier ces allégations évoquées par le journal. Pour mieux cerner la question, relève le ministre Pr Stanislas Ouaro, les deux ministères et les responsables du « Courrier confidentiel » ont entamé une séance de travail, le 31 juillet dernier. Trois jours après, soit le 3 août, selon les explications du ministre, la cellule, après une série de vérifications, rencontre le journaliste auteur de l’article, pour plus de transparence afin de confronter la liste des admissibles publiée par communiqué et celle des candidats qui ont pris part à l’oral d’admission.

« Aucune irrégularité, telle que décrite par le journal, n’a été décelée »

A l’issue de toutes les vérifications, Pr Stanislas Ouaro indique qu’aucune information relative à ces cas supposés de fraude n’a été enregistrée. Ajoutant qu’à ce jour, « aucune irrégularité, telle que décrite par le journal, n’a été décelée par la cellule de vérification mise en place par les deux ministères ». Malgré tout, des cas d’irrégularités ont été découverts lors du contrôle effectué tout au long du processus de recrutement. Ce qui, selon le premier responsable du département de l’Education nationale et de l’alphabétisation, s’apparenterait à des tentatives de fraude et ce sont des cas qui ont été traités comme tels. Et de faire savoir que quatre candidats ont fourni, dans leur dossier, des diplômes appartenant à d’autres personnes. Des cas transférés à la gendarmerie qui poursuit les investigations pendant que les candidats concernés ont été retirés de la liste. Le ministre Pr Stanislas Ouaro souligne que c’est au sortir de tout cela que les résultats d’admission ont été publiés le 7 août 2018, sous réserve de contrôle approfondi. Tout en rendant hommage à la presse burkinabè, il relève que le gouvernement manifeste ainsi sa bonne foi et sa volonté de lutter contre la fraude.

Antoine BATTIONO

Source:  Le Pays

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Burundi : Trois écolières emprisonnées pour avoir gribouillé la photo du Président

Publié

on

Trois écolières, accusées d’avoir griffonné la photo du PrésidentPierre Nkurunziza Rechercher Pierre Nkurunziza ont été emprisonnées, mercredi 20 mars, en attendant leur procès, ont rapporté une ONG et une source judiciaire.

Les adolescentes dont l’ âge varie entre 15 et 17 ans ont été arrêtées pour des gribouillages sur la photo du Président burundais Pierre Nkrunziza puis emprisonnée à la maison d’arrêt pour mineurs de Ngozi, dans le nord du Burundi.

« La Chambre de conseil – un collège de trois juges chargés de statuer sur la détention – a décidé « que les trois fillettes âgées de 15, 16 et 17 ans et qui sont poursuivies pour outrage au chef de l’Etat, soient écrouées » à la maison d’arrêt pour mineurs de Ngozi, dans le nord, a déclaré une plateforme de la société civile le Fenadeb.

Elles risquent jusqu’à cinq ans de prison et 250 euros d’amende pour « outrage à chef d’Etat », selon le Code pénal burundais.

La décision des juges a été confirmée par une source judiciaire qui a précisé que les écolières ont écrouées dès mercredi après-midi.

En 2016 , plus de 230 élèves ont été exclus provisoirement de leur école pour outrage après avoir gribouillé des photos de Nkurunziza puis condamnées jusqu’ à 20 ans de prison avant d’ être blanchis et réintégrés dans leur école face au tollé.

SOURCE : (koaci.com)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Côte d’Ivoire/ Inter/ Une cinquantaine de collégiens italiens sauvée d’une prise d’otages

Publié

on

La police italienne a sauvé, mercredi, de justesse, 51 collégiens pris en otage et menacés dans un bus par leur chauffeur à Crema (près de Milan) L’homme, un Italien d’origine sénégalaise, a invoqué le sort des migrants africains morts en mer Méditerranée avant d’incendier le véhicule. “C’est un miracle, car cela aurait pu être un carnage. Les carabiniers ont bloqué le bus et fait sortir tous les enfants”, a déclaré à la presse le procureur de Milan, Francesco Greco. Le chauffeur, Ousseynou Sy, âgé de 47 ans, italien depuis 2004, chauffeur scolaire, a été interpellé sous les chefs de “prise d’otage, massacre et incendie” avec la circonstance aggravante de “terrorisme”. Selon son avocat,…

SOURCE : (aip.ci)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Côte d’Ivoire/ Inter : Le premier prix francophone de l’innovation dans les médias décerné à «Enquet’Action»

Publié

on

Le premier prix 2019 de l’innovation dans les médias, décerné chaque année par la Francophonie, RFI et Reporters sans frontières, a été remis, mercredi, à Paris, à « Enquet’Action », un site internet d’investigation haïtien lancé en 1997 par un petit groupe de journalistes qui propose à ses lecteurs des enquêtes fouillées sur des sujets de société, parfois sensibles. Le deuxième prix a été décerné à « Yaga » («raconter » en langue kirundi), une plateforme de blogs qui permet aux jeunes de s’exprimer quotidiennement sur des thématiques variées à travers les médias sociaux en promouvant le dialogue et la paix. « Yaga » produit des vidéos, des billets, des enquêtes, des dossiers, et informe et forme les jeunes burundais sur l’utilisation…

SOURCE: (aip.ci)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 7 771 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS ET VUS DU MOIS