Connecte-toi avec nous

LITTERATURE

Le Grand Prix national Bernard B. Dadié décerné à Serge Bilé

Publié

on

Le Grand prix national Bernard B. Dadié de la littérature 2018 du ministère de la Culture et de la Francophonie est décerné à l’écrivain Serge Bilé pour son roman intitulé « Boni ».

C’était ce mercredi 16 mai, au palais de la culture d’Abidjan-Treichville, à l’occasion du lancement de la 10e édition du Salon international du livre d’Abidjan (Sila).

Outre le Grand prix Bernard Dadié, plusieurs autres prix ont été attribués. Notamment, le Prix national Bernard Dadié du jeune écrivain décerné à Seydou Gougna pour son livre « Toutankhamon » (l’enfant pharaon). Le Prix Sila de l’édition est revenu à la maison d’éditions Valesse éditions pour l’œuvre « Tristesse au paradis ».

C’est l’Epp Danga de Cocody qui a remporté le Prix Sila de la relève pour le primaire et le Collège moderne de Bingerville pour le secondaire. Le Prix Jeanne de Cavally pour enfant est décerné à Serges Grah pour son livre « La veste de Grégoire ». Le Prix Paul Ahizi de poésie est attribué à Soro Benjamin.

Par contre le Prix Sila des médias n’a pas été décerné. Selon le jury, il y a eu des insuffisances dans les productions proposées. A cet effet, le président de ce jury, David Mobio, a, au nom de ses pairs suggéré un séminaire de renforcement de capacité des journalistes candidats à ce Prix pour les prochaines éditions.

L’ouvrage « Boni » de Serge Bilé raconte la vie d’un peuple vivant dans une forêt en Guyane. « Boni » est le nom d’un de ses ancêtres. C’est un chef rebelle du 18ème siècle. Une figure incontournable de la lutte contre l’esclavage. L’œuvre de 196 pages éditée par Kofiba éditions, est sortie en janvier 2018.

Rappelons que la 10e édition du Sila a débuté ce mercredi 16 mai au palais de la culture de Treichville par la proclamation officielle des Lauréats des Prix littéraires et d’éditions 2018.

SOURCE : Fratmat.info

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CONCOURS NATIONAUX

L’élève Yoboua Kouamé remporte le prix Ahmed Adingra à Tanda

Publié

on

Le concours “Pour le changement de mentalités et de comportements en milieu scolaire” de l’écrivain Ahmed Adingra a été remporté par l’élève Yoboua Kouamé Carmel Donald, élève en classe de première  A au lycée moderne de Tanda.

Son poème est venu en tête des 10 retenus sur la soixantaine proposée au départ par les candidats. Le lancement du concours a eu lieu le 4 mai.

Les résultats de concours qui avait pour thème, “l’abstinence sexuelle” ont été proclamés samedi. Le but est de contribuer à réduire considérablement le fléau des grossesses qui gangrène le vie scolaire de la jeune fille en particulier.

Écrivain, Ahmed Adingra est un fils de la région du Gontougo, plus précisément de Diamba. Il est auteur de plusieurs œuvres dont Le rêve assoupi, Koutoussé en ville, La pluie a d’abord été une goutte d’eau et bien d’autres.

LIRE LA SUITE …

SOURCE : (aip.ci)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ECHO ÉCOLES – LYCÉES ...

Une écrivaine promeut la lecture auprès des élèves d’Assuéfry

Publié

on

Une écrivaine, Kossonou Affoua Sonia, a animé au lycée municipal d’Assuéfry une conférence sur le thème “le rôle et l’importance de la lecture dans la vie scolaire de l’élève” au cours de laquelle elle a promu la lecture tout en vantant ses mérites et bienfaits.

Organisée par l’Union des jeunes étudiants et élèves fraternels d’Assuéfry ( UJEEFA), la conférence a consisté, pour le président de l’UJEEFA, Zongo soumaïla, étudiant informaticien, d’amener les élèves à aimer la lecture, “base de toute connaissance”.

La conférencière, étudiante en licence 3 de droit privé a, à cet effet, relevé que “la lecture joue un rôle très important dans la réussite scolaire de l’élève, sans lecture, il n’y a ni sciences, ni littérature, ni philosophie”. Selon elle, l’apprentissage de la lecture n’est pas toujours facile au début, toutefois, une fois maîtrisée, elle ouvre des portes vers des mondes magiques ou imaginaires, fait voyager et permet de nombreuses découvertes”.

La lecture, a-t-elle poursuivi, permet d’apprendre de nouvelles choses et de se former, de développer son vocabulaire et son expression orale, la lecture peut grandement contribuer au développement personnel dans le sens où elle a un impact sur votre esprit”.

Kossonou Affoua invite ses jeunes frères et sœurs à plus d’”efficacité en s’abstenant de l’utilisation de la langue vernaculaire à l’école, considérant que le livre est également un investissement non seulement par rapport à ce qu’il coûte mais pour ce qu’il procure”.

Elle est auteur d’œuvres littéraires dont “les chemins de l’orpheline” et de, “Plus profonde est la nuit et plus proche est le jour”.

LIRE LA SUITE…

SOURCE: (aip.ci)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

SILA 11ème édition / DKS invite les élèves des lycées et collèges à être des Africains nouveaux

Publié

on

Du 15 au 19 mai 2019, le Salon International du Livre d’Abidjan (SILA) a réuni sur un même espace la crème des auteurs ivoiriens et ceux venus d’ailleurs pour le bonheur des lecteurs. Le Palais de la Culture Bernard Dadié de Treichville a été le théâtre des belles lettres pour la 11e édition du SILA.

Plus qu’un rendez-vous des auteurs, le SILA a été un prétexte pour aiguiser l’appétit des futurs lecteurs constitués en grande majorité d’élèves des lycées et collèges de la place. À cet effet, un espace a été aménagé par le ministère de l’Education Nationale et de la Formation Professionnelle, à travers le Service de la Promotion de la Lecture et des Bibliothèques Scolaires.

Cette occasion a été pour l’auteur Diby Kouamé Sylvain (DKS) un prétexte pour partager sa vision d’un Africain nouveau, contenu dans son ouvrage l’Espoir Africain, avec des élèves venus nombreux, le samedi 18 mai. Dans un langage familier, accessible à tout point de vue, il a passé en revue l’ouvrage. Dans son exposé liminaire, l’auteur a mis l’accent sur l’Africain nouveau, un concept qui invite à une prise de conscience. Cet Africain nouveau doit être capable de tirer le continent vers le haut. Cet Africain nouveau dont il rêve doit refuser de regarder dans le rétroviseur et focaliser tout son être sur le futur pour une Afrique qui gagne. « Cet Africain nouveau doit arrêter les mauvaises pratiques », a-t-il lancé comme appel.

A l’endroit des élèves, il leur a demandé de travailler à l’école pour espérer être cet Africain nouveau dont rêve le continent. « (…) l’échec ne doit pas vous décourager au point de vous amener à copier les mauvaises pratiques à travers WhatsApp, Facebook pour avoir de bonnes notes à l’école, lors des examens », a-t-il conseillé. Cet Africain nouveau doit également cultiver la solidarité, ce qui a manqué à l’Afrique des indépendances.

SOURCE: (linfodrome.com)

Facebook / Laisser un commentaire
Partager sur
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 844 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook & TWEETER

SUIVEZ-NOUS SUR TWEETER

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

REVUE DE PRESSE HEBDO

Show Buttons
Hide Buttons