Connecte-toi avec nous

EMPLOI & JEUNESSE

Le Ministre Sidi Tiémoko Touré présente le Répertoire des Compétences Jeunes 2018 aux Chefs d’entreprise

Publié

on

Informer et sensibiliser les chefs d’entreprises, les cabinets de placement et de recrutement sur la disponibilité d’un Répertoire des Compétences Jeunes, c’est ce qu’a fait le Ministre Sidi Tiémoko Touré ce mardi 19 juin 2018 à son cabinet. Ce en présence des fédérations et organisations patronales, les chefs d’entreprise, les responsables de cabinets de recrutement, des jeunes et des journalistes.
Le « Répertoire des Compétences Jeunes » est une base de données permanente sur les compétences des jeunes qui s’inscrit dans le cadre de l’accompagnement des jeunes diplômés à l’insertion professionnelle.
« Il a pour vocation de devenir une base de données de référence régulière, actualisée des grandes compétences techniques parmi les jeunes ivoiriens, âgées de 18 à 40 ans, sans distinction de qualifications, de métiers et de lieu de résidence », a expliqué le Ministre Sidi Touré.
Il s’agit selon le Ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service Civique, de répondre aux besoins de ressources humaines des entreprises publiques et privées en Côte d’Ivoire et des organisations régionales et internationales.
Pour cette édition 2018, selon le Ministre, ce sont 500 meilleurs profils qui ont été sélectionnés à partir de la base de données de 71 007 jeunes inscrits à l’Agence Emploi Jeunes. Le support a été remis aux participants et aux différents partenaires à l’insertion des jeunes. Le répertoire est disponible en support numérique et physique.
Pour rappel, la première édition a enregistré 12 203 profils parmi lesquels 500 ont été identifiés et retenus comme étant les meilleurs parmi les postulants pour figurer dans le répertoire. En somme, le Répertoire des Compétences Jeunes a ainsi favorisé la mise en emploi direct de « 89 profils en entreprises et 101 profils insérés par le biais de cabinets de placement ».
Pour encourager les chefs d’entreprise à faire usage du Répertoire des Compétences Jeunes, il a rappelé les mesures fiscales et sociales mis en place par le Gouvernement pour accompagner leurs efforts consentis.
Aux jeunes, le Ministre a appelé à leur sens de responsabilité dans les structures qui les accueilleront. Les initiatives prises par le Gouvernement ne peuvent efficacement profiter qu’à une jeunesse active, respectueuse des valeurs de la République et qui aspire à être le véritable fer de lance du développement et de l’émergence de la Côte d’Ivoire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

SOURCE : ministeres

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Adéquation formation-emploi : Des professionnels s’impliquent dans la formation des jeunes

Publié

on

Une plateforme collaborative a été récemment présentée pour faciliter l’insertion professionnelle des jeunes diplômés.

L’Association des professionnels des ressources humaines en Côte d’Ivoire (Aprh-Ci), l’Association des acheteurs et dirigeants achats et logistique de Côte d’Ivoire (Adal-Ci), le club des Directeurs des systèmes d’information (Dsi) et l’Association professionnelle des comptables et financiers de Côte d’Ivoire (Apcf-Ci) ont décidé d’unir leurs forces. Et ce, dans un cadre collaboratif avec l’Atlantique international business school (Aibs) à Abidjan pour offrir des formations spécialisées à la jeunesse ivoirienne.

Lors de la conférence de présentation, à Cocody-Danga, Fousseny Koné, le manager d’Aibs, a indiqué « face à la problématique de l’employabilité des jeunes, nous avons mis en place quatre modules de formation en licence, en collaboration avec des professionnels pour répondre aux besoins réels des entreprises locales. Et le système est basé sur l’alternance entre l’école et les stages en entreprise ». Avant d’ajouter: « lorsqu’une formation est parrainée par des organisations professionnelles ci-dessus indiquées, il va s’en dire que les étudiants qui en sortent sont bien formés dans leurs domaines ».

Mamadou Naon, président du club Dsi, lui, affirme que « ce partenariat est une approche originale. Dans la mesure où nous participons au recrutement des étudiants, leur formation et allons jusqu’à concevoir les curricula ».

Quant au président de l’Aprh-Ci, Alhouceine Sylla, il fait savoir que « l’objectif est que les apprenants qui sortent de l’école soit aussitôt opérationnels et des ressources humaines de qualité dont les entreprises ont réellement besoin ».

Cette plateforme, faut-il le souligner, vient pour apporter un plus à la formation et l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Le Pdg d’Aibs a saisi cette occasion pour dire qu’il est en cours de négociations avec un établissement financier de la place pour octroyer des prêts à des conditions avantageuses à la formation de la jeunesse ivoirienne.

GUY-ASSANE YAPY

Source : Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Insertion professionnelle : L’Agence emploi jeunes peaufine sa stratégie avec des experts français

Publié

on

Une importante rencontre s’est tenue dans le cadre de la composante Emploi du Contrat de désendettement et de développement (C2d).

Insertion professionnelle : L’Agence emploi jeunes peaufine sa stratégie avec des experts français

Les deuxièmes travaux du Comité de coordination et de pilotage du Projet C2d emploi jeunes ont eu lieu le 11 décembre à Seen Hotel à Abidjan-Plateau. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la composante Emploi du Contrat de désendettement et de développement (C2d) qui bénéficie d’un financement de 1,3 milliard F Cfa  par l’entremise de l’Agence française de développement (Afd). L’objectif visé, selon Jean-Louis Kouadio, administrateur de l’Agence emploi jeunes est de  faire la revue des activités afin de s’assurer du bon déroulement des opérations et de dégager des perspectives à partir des enseignements tirés. «  Nous bénéficions d’un appui et de l’expertise de la France qui soutient l’agence dans sa structuration sur des axes stratégiques et avions pour cela mis en place ensemble un plan d’actions étalé sur trois ans », a précisé l’administrateur de l’Aej.  Et d’expliquer « nous sommes à la phase d’appui à la structuration de l’agence emploi jeunes qui porte sur le développement opérationnel, la gouvernance stratégique, les fonctions supports et l’entrepreneuriat».

Quatre structures françaises ont pris part à ces travaux. Il s’agit de l’Agence française de développement (Afd), Expertise France, Pôle emploi et Initiative France. Qui ont chacune, selon leurs domaines de compétence, apporté les inputs nécessaires pour faire avancer la plateforme mise en place. Virginie Lucas, chef de projet C2d emploi à l’Afd, a fait savoir que l’institution qu’elle représente est prête à travailler à la rénovation de la stratégie de l’Agence emploi jeunes. Quant à Sofia Elomri, chef du département coopération et relations internationales de Pôle emploi, elle a noté que l’intervention de son institution va permettre de « renforcer l’offre de service, le système d’information, l’accompagnement opérationnel de l’Aej, la co-construction avec les parties en présence pour décliner des offres pour les jeunes ». a-t-elle affirmé.

Cette séance de travail, faut-il le préciser, a eu l’appui du gouvernement ivoirien à travers le ministère de la Promotion de la jeunesse et de l’emploi des jeunes (Mpjej). Karitia De Medeiros, directrice de cabinet adjointe dudit ministre, qui a participé aux assises, s’est réjoui de cette initiative. « Je suis venu montrer l’importance que le ministre Mamadou Touré accorde à  cet projet issu du deuxième C2d. Et je suis ravi des échanges fructueux qui ont eu lieu et des avancées remarquables. Il en est de même pour les solutions concrètes et innovantes qui sont proposées surtout à l’employabilité des jeunes à travers l’entrepreneuriat ».

EMELINE PEHE. AMANGOUA

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Entrepreneuriat féminin : Renforcement des capacités de 1000 femmes

Publié

on

Dans un rapport 2016-2017 du Global entrepreneurship Monitor (Gem), il est mentionné que les femmes réinvestissent jusqu’à 90 % de leurs revenus dans l’éducation, la santé et l’alimentation de leur famille et de leur communauté, contre 30 à 40 % pour les hommes.

Ces actions créent un impact plus important sur le développement économique et social du continent, selon l’étude. Cette performance a incité la Banque africaine de développement (Bad) a affiché son engagement en faveur de l’initiative pour favoriser l’accès des femmes au financement en Afrique Dans le cadre  Afrique (Awafa). C’est pourquoi elle s’allie à  Entreprenarium pour renforcer les capacités de 1 000 femmes entrepreneures sur le continent.

Au cours des quatre prochains mois, des sessions de formations sur le développement d’entreprise et la gestion financière seront conduites par Entreprenarium dans cinq pays, en Côte d’Ivoire (Abidjan) et au Gabon (Libreville) pour la première session, qui débutera le 10 décembre 2018, puis au Kenya (Nairobi), en Afrique du Sud (Johannesburg) et en Tunisie (Tunis). Les projets d’entreprise les plus prometteurs pourront bénéficier d’un financement. Il s’agit aussi, dans le même temps, de renforcer le dialogue sur les réformes législatives, politiques et réglementaires nécessaires à même d’encourager l’entrepreneuriat féminin et l’autonomisation économique des femmes.

« Cette initiative répond parfaitement à l’approche holistique d’Awafa pour soutenir l’entrepreneuriat des femmes. En outre, nous ne nous contentons pas de doter les femmes entrepreneures des connaissances et des compétences essentielles dont elles ont besoin pour dynamiser leurs entreprises, nous facilitons aussi leur accès au financement tout en établissant un dialogue avec les gouvernements afin de créer un environnement des affaires qui libère leur capacité entrepreneuriale », a déclaré Vanessa Moungar, directrice du Département genre, femmes et société civile de la Banque africaine de développement.

Malgré le dynamisme de l’entrepreneuriat féminin et du rôle crucial que jouent les femmes chefs d’entreprise dans l’essor économique de l’Afrique, elles restent confrontées à quantité d’obstacles et manquent souvent des compétences requises en matière de gestion d’entreprise pour accéder aux financements.

Kamagaté Issouf

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 666 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS ET VUS DU MOIS