Connecte-toi avec nous

Faits insolites

Hôpital mère-enfant de Bingerville: 3 ministres au chevet de l’écolière de 8 ans violée à Duékoué lundi, 10 septembre 2018 19:09

Publié

on

Pr Ramata Ly-Bakayoko a, toutefois, salué l’implication personnelle de la Première dame qui a permis le transfert rapide de la petite fille.

Hôpital mère-enfant de Bingerville: 3 ministres au chevet de l’écolière de 8 ans violée à Duékoué

Les ministres Ramata Ly-Bakayoko de la Femme, de la Famille et de l’Enfant ; Eugène Aka Aouélé de la Santé et de l’Hygiène publique et Mariatou Koné de la Solidarité, de la Cohésion sociale et de la Lutte contre la pauvreté étaient ce lundi 10 septembre 2018, à l’Hôpital mère-enfant de Bingerville pour apporter la compassion et le soutien du gouvernement à la fillette B.C.J. victime d’abus sexuel et à ses parents.

«Nous sommes venus, sur instruction du Premier ministre, apporter la compassion et le soutien du gouvernement aux parents et à la fillette», a indiqué la ministre Ramata Ly-Bakayoko avant de se prononcer sur l’état de santé de celle-ci. «Depuis son arrivée à 4 heures du matin ce lundi 10 septembre, elle est bien suivie par des experts et il y a une nette amélioration», a-t-elle expliqué.

«Viol ou pas, comme le ministre de la Santé l’a dit, pour le moment, se sont des investigations. Nous attendons les résultats des médecins parce que c’est en fonction de leur rapport que la justice va se prononcer. Si le cas de viol est confirmé, nous n’allons pas tolérer. Ce sera la tolérance zéro parce qu’on ne peut compromettre l’avenir de nos enfants. Et si les faits sont avérés, justice sera rendue», a martelé la ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant.

Pr Ramata Ly-Bakayoko a, toutefois, salué l’implication personnelle de la Première dame qui a permis le transfert rapide de la petite fille. Elle lui a également dit sa gratitude pour avoir pensé et réalisé l’Hôpital mère-enfant qui, aujourd’hui, rend d’énormes services à la nation à travers la prise en charge des enfants.

Le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Eugène Aka Aouélé, qui s’est voulu rassurant sur la prise en charge totale de la fillette, a une fois encore réitéré le soutien du gouvernement avant d’indiquer que B.C.J. est traitée par des spécialistes en la matière. «Nous sommes venus, nous l’avons vue. Elle est dans un état de conscience et sa santé évolue de façon favorable. Nous nous en réjouissons», a rassuré le ministre Aka Aouélé.

Il a indiqué attendre le rapport des médecins pour savoir s’il y a eu viol avant de se prononcer sur le reste de la procédure. Il a cependant indiqué que le mis en cause est aux arrêts. Dr Aka Aouélé a, au nom du gouvernement, remercié la Première dame pour la prise en charge totale de la fillette.

A en croire un parent interrogé, les faits se sont déroulés le samedi 1er septembre 2018, au quartier Kokoman à Duékoué. La fillette de 8 ans qui passe en classe de Cm1 cette année scolaire 2018-2019, a été abusée sexuellement par Yao Fulgence Boukan, le directeur de l’Epp Guitozon1 de Duékoué, est aux arrêts depuis le 6 septembre.

Jean Bavane Kouika

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ECHO ÉCOLES – LYCÉES ...

Côte d’Ivoire / Les 11 IEP de Yopougon sont concernées par la démolition des magasins aux alentours des écoles (DREN)

Publié

on

Onze Inspections de l’enseignement primaire (IEP) sur 14 que compte la Direction régionale de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (Drenetfp) d’Abidjan 3, sont concernées par l’opération de démolition des magasins aux alentours des écoles, a relevé son directeur Félix Sandé Diomandé.

Lors d’entretien avec l’AIP, vendredi, le Dren a souligné que sa région est composée de 11 Inspections installées dans la commune de Yopougon, une IEP à Songon et deux autres à Attécoubé. “Au regard de notre découpage, ce sont tous les magasins et commerces installés à l’intérieur et aux alentours des écoles à savoir lycées et collèges, établissements primaires et maternelles publiques de la commune de Yopougon qui seront démolis”, a-t-il déclaré.

Selon lui, cette initiative de la mairie de Yopougon, en collaboration avec les ministères de l’éducation nationale et le ministère de la Salubrité et de l’Assainissement, est à saluer parce qu’elle va permettre d’assainir les alentours des lieux de formation de nos enfants

Démarrée depuis le 1er avril, l’opération de démolition des magasins et étales installés sur le domaine public encerclant les établissements scolaires primaires et secondaires de Yopougon se poursuit.

SOURCE: (education.gouv.ci)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Des femmes chercheures sensibilisent sur les grossesses précoces à l’université de Korhogo

Publié

on

Une campagne de sensibilisation sur les infections sexuellement transmissibles (IST) et les grossesses précoces a démarré, lundi, à l’Université Péléforo Gon Coulibaly (UPGC) de Korhogo, à l’initiative de la section de l’Association des femmes chercheures de Côte d’Ivoire (Afemci). Cette campagne cible particulièrement les étudiantes. Elle vise à « leur donner les arguments pour dire non quand il le faut » et seulement oui lorsqu’elles seront prêtes à enfanter, a indiqué la présidente locale de l’Afemci, Dr Tapé Sophie Pulchérie. Attendre le bon moment évite aux étudiantes de trimbaler des grossesses sur le campus ou de devoir porter des bébés sur les bras dans les amphithéâtres et salles de TD, a renchérie une autre chercheure. Les…

SOURCE: (aip.ci)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Côte d’Ivoire / Grossesses en milieu scolaire : Radioscopie d’un fléau particulièrement accentué dans la région du Bounkani (Feature)

Publié

on

Depuis plus d’une décennie l’école ivoirienne enregistre de nombreuses grossesses d’adolescentes. Les taux les plus élévés sont signalés dans le Nord-Est du pays en l’occurrence dans la région du Gontougo et dans celle du Bounkani où la recrudescence de ce phénomène  ne cesse d’inquiéter autorités et membres de la communauté éducative. De nombreuses causes liées à des réalités de la région expliquent ce mal profond qui gangrène  l’école en troublant et décimant le cursus scolaire de la jeune fille. Quelques statistiques de la région du Bounkani De 2009 à février 2019, le phénomène des grossesses en milieu scolaire a touché 685 filles issues de tous les cycles ( primaire comme secondaire) de la région, selon…

SOURCE: (aip.ci)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 7 810 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS ET VUS DU MOIS