Connecte-toi avec nous

FORMATIONS

Les Secrétaires formées à la digitalisation et fidélisation des talents.

Publié

on

Deux experts, le marocain Badredine Bouchouirab et l’ivoirien Fulbert Béhi Togba, ont animé, mercredi, à la Caistab au Plateau, deux exposés respectifs sur « la digitalisation du métier de secrétaire » et la « gestion et fidélisation des talents ».

Ces différentes communications, qui interviennent au troisième jour du Salon international des secrétaires (SIS), sont destinées au renforcement des capacités des participantes.

L’exposé sur la digitalisation, a expliqué le marocain doctorant en management et en information technologique, donne l’occasion à l’assistante de maîtriser l’outil informatique, gage de son efficacité « au sein de l’entreprise et dans la gestion de son agenda ».

De son côté, le deuxième conférencier, le directeur des ressources humaines de la CIE, a mis l’accent sur l’intérêt, pour la secrétaire, d’être toujours portée vers la quête permanente de l’excellence.

La présidente du SIS, Catherine Assalé, se félicitant du bon déroulement des activités, a salué le savoir faire des formateurs jugés largement à la hauteur. Elle a exhorté les secrétaires et patrons à s’approprier le SIS, avant d’annoncer l’ouverture à Abidjan, en octobre 2019, d’une université des secrétaires.

Mme Koné épouse Ouattara du ministère de la Communication, et Mme Bakayoko Aminata de la direction générale du budget et des finances, à l’image de l’ensemble des participantes, se sont réjouies des différents enseignements. Ils leur permettent de combler les lacunes, ont-elles manifesté, appelant de tous leurs vœux l’ouverture prochaine de l’université des secrétaires.

La journée de jeudi sera consacrée aux activités sportives à l’Institut national de la jeunesse et des sports (INJS), tandis que le vendredi est décrété quartier libre, pour permettre aux étrangers de visiter la Côte d’Ivoire.

SOURCE : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

FORMATIONS

Ouverture à Abidjan d’un atelier de formation pour une meilleure surveillance spatiale des terres.

Publié

on

Un atelier de formation en télédétection et système d’information géographique, en vue d’une meilleure surveillance spatiale des terres dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie REDD+, se tient depuis ce lundi, à Abidjan, au Centre d’information géographique et numérique (CIGN) du Bureau national d’étude technique et développement (BNETD).

Depuis 2011, la Côte d’Ivoire s’est engagée dans la stratégie REDD+, un mécanisme international de réduction des émissions de gaz à effet de serre afin de lutter contre la déforestation et contribuer à la restauration de son couvert forestier.

Selon le conseiller technique de la ministre de la salubrité, de l’environnement et du développement durable (MINSEDD), Kouadio Kouakou Parfait, le gouvernement ivoirien a bénéficié dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie REDD+ d’un projet de surveillance spatiale des terres (SST).

Ce projet, financé sur les ressources du Contrat de désendettement et de développement (C2D), à travers le projet de Conservation des ressources naturelles de Côte d’Ivoire (CORENA), a pour objectif de mettre à la disposition des décideurs des informations actualisées sur la dynamique de l’occupation des sols et sur l’évolution des ressources forestières, a précisé M. Kouadio.

« Je vous invite à faire preuve d’assiduité, d’écoute et à participer activement aux échanges », a-t-il conseillé, aux participants qui, durant cinq jours, seront soumis à une formation théorique et de travaux pratiques en salle, une collecte de données sur le terrain, des post-traitements avec l’assistance du BNETD.

Le Secrétaire exécutif permanent du REDD+, Ahoulou Ernest, a, pour sa part lancé un appel aux collectivités, aux paysans à préserver les forêts de sorte à permettre à la Côte d’ Ivoire de retrouver 80% de son couvert forestier.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

SOURCE : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

FORMATIONS

Formations des élèves maitres.

Publié

on

Le CAFOP de Grand-Bassam, en collaboration avec UNESCO CENTER FOR GLOBAL EDUCATION, a organisé dans l’après-midi du mercredi 18 avril 2018, une conférence sur la paix à l’attention de ses élèves-maîtres, en présence de Madame le Sous-préfet.
Aux côtés de Madame la Directrice du CAFOP, on a noté la présence Madame le DDEN et d’autres actrices et acteurs de la Paix.
M. SEKA Séka Philbert, le conférencier, a mis l’accent sur l’éducation à la paix au sein de la cellule familiale, condition sine qua non d’une paix durable dans le monde. L’école étant un autre cadre important d’éducation du citoyen, il a souhaité que l’éducation à la paix fasse partie des modules de formation des formateurs.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

SOURCE : MENETFP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

FORMATIONS

Master en Sciences infirmières et obstétricales : Des experts en atelier pour s’accorder sur le démarrage effectif de la formation.

Publié

on

La 2ème composante, dira Dr Koffi, est l’offre de service : « Dans l’offre de demande, il y a une forte corrélation entre la qualité  des ressources humaines, notamment les sages-femmes et les maïeuticiens. Nous pensons que la qualité de ce personnel de santé garantie la réduction de la mortalité maternelle ».

Master en Sciences infirmières et obstétricales : Des experts en atelier pour s’accorder sur le démarrage effectif de la formation

La ville de Grand Bassam accueille depuis le 16 avril et ce, jusqu’au vendredi 20 avril  2018, l’atelier préparatoire des activités des centres régionaux pour le Master en sciences infirmières et obstétricales.

Situé dans le cadre le projet autonomisation des femmes et dividende démographique au Sahel (Swedd), cette rencontre vise à définir les modalités de mise en œuvre du Master en sciences infirmières et obstétricales. Ce, dans les trois centres d’excellence basée en Côte d’ Ivoire (Infas-Institut national de formation des agents de santé), au Niger (Ensp-Ecole Nationale de Santé Publique) et au Mali (Infss-Institut National de Formation en Sciences de la Santé).

Le projet Swedd bénéficie sur le plan financier de l’apport de la Banque mondiale et au plan technique de l’accompagnement du Fonds des nations unie pour la population (Fnuap) et de celui de  l’Organisation ouest africain de la santé (Ooas).

C’est depuis 2015 que le projet Swedd qui est une initiative conjointe de six pays, à savoir le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Niger, la Mauritanie, le Mali, le Tchad a vu le jour. « Ce projet vise à accélérer la transition démographique dans le sahel en misant sur trois piliers essentiels », a souligné Dr Justin Koffi, Coordonnateur régional du projet d’autonomisation des femmes et dividende démographique basé au sahel et au bureau régional du Fnuap pour l’Afrique de l’Ouest et du centre basé à Dakar.

Aussi a-t-il fait savoir que ce projet s’appuie sur la création de la demande à travers toutes les activités de communication pour un changement social et comportemental. Et le financement de projets visant à la scolarisation de la jeune fille, l’autonomisation économique de la jeune fille, l’accès au service de santé de la reproduction, pour les adolescents et les jeunes.

La 2ème composante, dira Dr Koffi, est l’offre de service : « Dans l’offre de demande, il y a une forte corrélation entre la qualité  des ressources humaines, notamment les sages-femmes et les maïeuticiens. Nous pensons que la qualité de ce personnel de santé garantie la réduction de la mortalité maternelle ». Et d’ajouter que « c’est une grosse injustice de perdre sa vie, en donnant la vie. »

C’est pour toutes ces raisons que le projet Swedd a procédé à une revue des institutions et des agences de santé des six pays. « Aujourd’hui, nous sommes ici pour signer un compact. Les trois écoles qui ont été retenues vont servir de centre d’excellence pour l’ensemble des pays Swedd. Cela veut dire que les autres pays (Ndrl : 3 autres) vont amener leurs professionnels de santé pour les former dans ces écoles d’excellence  en Licence, Master et Doctorat. Nous sommes ici pour démarrer la mise en place de ces masters en soins infirmiers », a-t-il insisté.

Au sortir de l’atelier de Grand Bassam, ces experts en santé entendent signer un compact pour qu’il y ait un lien entre la déclaration et la réalité. Ainsi, le Compact permettra le suivi systématique de la feuille de route  qui aboutira à la mise en œuvre de la formation.

Salif D. CHEICKNA

salifou.dabou@fratmat.info

SOURCE : Fratmat.info

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 524 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

ACTUALITÉ EDUCATIVE EN CONTINU