Connecte-toi avec nous

ACTUALITE NATIONALE

Fraude sur la nationalité ivoirienne : Un très puissant réseau d’étudiants faussaires démantelé

Publié

on

La lutte acharnée que mène le commissaire divisionnaire Bakayoko Soualiho, patron du Service des investigations et du contentieux (Sic) de l’Office national d’identification (Oni), contre les faussaires sur la Carte nationale d’identité (Cni) et autres documents administratifs vient, une fois de plus, d’être couronnée par le démantèlement d’un puissant gang qui a des ramifications dans le milieu estudiantin de Côte d’Ivoire.

Ce gang s’est donné des moyens industriels pour produire, à grande échelle, tous les documents administratifs ivoiriens. Sey Bi Séhi Martin, 31 ans, étudiant en mines et géologie, Gaure Luc Florentin Patrice, 40 ans, étudiant en géographie, Yao Kouamé Lazare, étudiant en géographie et Téhé Arsène, 29 ans, étudiant en droit, sont les principaux « maillons humains » du système. A ce quatuor d’étudiants, s’ajoute Tioman Eba Jean-Louis, agent commercial dans une entreprise de la place. Collaborateur bénévole du service d’enrôlement, il forme, avec ces étudiants, cette bande infernale qui établit, sur la base de faux documents administratifs, de vraies fausses attestations d’identité, des Cni, des casiers judiciaires et autres.

Ainsi Gaure Luc Florentin Patrice, présenté comme le cerveau de la bande, Sey Bi Sehi Martin, Tioman Eba Jean-Louis, Tehé Arsène et Yao Kouamé Lazare ont-ils été arrêtés et déférés, le 5 mai 2018, pour « faux en documents administratifs, faux et usage de faux ». Ces 5 faussaires sont d’un genre particulier. Ils parviennent à faire établir, pour les besoins de leurs clients, tous documents administratifs établis en Côte d’Ivoire par les administrations publiques. Installés à Yopougon, dans leur Qg du quartier Koweit, ils fabriquent et délivrent « des actes de naissance, des actes de décès, des actes de mariage, des attestations d’identité, des certificats de genre de mort, des certificats de non-contagion, des procurations spéciales, des Procès-verbaux de constatation de décès ». Ils fabriquent et délivrent aussi des actes établis par la justice. Il s’agit notamment des certificats de nationalité, des casiers judiciaires, des actes de notoriété, des certificats de non-appel ou de non-opposition, des décisions de rectification administrative d’une erreur matérielle. C’est cette puissante bande, qui opère depuis plusieurs années, que les hommes du commissaire Bakayoko Souhalio viennent de mettre hors d’état de nuire.

La « tour de contrôle» de toutes ces opérations est installée dans un salon de coiffure situé dans un marché au quartier Koweit, un gigantesque bidonville de la commune de Yopougon. Ce salon de coiffure, tenu par Sey Bi Sehi Martin, « est le lieu de collecte et de transit des demandes », selon un enquêteur. Lorsque Sey Bi Séhi Martin mord à l’appât des limiers de l’Oni, il n’hésite pas à dénoncer ses complices. Les coûts des pièces varient en fonction de l’importance des dossiers. Une attestation d’identité coûte 5 000 F Cfa.

Un « arsenal » découvert. Une perquisition au domicile Sey Bi Séhi Martin et Gaure Luc Florentin Patrice, le présumé cerveau, aux Toits rouges à Yopougon, a permis à la police de mettre la main sur l’«arsenal» de fabrication de faux documents administratifs. Un ordinateur complet avec deux imprimantes Hp dont l’un au laser, de nombreux faux documents administratifs, des attestations d’identité ivoiriennes portant des signatures imitées des autorités policières de l’Oni, des Cni falsifiées, des cachets à ressort portant les initiales de la Direction des affaires civiles et pénales (Dacp).

Au domicile de l’étudiant faussaire Téhé Arsène, la police a mis la main sur une mine de pièces à conviction, quant à l’implication de celui-ci dans la falsification des pièces administratives.

… suite de l’article sur LInfodrome

SOURCE : Abidjan.net

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

RESULTATS AFFECTATIONS EN SIXIEME 2018

Publié

on

RESULTATS CNO 2018 AFFECTATIONS EN 6ème. Veuillez renseigner les informations ci-dessous du candidat pour consulter les résultats d’affectation.

 

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

La 5ème édition du Forum AfricTalents prévue fin septembre 2018 à Abidjan

Publié

on

La 5ème édition du Forum AfricTalents organisée par Le cabinet AFRICSEARCH Côte d’Ivoire aura lieu les 28 et 29 septembre

2018 au Sofitel Abidjan Hotel Ivoire.

L’édition 2018 enregistrera la participation de grands groupes tels que ATTIJARIWAFA BANK, SOCIETE GENERALE, BRITISH AMERICAN TOBACCO, BOLLORE AFRICA LOGISTICS, SIFCA, etc. AfricTalents se veut une plateforme de rencontre entre jeunes diplômés ou cadres expérimentés, désireux de donner un nouvel élan à leur carrière et recruteurs en quête de ressources humaines de qualités en Côte d’Ivoire, en Afrique ou venant d’ailleurs, et aussi de mettre en avant leur marque employeur et communiquer sur leurs activités en Afrique et au-delà.

AfricTalent, c’est également des interventions de dirigeants et de DRH, des conférences d’experts portant sur des thèmes d’actualités en Afrique ou encore des ateliers animés par des coaches expérimentés. AfricSearch est le 1er cabinet de recrutement et de conseil en ressources humaines pour l’AFRIQUE. Il a été fondé en 1996 par Didier Acouetey.

Elisée B.

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Busisness plan competition : La CGECI met l’accent sur le genre pour l’édition 2018

Publié

on

Le directeur exécutif de la Cgeci Méité Vaflahi a souhaité faire de cette compétition 2018 soit un  évènement qui compte en Côte d’Ivoire.

Busisness plan competition : La CGECI met l’accent sur le genre pour l’édition 2018

Le directeur exécutif de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci), Méité Vaflahi a déclaré ouvert, le vendredi 3 août, l’édition 2018 de la « Business plan competition ». Un autre concours visant à permettre aux jeunes ayant un projet d’éclore et de devenir des champions de demain.

Pour cette année, la Cgeci met l’accent sur le genre, a précisé Méité Vaflahi. Il a toutefois invité les jeunes détenteurs de projets à ne pas hésiter à s’inscrire à cette compétition pour développer leur idée.

La Business plan competition comporte quatre volets. Le capital intelligent (Apprendre aux lauréats comment gérer leurs entreprises),  les speakers séries (Des entrepreneurs confirmés qui parlent de leur parcours et des embûches) , les masters class ( sélectionner des experts pour  expliquer aux jeunes entrepreneurs les rouages ou les spécificités d’une fonction donnée) et enfin le suivi des lauréats par les mentors. Ainsi, pour participer il faut d’abord être un entrepreneur de qualité, pas forcement un professionnel. Répondre aux critères d’éligibilité, avoir un business déjà en opération, avoir une cohérence de l’idée par rapport au marché. Il est aussi prévu un entretien téléphonique puis une visite du site de l’entrepreneur. Il faut ajouter à cette série de critère un formulaire de 24 questions à remplir.

Le directeur exécutif de la Cgeci a souhaité faire de cette compétition  un  évènement qui compte en Côte d’Ivoire. Pour réussir ce pari il entend donner tout l’accompagnement moral. Un peu dans la même idée, la patrone de Capital Connect, Nadine Bla s’est engagée  à soutenir la Bpc à hauteur de 5 millions Fcfa.

Kamagaté Issouf

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 658 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

ACTUALITE EDUCATIVE