Connecte-toi avec nous

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

INTERVIEW « Le modèle de l’ERC nous permettrait de faire un bond en avant »

Publié

on

Ce modèle « nous permettrait de faire un bond en avant », explique-t-elle dans une interview à AEF, le 11 décembre 2017, à l’issue une d’un séminaire en marge du One Planet Summit, à Paris. La ministre signale ainsi que le Cames (Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur), qui regroupe 19 pays, a déjà identifié 12 programmes thématiques de recherche, et plaide pour que ces programmes « bénéficient d’un soutien financier ». Les participants au séminaire signent par ailleurs une déclaration visant à renforcer la recherche et l’innovation pour mobiliser les financements en faveur du climat et du développement.

AEF : Qu’attendez-vous de la création d’un Conseil africain de la recherche ?

Ramata Ly-Bakayoko : Nos États sont engagés au niveau de la recherche. Nos universités aussi, qui font des efforts pour trouver des fonds de recherche et compléter les budgets de l’État. Pour que nos recherches aient un réel impact sur la société, il est important que le financement soit mieux ciblé vers les problématiques d’environnement, de changement climatique, de sécurité alimentaire, de ressources en eau. Nous sommes déjà organisés au sein du Cames (Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur), fort de 19 pays et de plusieurs universités. Nous avons dans ce cadre 12 programmes thématiques de recherche sur l’agriculture, la santé, les technologies, le changement climatique. Il est important que ces programmes bénéficient d’un soutien financier pour répondre aux attentes. C’est la raison pour laquelle nous pensons que le modèle de l’ERC nous permettrait de faire un bond en avant.

AEF : Sur quel plan ?

Ramata Ly-Bakayoko : Il s’agit de privilégier l’excellence scientifique et l’innovation. Les pairs vont évaluer les programmes de recherche et donner les financements pour permettre aux équipes de recherche de mener leurs travaux. De la même manière que l’Union européenne, nous pensons que l’Union africaine, qui a déjà des programmes, pourrait rassembler ceux-ci de façon cohérente au sein d’un Conseil africain de recherche.

AEF : Avez-vous déjà des partenaires ?

Ramata Ly-Bakayoko : Ce séminaire de haut niveau m’a permis de prendre des contacts. Mais nous avons déjà l’appui de la Cedeao (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest), dont la division de la recherche et de l’enseignement nous a envoyé un message pour nous signifier son intérêt.

La déclaration du 11 décembre 2017
« Climat et développement : pour mobiliser les financements, renforçons la recherche et l’innovation ! » Tel est le sens de la déclaration signée par les participants au séminaire de haut niveau organisé le 11 décembre 2017 en marge du One Planet Summit, à Paris (1).

Le texte appelle à « investir dans une nouvelle forme de prospérité, à la fois résiliente et décarbonée, et plus juste, [ce qui] nécessite d’investir dans la connaissance, pour mieux comprendre quels sont les facteurs à modifier par rapport aux modèles de développement actuels, au Nord comme au Sud, et ainsi savoir vers quoi diriger les financements de manière efficace et pertinente ».

AEF : De quels financements disposez-vous ?

Ramata Ly-Bakayoko : Nous n’avons pas de financements pour le moment mais nous pensons que nous allons en obtenir. Si nous sommes organisés, si nous avons une visibilité, avec des programmes de recherche et des indicateurs bien précis à atteindre, cela va intéresser l’aide au développement, le secteur privé.

Je vais donner un exemple : à l’université Houphouët-Boigny, nous avons mis en place depuis quatre ans un projet scientifique et d’innovation qui abrite des unités de recherche en biopesticides et en phytomédicaments, ainsi qu’un centre d’excellence sur le changement climatique et l’agriculture durable de la Banque mondiale, un centre d’incubation pour accompagner les projets en innovation des étudiants et des innovateurs qui veulent monter des start-up. Ce pôle a été monté par la volonté de la présidence de l’université – j’en étais présidente à l’époque.

Après avoir ainsi démontré notre capacité à faire une unité de production de phytomédicaments et une unité de biopesticides, nous avons gagné l’appui de la Banque mondiale, du Cirad et de l’IRD. Si nous demandons que ce Conseil africain de la recherche prenne en compte les thématiques de recherche du Cames, déjà très avancées, cela permettra de capter des financements.

AEF : La ministre française de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal, a déclaré être prête à s’associer à la réflexion sur le Conseil. Qu’attendez-vous d’elle ?

Ramata Ly-Bakayoko : Nous attendons d’être mis en connexion, en rapport avec l’ERC pour nous accompagner dans la mise en œuvre. Bien sûr, nous avons notre environnement et nos spécificités mais nous ne réinventons pas la roue. Ils ont déjà beaucoup d’années d’expérience. Cela nous permettrait d’éviter leurs erreurs et d’aller plus vite.

(1) Cette déclaration est le résultat des travaux d’un séminaire de haut niveau organisé par l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales), sous les auspices du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, en partenariat avec le Cirad, l’IRD et la Fondation pour les études et recherches sur le développement international dans le cadre de l’Initiative pour le développement et la gouvernance mondiale.

MESRSCI

Facebook / Laisser un commentaire

ACTUALITE NATIONALE

Début des compositions aux concours de la Fonction publique: 82657 candidats pour 9644 postes budgétaires

Publié

on

Le Directeur de Cabinet du Ministre de la Fonction publique, Oka Séraphin a procédé ce samedi 8 septembre 2018, à Abidjan, au lancement officiel de la phase des compositions aux concours de la Fonction publique 2018.

Ce sont pour cette année, 82657 candidats inscrits pour 9644 postes budgétaires, a fait savoir Séraphin Oka. Les concours sont prévus se dérouler sur une période de deux mois dans 42 centres répartis 11 villes de la Côte d’Ivoire. Il a en outre indiqué que le concours est placé sous le signe ’’du mérite, du travail et de l’excellence’’.

Séraphin Oka a également relevé qu’à l’instar des années précédentes, l’organisation du concours enregistre des innovations notamment au niveau des moyens humains et informatiques mis en place pour garantir la crédibilité du concours. A cet effet il a lancé un appel à la responsabilité des différents candidats et encouragé toute personne ayant connaissance de cas de fraudes de bien vouloir le dénoncer auprès des services du Ministère.

Pour l’édition 2019, le ministère de la Fonction publique annonce le lancement de la phase des compositions dans une ville de l’intérieur du pays, en lieu et place d’Abidjan.

Elisée B.

Source: Abidjan.net

 

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Université internationale de Grand-Bassam (UIGB) / Plus de 40 étudiants reçoivent leurs diplômes de fin de formation

Publié

on

L’Université internationale de Grand-Bassam (UIGB) a officiellement remis, samedi, au Palais de la Culture de Treichville, des diplômes de Bachelor à 48 étudiants de diverses nationalités en fin de formation, en présence des autorités universitaires, des membres du gouvernement et des acteurs du monde du travail.

Cette cérémonie de remise de diplôme, la 4ème du genre, a exposé le président de l’UIGB, Pr Saliou Touré, met à l’honneur « 48 jeunes étudiants, 22 garçons et 26 filles ». Ils se voient ainsi décernés le diplôme de « Bachelor, après quatre ans de formation diversifiée basée sur le modèle académique américain », a clarifié M. Touré.

Saliou Touré a laissé entendre que ces étudiants ont été formés principalement dans les domaines de l’administration des affaires, des sciences politiques, des mathématiques, de l’ingénierie des sciences mécaniques et technologiques. Ils sont issus notamment de la Côte d’Ivoire, du Liban, du Ghana, du Nigeria, du Bénin, a-t-il renchéri face aux présidents d’universités.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Dr Albert Mabri Toikeusse, au nom du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, a demandé aux futurs cadres d’aider à relever les défis de l’émergence de leurs pays respectifs, voire de l’Afrique, vu la qualité des formations conformes aux exigences du monde du travail.

La porte-parole des récipiendaires, Nancy Ekra, a dit qu’ils sont « prêts à assumer toutes sortes de responsabilités », permettant au continent de tirer meilleur profit de ses énormes potentialités. Elle s’exprimait en présence entre autres du représentant du Patronat ivoirien, Théodore Hoegah, des parents, des représentants des institutions diplomatiques.

Institué en 2014 dans le but de permettre aux étudiants de poursuivre leurs études à l’UIGB, le diplôme de Bachelor a été décerné à quatre étudiants en 2015, six en 2016 et 36 en 2017.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Découpage Scolaire 2018-2019 / L’année scolaire prend fin le 31 juillet (l’intégralité en vidéo)

Publié

on

L’année scolaire 2018-2019 est ouverte ce jeudi 6 septembre, par la ministre Kandia Camara. Les cours débutent le lundi 10 septembre.

A l’occasion de la réunion de rentrée tenue au lycée sainte Marie de Cocody, la directrice des lycées et collèges, Mme Beugré Djoman, a donné le découpage de cette année scolaire qui prend fin le 31 juillet 2018.

Dans son intervention, elle a donné les dates des congés, grandes vacances, heures de cours, etc.

Jean Bavane Kouika

Vidéo – Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 676 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE