Connecte-toi avec nous

ACTUALITE NATIONALE

Les inscriptions fixées à 85 000 FCFA pour les affectés de l’Etat dans les universités et grandes écoles (Ministère Enseignement supérieur)

Publié

on

Les frais d’inscription dans toutes les filières de l’Enseignement supérieur sont fixés  au tarif unique de 85 000 FCFA pour les affectés de l’Etat, annonce une note du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Dr Albert Mabri Toikeusse.

« En application de l’Arrêté N° 0198/MESRS/CAB du 05 Novembre 2018 (cf.www.enseignement.gouv.ci) , le Ministre Abdallah Albert Toikeusse Mabri, porte à la connaissance des parents d’élèves, des étudiants et des fondateurs des établissements privés d’Enseignement supérieur que les frais inscriptions pour les affectés de l’État, à compter de l’année académique 2018-2019,  sont fixés à 85 000 francs CFA (Quatre-vingt-cinq mille francs CFA) toutes filières confondues », indique le document transmis, jeudi, à l’AIP.

Le ministre précise que « ces frais d’inscription ne sont applicables qu’aux affectés de l’État, à compter de l’année académique 2018-2019 et sur toute l’étendue du territoire national », soulignant que cet Arrêté sera « enregistré, publié et communiqué partout où besoin sera ».

Suite aux préinscriptions en ligne du 06 août au 06 septembre, les résultats des orientations sont disponibles sur la plateforme www.orientationsup.net.

Le système de l’enseignement supérieur ivoirien doit insérer, cette année, 112 297 nouveaux bacheliers, une constante de plus de 100 000 nouveaux admis chaque année depuis quelques années pour une moyenne d’absorption de moins de la moitié par les universités et grandes écoles publiques.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Les institutrices de Dimbokro exhortées à être des modèles

Publié

on

La présidente de l’Amicale des institutrices de Dimbokro (AID), Minata Fofana, a exhorté ses paires à être des modelés d’abnégation au travail et de solidarité pour rendre plus dynamique leur corporation. Elle a lancé cet appel lors de la célébration des 25 ans de l’AID, samedi à l’hôtel “Le Jardin d’Eden” à Dimbokro. « Je vous exhorte au travail dans la solidarité et l’amour pour que notre corporation soit plus forte et dynamique », a exhorté Mme Fofana qui s’exprimait en présence des autorités éducatives locales. Elle a relevé leur volonté de devenir des femmes leaders, plaidant pour des renforcements des capacités des membres. Mme Fofana a appelé à la scolarisation et à l’autonomisation de la femme pour…

LIRE LA SUITE…

SOURCE (aip.ci)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Grève de la Cnec / Les amphithéâtres sont restés fermés

Publié

on

« Je suis arrivée ce lundi matin au campus  dans l’intention de faire cours. Malheureusement quand je suis arrivé, j’ai constaté que les amphis étaient vides. Je rentre ainsi à la maison », a constaté M. Kouadio N’Dri Karmel, étudiant en  1ere année de philosophie à  l’Université Félix Houphouët Boigny  de Abidjan Cocody.

Comme cet étudiant, bon nombre d’étudiants croisés  ce lundi 20 mai à Abidjan Cocody  à l’Université Ufb étaient  en dehors des amphis. Arrêtés en petits groupes, ils ont rapporté  que les amphis étaient vides.

« A cause de la grève annoncée par la Cnec on n’a pas encore reçu les emplois du temps. On est venu ici pour vérifier si toutes les informations véhiculées sur les réseaux sociaux en rapport avec la grève de la Cnec étaient vérifiées. Et effectivement, c’est le cas. Nos amphis sont restés vides »,  a expliqué M. Kouamé Jean Luc, licence 1 de philosophie.

Au Bâtiment C du département Langues littérature et civilisation(Lcc), les salles réservées au cours ( C4, C3, C5) étaient vides. «  Tout le bâtiment est vide, alors qu’il devait abriter un cours magistral de Lettres modernes. Des étudiants du département d’espagnol ne sont pas venus à cause de la grève », a constaté un responsable de l’administration qui a requis l’anonymat. Toutefois, il a reconnu qu’en lettres modernes, un enseignant a fait  cours de  08h30 à 10h30.

L’information est confirmée par Dr  Ehuié Micaël Bedikou, maitre de conférences à l’Ufr biosciences et en charge de la communication de la  Coordination nationale des enseignants du supérieur et des chercheurs de Côte d’Ivoire(Cnec). « Nous avons pris des dispositions pour suivre la grève sur le terrain. Il ressort que les enseignants ne sont pas là. Nous avons sillonné les différents sites, et nous assurons que la grève est suivie », a-t-il assuré.

SOURCE: (fratmat.info)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Agboville grève en milieu scolaire / Les élèves d’un lycée protestent contre l’imbroglio

Publié

on

L’école ivoirienne est en souffrance. Attaby Pacôme et ses camarades unis au sein du Cosefci ont opté pour la reconduction du mot d’ordre d’arrêt de travail lancé le mardi 14 mai 2019. La perturbation engendrée justifiée par l’absence de certains professeurs n’a pas été du goût des apprenants du lycée moderne 3 d’Agboville.

Un mot d’ordre diversement interprété par les enseignants du second degré. Depuis le début de cette grève jugée de trop par le ministre Kandia Camara, nombreux parmi les dispensateurs du savoir refusent d’être victimes des mesures de suspension et de radiation proférées par la secrétaire générale du parti au pouvoir. « Je ne suis pas d’accord avec cette grève. Trop c’est trop. Ceux qui observeront la grève assumeront les conséquences. En plus de subir les ponctions, ils seront radiés », avait menacé le numéro un de l’éducation nationale en Côte d’Ivoire.

La rencontre qui a réuni les syndicats et le ministre de tutelle le vendredi 17 mai 2019, soit 72h après le début de la grève, n’a pas suffi pour faire baisser le mercure. Au sortir de cette table de négociation, le bouillant porte-parole du Cosefci, Attaby Pacôme a purement et simplement appelé à la poursuite de la grève ce lundi. La perturbation engendrée justifiée par l’absence de certains professeurs n’a pas été du goût des apprenants du lycée moderne 3 d’Agboville. Dès 7h25, alors que des enseignants ont pointé présents dans les amphis, un groupuscule d’apprenants siffle pour ameuter le territoire scolaire. Aussitôt, les classes se vident. Les enseignants se calfeutrent en salle des profs tandis qu’une lourde vague d’élèves se regroupe autour du mât sis devant l’administration.

SOURCE: (linfodrome.com)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 8 096 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

REVUE DE PRESSE HEBDO