Connecte-toi avec nous

EMPLOI & JEUNESSE

La fondation KAS veut promouvoir l’entrepreneuriat en Afrique de l’Ouest

Publié

on

Le représentant de la fondation Konrad Adenauer stiftung (KAS) en Côte d’Ivoire, Florian Karner, a indiqué que la fondation, en plus de ses activités traditionnelles, veut pour l’année 2018 et les années à venir, à travers des formations, promouvoir l’entrepreneuriat en Côte d’Ivoire et dans la sous-région ouest africaine pour permettre aux jeunes d’avoir accès au marché du travail.

« La grande innovation de cette année et des années à venir, c’est notre engagement en ce qui concerne le renforcement des conditions-cadres économiques dont la promotion de l’entrepreneuriat dans la région », a déclaré M. Florian Karner, mardi, lors d’une conférence de presse.

« L’objectif doit être une culture de l’esprit d’entrepreneuriat : des conditions-cadres administratives efficaces, le libre accès au financement, la transparence des procédures d’appel d’offres et notamment l’inclusion des jeunes au marché du travail », a-t-il indiqué.

Selon lui, la clé du succès à moyen et long termes des pays réside dans la promotion des petites et moyennes entreprises (PME) en prenant exemple sur les grands acteurs mondiaux allemands comme Siemens, Volkswagen ou Bayer qui sont à la base de la réussite économique de l’Allemagne.

Plus de 99% des entreprises allemandes sont en effet des PME. Elles produisent plus de la moitié de la valeur ajoutée, créent près de 60 % des emplois et offrent environ 82 % des places d’apprentissage. Ces chiffres peuvent être une incitation pour n’importe quelle petite entreprise en Afrique de l’Ouest, a-t-il souligné.

Pour lui, la Côte d’Ivoire, est un pays qui dispose d’un potentiel humain important, constitué, en grande partie, de jeunes dont 36,2% de cette frange de la population a l’âge qui oscille entre 15 et 34 ans et qui compte 48,3% de femmes.

« Nous aimerions appuyer la Côte d’Ivoire par la formation de ces personnes pour faire d’eux soit des chefs d’entreprises, soit des décideurs politiques de demain qui ont la volonté de diriger leur pays et de donner l’exemple », a-t-il conclu.

La fondation Konrad Adenauer Stiftung est une fondation politique proche de l’union chrétienne-démocrate d’Allemagne (CDU), qui, depuis 1992, œuvre dans la sous-région pour la promotion et la consolidation de la démocratie et également pour l’éveil de la conscience citoyenne à travers son programme pour le dialogue politique en Afrique de l’ouest (PDWA).

Elle s’engage en Allemagne et dans plus de 120 pays du monde pour la démocratie, les droits de l’homme, l’économie sociale de marché et l’Etat de droit.

Pour ses activités, elle cible les partis politiques partageant les valeurs de la KAS, les parlements, les élites politiques et économiques consentantes aux reformes, des acteurs de la société, des jeunes et des femmes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

SOURCE : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Emploi des jeunes et autonomisation des femmes – La CAPEC engage la réflexion sur les modèles d’affaires inclusifs en Afrique de l’Ouest

Publié

on

La Cellule d’analyse de politiques économiques du Cires (CAPEC) organise les 20 et 21 septembre 2018 à la Maison de l’Entreprise à Abidjan une conférence internationale sur « la Pratique de nouveaux modèles d’affaires en Afrique de l’Ouest». Celle-ci se tient en collaboration avec le Laboratoire d’analyse quantitative appliquée au développement Sahel (LAQAD-S) de l’Université Ouaga 2 du Burkina Faso et l’Institut kényan de recherche et d’analyse des politiques Publiques (KIPPRA), avec l’appui du Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI). L’objectif, c’est de créer un cadre de partage d’expériences et d’engagement des parties prenantes pour les nouveaux modèles d’affaires en Afrique de l’Ouest, en mettant l’accent sur leur contribution à l’emploi des jeunes et à l’autonomisation des femmes et ainsi que leur rôle dans la réduction de la pauvreté des sous-groupes de populations vulnérables.

Au cours des travaux, les experts discuteront des options de politiques pour encourager l’adoption de modèles d’affaires inclusifs en Afrique de l’Ouest, après avoir dressé un état des lieux de la pratique et de la dynamique des modèles d’affaires dans la sous région, à la lumière des défis liés à leur pratique. Il est envisagé par ailleurs de créer une plate-forme pour le partage d’expériences et d’engagement entre les décideurs, le secteur privé, les chercheurs et les bénéficiaires finaux des modèles d’affaires inclusifs en Afrique de l’Ouest.

… suite de l’article sur Autre presse

 

Source: Minutes Eco

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Prix Orange de l’entrepreneur social 2018 : Les trois meilleurs projets « Yiri-dôtrô », « Districash » et « Isahit » distingués

Publié

on

Les gagnants du Prix Orange de l’entrepreneur social Côte d’Ivoire 2018 ont été distingués, le 13 septembre 2018, à Abidjan-Marcory.

Ce sont Oulai Daniel, Yao Kouadio Cédric et Obin Guiakro des projets  « Yiri-dôtrô », « Districash » et « Isahit » classés respectivement 1er, 2ème et 3ème. Ils se qualifient ainsi pour la grande finale internationale du Prix de l’entrepreneur social Afrique/Moyen Orient lors des AfricaCom Awards en novembre 2018.

Il faut souligner qu’ils seront en compétition avec les lauréats des pays Orange participants à ce concours, à savoir Botswana, Cameroun, Côte d’Ivoire, Egypte, Guinée Bissau, Guinée Conakry, Madagascar, Mali, Maroc, Niger, République Centrafricaine, République Démocratique du Congo, Sénégal, Tunisie, Jordanie, Libéria et Burkina-Faso.

Les vainqueurs d’Abidjan a reçu au total 6 millions de FCFA. Classé premier, « Yiri-dôtrô » est une application intelligente qui utilise des technologies numériques pour la détection des maladies foliaires. Et la mise en contact des agriculteurs avec le marché des intrants le plus proche. Ce projet a remporté  3 millions de FCFA.

Le projet « Districash » classé 2ème est une solution de mobile payment. Il vise à faciliter la vente et le rechargement des cartes bancaires prépayées. Ce projet a remporté 2 millions de FCFA. Quand le projet classé 3ème « Isahit » une plateforme internet d’externalisation de tâches digitales a obtenu 1 millions de FCFA.

Il faut souligner que pour l’édition 2018 de ce prix  ce sont 117 dossiers qui ont été recueillis  contre 107 en 2017. Les onze (11) meilleurs projets ont été ainsi sélectionnés pour la finale. Le Projet « Edutech », faut-il le souligné, a été désigné prix « Coup de cœur des internautes » avec plus de 1500 votes.

A noter que les trois supers lauréats internationaux recevront en plus, respectivement 25 000€ (soit 16 400 000 Fcfa), 15 000€ (soit 9 840 000 Fcfa) et 10 000€ (soit 6 560 000 Fcfa).

Salif D. CHEICKNA

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Entrepreneuriat féminin / Agroalimentaire: Lancement d’un fonds de 3 milliards Fcfa

Publié

on

La directrice financière de l’Aecf en Afrique, Julie Muyela, a soutenu: « notre objectif est de doubler notre impact (216 millions US). Mais, pour y arriver, nous allons accentuer les activités dans l’agroalimentaire et l’énergie renouvelable ». Pour elle, ce programme permettra aux femmes d’avoir accès aux instruments financiers dans le domaine de l’agriculture et de l’agrobusiness, des secteurs où des inégalités sont largement constatées.

Agroalimentaire: Lancement d’un fonds de 3 milliards Fcfa pour l’entrepreneuriat féminin

Comme annoncé il y a quelques jours, Africa enterprise challenge fund (Aecf) a procédé ce mardi 18 septembre, à Abidjan-Plateau, au lancement de son programme « Investir en faveur des femmes dans l’agroalimentaire ». Ce programme concerne les entreprises opérant dans des chaînes de valeur agricoles spécifiques pour les femmes, notamment l’anacarde, le karité, le manioc, le palmier à huile, les produits maraîchers, le riz.

Doté pour l’instant d’un fonds de 3 milliards Fcfa, le programme pourra être alimenté par des ressources additionnelles de 28 milliards Fcfa (50 millions US) dans les prochaines années. Selon l’ambassadrice de la Grande-Bretagne en Côte d’Ivoire, Joséphine Gault, la phase pilote «Investir en faveur des femmes dans l’agroalimentaire » démarre en Côte d’Ivoire, puis sillonnera le Burkina Faso, l’Éthiopie et la Sierra Leone. Elle explique qu’avec l’appui de la Grande-Bretagne, l’Aecf s’est doté d’un fonds de 310 (174,84 milliards Fcfa) pour aider les entreprises à innover et à créer de l’emploi. Affirmant de ce fait que lors de la récente visite de la Première ministre britannique, Theresa May, en Afrique, il a été question d’un nouveau partenariat avec les pays africains. Cette action de l’Aecf, selon elle, est à soutenir car elle permettra de générer de l’emploi pour les femmes. Qui sont sous représentées dans le domaine de l’agriculture.

La directrice financière de l’Aecf en Afrique, Julie Muyela, a soutenu : « notre objectif est de doubler notre impact (216 millions US). Mais, pour y arriver, nous allons accentuer les activités dans l’agroalimentaire et l’énergie renouvelable ». Pour elle, ce programme permettra aux femmes d’avoir accès aux instruments financiers dans le domaine de l’agriculture et de l’agrobusiness, des secteurs où des inégalités sont largement constatées. Donc l’accent dans l’agroalimentaire vise à réduire les inégalités et contribuer aux défis des Objectifs de développement durable (Odd).

La représentante du ministre de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, Dr Binaté Fofana Namizata, a développé la même idée en affirmant que le lancement du programme augure une nouvelle ère pour l’autonomisation des femmes voire du développement. Tout en souhaitant que les femmes entrepreneures soient organisées et formées pour bénéficier de cette opportunité qui pourra leur permettre de générer des revenus, créer de la richesse qui contribuera au développement économique. Dans la mesure où les effets des inégalités  dans le monde font perdre 95 milliards US/an en Afrique subsaharienne. « Je suis convaincue que d’ici 2063, on pourra atteindre un niveau de développement de qualité avec de telle initiative », a-t-elle espéré.

Selon M. Silué, représentant le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, la production vivrière en Côte d’Ivoire est passée de 12 millions de tonnes en 2012 à 17 millions de tonnes en 2017. Mais, le ministère, avec la deuxième génération du Programme national d’investissement agricole (Pnia 2) va booster la dynamique d’inclusion des femmes et des jeunes dans le domaine agricole. Et six (6) programmes destinés aux jeunes et aux femmes ont été identifiés dans ce cadre.

Kamagaté Issouf

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 677 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE