Connecte-toi avec nous

Non classé

Enseignement supérieur / Deux avant-projets de loi en cours de validation

Publié

on

Deux avant-projets de loi relatifs à l’enseignement supérieur et à l’orientation de la recherche et de l’innovation technologique sont en cours de validation dans le cadre d’un séminaire ouvert lundi à Yamoussoukro en présence du ministre de l’Enseignement et de la Recherche scientifique, le Pr Bakayoko Ly-Ramata.

L’objectif de cette rencontre est de rendre performant le système national de recherche et d’innovation, et d’apporter des réponses appropriées et durables aux problèmes de l’enseignement supérieur pour lui permettre de jouer son rôle de pilier dans la production de connaissances, de compétences et d’innovation au profit des besoins socioéconomiques du pays, explique-t-on.

Selon le Dur Nevry Roger, directeur de la Réglementation, de la Coopération et des Relations extérieures, par ailleurs président du comité d’organisation du séminaire, le texte de loi de 1995 prenant en compte l’enseignement primaire, secondaire et supérieur ne correspond plus aux réalités actuelles du système de l’enseignement supérieur, avec les mutations profondes au niveau de la gouvernance des universités.

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a indiqué, pour sa part, que la loi sur l’enseignement supérieur doit être en cohérence avec les exigences du nouveau contexte en vigueur dans le sous-secteur éducation, c’est-à-dire en phase avec l’environnement tant politique, institutionnel, qu’académique pour relever les nouveaux défis avec des enjeux qui dépassent « largement » le contexte national.

« Nos universités doivent aller vers les universités entrepreneuriales, doivent produire de la connaissance pour répondre au besoin de la population, elles doivent former un capital humain de qualité », a précisé le Pr Bakayoko Ly-Ramata.

Ce séminaire de validation des avant-projets de loi relatifs à l’enseignement supérieur et à l’orientation de la recherche et de l’innovation technologique , d’une durée de quatre jours, réunit tous les acteurs du système de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, les organisations sous-régionales et patronales ainsi que les collectivités territoriales.

SOURCE : AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Non classé

Togo / UK : Quand les autorités universitaires roulent les étudiants dans la farine

Publié

on

La semaine dernière a été mouvementée à l’Université de Kara. Pour cause, des étudiants de Lettres Modernes réclamant leurs allocations. Comme à leur habitude, les autorités universitaires ont répondu par la force.

Ainsi, des étudiants ont été bastonnés et 4 autres arrêtés. Afin de réclamer la libération de leurs camarades, les étudiants ont décidé de lancer un campus Mort vendredi. Campus Mort avorté avec la promesse des autorités de libérer les étudiants à condition que les cours reprennent cette semaine. Le procès des quatre étudiants prévu mardi dernier a été reporté sans aucune raison. 

Ainsi décision est prise par les étudiants de relancer un nouveau mot d’ordre de Campus Mort ce mercredi. Selon l’un des délégués de l’Université de Kara, « après avoir fait les cours lundi et mardi, on a constaté que l’administration ne tenait plus à ses promesses». 

Et de poursuivre au micro de Victoire Fm: «Les étudiants et les délégués d’amphi se sont réunis pour décréter un campus mort jusqu’à nouvel ordre. On n’a pas de source fiable. Tantôt on nous dit que ces sont les autorités universitaires, tantôt c’est le procureur». 

Encore une violation des droits de l’homme. Selon le délégué, «ceux qui étaient arrêtés n’étaient même pas parmi les manifestants, ils ont été ciblés puisqu’on les a poursuivi jusqu’à leur demeure pour les arrêter». 

Les étudiants, pour éviter les arrestations et les bastonnades des corps habillés qui ont envahi l’université, ont préféré leur abandonner le temple du savoir et rester chez eux. Le campus mort se poursuivra jusqu’à la libération des étudiants.

SOURCE : LomeCrhono

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

Non classé

Activités iepp bouafle sud

Publié

on

Activités sportives

Les joueuses de l’iepp bouafle sud avant le match

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

Non classé

Sécurisation des abords des écoles : Le Rotary club Abidjan Cocody apporte son appui.

Publié

on

C’est à travers ces actions que le Rotary Club Abidjan Cocody entend permettre aux enfants de mieux se prendre en charge sur la voie publique et contribuer ainsi à réduire le nombre d’accidents graves en impliquant les enfants.

« Le combat pour la sécurité routière en milieu scolaire est en vérité un combat pour la vie », a indiqué le 24 avril 2018, Naminsita Bakayoko, présidente du Rotary club Abidjan Cocody. C’était à l’occasion de la cérémonie de sensibilisation pour l’éducation à la sécurité routière tenue au groupe scolaire public Riviera-Golf.

Pour attirer l’attention sur l’importance de l’éducation routière en milieu scolaire, Mme Naminsita Bakayoko a dressé un tableau peu reluisant de la situation en Côte d’Ivoire.  « Au cours des dix dernières années, la Côte d’Ivoire a enregistré des milliers d’accidents de la circulation avec plusieurs tués et des milliers de blessés », a-t-elle fait savoir. Avant de préciser que 40% des tués sont des piétons dont la moitié est constituée d’enfants.

Selon la présidente du Rotary Club Abidjan Cocody, ces accidents surviennent très souvent sur le trajet domicile-école-domicile, et surtout aux abords des écoles. C’est ce constat, à l’en croire, qui explique l’engagement de son Club à soutenir  l’action de l’Office de sécurité routière (Oser) et la société Bapka dans la lutte contre les risques routiers aux abords des écoles. « 100 écoles seront visées par ce projet qui va se dérouler en quatre phases », a-t-elle précisé.

Au groupe scolaire public Riviera-Golf, ce sont une dizaine de panneaux qui ont été installés aux abords de cet établissement en plus des tracés des bandes blanches. A propos des différentes phases  de ce projet, Mme Naminsita Bakayoko a indiqué que  la première  consistera à la création, l’équipement et l’animation des clubs de sécurité dans des écoles. Après quoi suivront la formation et la mise à disposition des agents régulateurs de la circulation  pour l’encadrement des écoliers.

Quant à la 3ème phase, dira la présidente Bakayoko, elle portera sur l’implantation  d’infrastructures  routières (panneaux attention aux enfants, limitation de vitesse, annonce de passe piéton, marquage au sol pour passage piéton, zone d’interdiction de stationner, dos d’âne…). Enfin, la dernière étape, a-t-elle souligné,  sera consacrée à l’initiation d’un jeu concours  interclasses de sécurité sociale.

C’est à travers ces actions que le Rotary Club Abidjan entend permettre aux enfants de mieux se prendre en charge sur la voie publique et contribuer ainsi à réduire le nombre d’accidents graves en impliquant les enfants.

SOURCE : Fratmat.info

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 532 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

ACTUALITÉ EDUCATIVE EN CONTINU