Connecte-toi avec nous

ACTUALITE NATIONALE

La bibliothèque d’Adjamé (Nangui Abrogoua) en dégradation, le cri de cœur de l’Association Des Livres pour Tous

Publié

on

À l’occasion des journées portes ouvertes organisées le 26 mai par l’Association Des Livres pour Tous – Côte d’Ivoire, au sein de sa première Bibliothèque sise à Adjamé, boulevard Nangui Abrogoua, sur l’immeuble abritant le Centre Social et Culturel Municipal d’Adjamé, plus d’un millier d’amoureux du livre ont pu se rendre compte de la dégradation avancée du bâtiment fermé depuis mars 2017 pour réhabilitation.

Ils ont pu constater les problèmes récurrents d’étanchéité, ayant causé la perte des livres et ordinateurs. Les eaux de pluie s’infiltrant dans les fissures du bâtiment, causant le manque d’électricité sont également un réel frein à la continuité des activités.

Face à cette situation, les parents et usagers ont lancé un SOS aux autorités de la commune d’Adjamé, aux partenaires et d’autres personnes de bonne volonté afin de venir en aide à l’Association Des Livres pour Tous -CI en réhabilitant la bibliothèque ou en trouvant un nouvel espace pour l’abriter, ce pour le bonheur de leurs enfants qui n’ont aucun autre espace pour lire et étudier, après l’école.

« Nous voudrons la réouverture de cette bibliothèque parce qu’elle a bien formé nos enfants. Son absence a provoqué une régression dans le rendement de nos enfants, précisément dans la langue française. Mes filles étaient plus concentrées dans leurs études grâce à l’encadrement dont elles bénéficiaient de l’équipe (bibliothécaire et animateur culturel) » a déclaré Madame Touré, mère de deux filles qui fréquentent la bibliothèque depuis 2012.

Selon Valérie Gobey, coordinatrice de la bibliothèque, la seule de la commune, « les réalités auxquelles nous sommes confrontés, nous empêchent de mener normalement nos activités », a-t-elle expliqué.

« Des travaux de réfection ont été effectués sous fonds propre de l’Association depuis presque 10 années dans la commune. . Mais depuis 2017, nous étions obligés de fermer la bibliothèque pour renouveler les salles, les meubles, le fonds documentaire, etc. Cette bibliothèque ne doit pas disparaître, car les enfants et les jeunes en ont besoin. », a-t-ell poursuivit.

Le but de cette rencontre était de présenter l’état défectueux des locaux aux parents et aux usagers tout en sollicitant leur soutien dans ce combat.

« Nous demandons une aide financière et matérielle à la Mairie d’Adjamé, aux partenaires, parents et amis de l’Association Des Livres Pour Tous-CI. Une pétition en cours a déjà été signée par plus de 1.000 personnes de la commune d’Adjamé pour appuyer cette campagne de réouverture de la bibliothèque » a informé Sonia Touré, la présidente de l’Association Des Livres pour Tous – CI.

Propos soutenus par Marguerite Abouet, fondatrice de l’Association Des Livres pour Tous qui a rappelé que le but de l’association est d’amener les enfants et les jeunes des quartiers populaires de la Côte d’Ivoire et ceux de l’Afrique de se familiariser aux livres dès le bas âge.

Rappelons que c’est dans la commune d’Adjamé qu’a été installée la première bibliothèque du district d’Abidjan le 28 octobre 2009. Aujourd’hui, c’est devenu un lieu incontournable pour les enfants de ce quartier et ceux environnants.

« Vu les multiples animations et activités développées par une équipe très dynamique et engagée pour aider, encadrer et donner le goût de la lecture aux enfants et aux jeunes, cet espace demeure pour les usagers et les parents le meilleur des endroits, facile d’accès pour les études et à moindre coût d’accès à l’information par le livre », a expliqué Valéry Aké, animateur et actuellement consultante pour les projets de théâtre et danse au sein de la bibliothèque.

L’Association Des Livres Pour Tous – Côte d’Ivoire née en 2009 est une représentation de l’Association Des Livres Pour Tous – France, créée en 2008 par Marguerite Abouet, auteure de la bande dessinée Aya de Yopougon.

Elle veut toujours créer d’autres bibliothèques en Côte d’Ivoire, considérant le besoin et les intérêts des enfants, des jeunes et des parents pour ce projet qui va commémorer 10 années d’existence en 2019..

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

SOURCE : Abidjan.net

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Bibliothèque numérique « Prenez les feuilles » : Le sésame pour réussir devoirs et examens en ligne !

Publié

on

Première plateforme en ligne de partage des connaissances et savoirs scolaires de Côte d’Ivoire, elle a été dévoilée le 19 octobre à Abidjan.

Avec « Prenez les feuilles » (www.prenezlesfeuilles.com), c’est un accès exponentiel  à la plus grande bibliothèque de sujets de devoirs, d’examens et leurs corrigés issus des meilleurs établissements de Côte d’Ivoire. Ladite bibliothèque a été officiellement lancée, le vendredi 19 octobre au Comptoir des artisans à Abidjan-Cocody.

Selon sa conceptrice, Mme Christelle Kouamé-Hien et son équipe de l’agence Merci, qui s’adressait à tout l’écosystème éducatif et numérique, dans un contexte socioéconomique marqué par une digitalisation croissantes des partages des connaissances et une quête de l’excellence, la plateforme ambitionne de « contribuer rehausser le taux de réussite scolaire en Côte d’Ivoire ». L’incidence recherchée, à l’en croire, étant de « mieux préparer les élèves à réussir les devoirs, examens et concours auxquels ils sont soumis dans leur cursus scolaire, inciter à une saine émulation à la progression scolaire dans toutes les matières et développer leur ouverture  d’esprit sur la vie active ».

Offrir via Internet, des devoirs et examens des établissements scolaires de référence, des corrections guidées des sujets traités et astuces de compréhension de certains sujets et thématiques enseignés avec des enseignants, pédagogues, psychologues dédiés, constituent la nomenclature des « Prenez les feuilles ». Qui, in fine, s’érige comme un sésame pour la réussite avec, à la clé, un suivi parental par alerte, une récompense périodique des élèves en progression et une lucarne d’échange sur la vie scolaire, active et les réalités professionnelles pour contribuer à de meilleures orientations. Le tout avec l’onction du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, la garantie de l’Artci et l’appui de partenaires divers de l’économie numérique, de la culture et du secteur éducation/formation.

Pour sa phase initiale, c’est le second cycle des établissements du secondaire général, technique et professionnel qui est concerné par la plateforme.

Une bibliothèque numérique (virtuelle ou en ligne ou électronique), pour piqûre de rappel, est une collection de documents (textes, images, sons) numériques (c’est-à-dire numérisés ou nés numériques) accessibles à distance (en particulier via Internet ou Intranet), proposant différentes modalités d’accès à l’information aux publics.

REMI COULIBALY

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Enseignement supérieur et recherche scientifique : Un hub Franco-Ivoirien voit le jour à L’INP-HB de Yamoussoukro

Publié

on

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly a assisté au lancement du Hub pour l’éducation, aux côtés du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de France, Jean-Yves Le Drian et Albert Mabri Toikeusse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Albert Mabri Toikeuse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a officiellement lancé le 18 octobre, en présence du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, le Hub régional franco-ivoirien de l’éducation, à l’amphithéâtre Barry Battesti de l’Inp-Hb de Yamoussoukro.

Comme l’a expliqué Jean-Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères de France, ce projet de Hub pour l’éducation vise à développer à l’Inp-Hb de Yamoussoukro, une offre de formation ivoirienne d’excellence, en mettant à disposition l’expertise française au sein des établissements de formation et d’enseignement supérieur. Mieux, ces nouvelles formations bénéficient de labels de qualité reconnus au plan international. Toutefois, il a tenu à préciser qu’il ne s’agit pas de manoeuvre visant à fermer la porte des universités et grandes écoles françaises aux Ivoiriens et aux Africains, mais de leur offrir sur place, l’opportunité de faire des études à égale qualité, avec une double diplomation. Avec des échanges d’étudiants et d’enseignants.

Au total, ce sont 56 formations conjointes franco-ivoiriennes qui existent déjà en Côte d’Ivoire qui vont être réunies au sein du Hub. Aussi Jean-Yves Le Drian promet que très rapidement, ces formations vont être portées à 100 au sein de l’Inp-Hb.

Il a en outre révélé que ce projet est né d’une conviction partagée entre les Présidents Macron et Ouattara. « L’Afrique doit développer une offre éducative à la mesure de l’ambition et de l’énergie de sa jeunesse », a-t-il souligné avant d’ajouter que l’objectif premier de ce projet, c’est de renforcer l’employabilité des jeunes diplômés ivoiriens, voire africains qui viendront s’inscrire à l’Inp-Hb de Yamoussoukro.

Après avoir salué l’excellence des relations entre la Côte d’Ivoire et la France, Albert Mabri Toikeuse a énuméré les importants investissements faits par le Président Alassane Ouattara et le gouvernement dont l’éducation/formation constitue une grande priorité, avec 25% du budget alloué au secteur sur la période 2015-2017, soit 3805,4 milliards de Fcfa.

A ses hôtes, il a en outre souligné que pour relever le défi de la massification des effectifs, une politique de décentralisation des universités est en cours, avec un accent sur les filières scientifiques et techniques et une priorité accordée aux jeunes filles. Albert Mabri Toikeuse a profité de l’occasion pour dire la gratitude du gouvernement ivoirien à la France qui accompagne le secteur éducation/formation à travers le C2d. « Chers étudiants, vous pouvez désormais, grâce à la création du Hub franco-ivoirien pour l’éducation, vous former en Côte d’Ivoire et obtenir des diplômes français en Côte d’Ivoire sans avoir systématiquement besoin de vous déplacer », a-t-il expliqué aux étudiants.

Il convient de noter que plusieurs conventions de partenariats ont été signées entre l’Inp-Hb, l’Ensea et des écoles françaises.

N’DRI CELESTIN

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Examens scolaires/session 2019 : Le DECO annonce l’ouverture des inscriptions du 15 octobre au 14 décembre 2018

Publié

on

« les prétendants à la candidature libre en situation de handicap doivent, en outre, impérativement se faire enregistrer dans les structures spécialisées ».

Examens scolaires/session 2019 : Le DECO annonce l’ouverture des inscriptions du 15 octobre au 14 décembre 2018

Dans un communiqué dont Fratmat.info a reçu copie, la direction des examens et concours (Deco) a annoncé dans un communiqué en date du 15 octobre 2018 l’ouverture des inscriptions des examens scolaires de la session 2019.

« La direction des examens et concours (Deco) du ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle informe les élèves en classe d’examen (Cm2, 3ème, Terminale), les prétendants à la candidature libre aux examens du CEPE, du BEPC et du Baccalauréat, les parents d’élèves, les Chefs d’établissements et toute la communauté éducative que les inscriptions aux examens scolaires de la session 2019 sont ouverte du lundi 15 octobre au vendredi 14 décembre 2018, délai de rigueur », indiqué le communiqué de la directrice des examens et concours, Mme Dosso Nimaga Mariam.

Egalement, cette note précise que « les prétendants à la candidature libre doivent se préinscrire directement sur le site de la DECO : www.men-deco.org puis déposer dépose leurs dossiers physiques dans les directions régionales ou départementales de l’éducation nationale pour validation. »

Par ailleurs, « les prétendants à la candidature libre en situation de handicap doivent, en outre, impérativement se faire enregistrer dans les structures spécialisées ».

Il s’agit de l’Institut national ivoirien pour la promotion des aveugles (Inipa) pour les non-voyants et mal-voyants et de l’Ecole ivoirienne des sourds (Ecis) pour les sourds et malentendants.

Salif D. CHEICKNA

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 673 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE