Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Des bourses d’études de doctorat pour 23 étudiants ivoiriens dans le cadre du projet AMURGE

Publié

on

Vingt-trois attestations de bourses de doctorat ont été remises, jeudi, à 23 étudiants ivoiriens, dans le cadre de la mise en œuvre du projet  d’Appui à la modernisation et à la réforme des universités et grandes écoles de Côte d’Ivoire (AMURGE-CI) destiné à un appui au renforcement des capacités des ressources humaines, au cours d’une cérémonie, à la résidence de l’Ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, à Cocody.

Le choix des récipiendaires s’est opéré par un jury mixte franco-ivoirien, à l’issue de l’appel à candidatures lancé du 4 décembre 2017 au 05 février 2018. Il s’inscrit dans la mise en œuvre du deuxième contrat de désendettement et de développement (C2D) relatif à l’éducation et à la formation, comprenant quatre volets et dont l’appui financier est évalué 42,7 milliards de francs CFA.

Ces bourses de doctorat sont des thèses par alternance sur trois années dans les laboratoires ivoiriens, bénéficiaires du deuxième projet Partenariat rénové pour la recherche au service du développement en Côte d’Ivoire (PRESED-CI 2) et dans les établissements d’accueil en France ou dans la région de l’espace du conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (CAMES).

Cette session d’attribution concerne six pôles de compétences à savoir les substances naturelles, l’agriculture, les mines et l’énergie, la civilisation, l’environnement et la gouvernance.

Le porte-parole des récipiendaires, Thomas Digbeu, a indiqué que le projet AMURGE traduit l’excellence des relations  de coopération entre la France et la Côte d’Ivoire et a pris l’engagement de « donner le meilleur d’eux-mêmes tout au long de la formation » afin de mériter la confiance placée en eux par les parties prenantes au projet.

Pour l’Ambassadeur de France, Gilles Huberson, l’appui déjà apporté à 79 étudiants depuis la mise en œuvre de ce projet symbolise ce que son pays et la Côte d’Ivoire ont de commun dans le développement de la recherche scientifique et qu’un grand nombre d’actions, « au spectre très large » seront envisagées pour traduire, dans les faits, le hub franco-ivoirien pour l’éducation dans l’enseignement supérieur et la recherche scientifique.

Au nom de l’Etat ivoirien, l’ex-ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Ly-Ramata Bakayoko, a remercié la France pour «  la précieuse » contribution qu’elle apporte au développement de son système de l’enseignement supérieur, a félicité les étudiants bénéficiaires de la bourse en leur rappelant que leur choix est « un engagement pris vis-à-vis d’eux-mêmes », mais également du pays.

Le financement total mobilisé pour le renforcement des ressources humaines se chiffre à 1,728 milliard de francs CFA pour la première phase du projet AMURGE du C2D et à 1,583 milliard de francs CFA, dans le cadre du deuxième C2D, portant le montant total mobilisé à 3,310 milliards de francs CFA depuis 2012, a-t-on appris.

Source: (AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Bourses d’études « Chevening Scholarships » / 1500 Bourses d’études pour l’année académique 2018_2019

Publié

on

Bourse d’etude Chevening Scholarships / 1500 Bourses d’études pour l’année académique 2018_2019

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Coopération universitaire: Le Cerap établit un pont entre étudiants ivoiriens et japonais

Publié

on

Partage d’expériences; visites d’entreprises et de sites touristiques ivoiriens ; rencontres avec le personnel de l’ambassade du Japon en Côte d’Ivoire…Les étudiants de la Sofia University de Tokyo (Japon) n’oublieront pas de sitôt les deux semaines qu’ils viennent de passer en Côte d’Ivoire.

Vendredi 14 septembre dernier,  la cérémonie culturelle organisée au centre de recherche et d’action pour la paix (Cerap) sis à Cocody en leur honneur pour clore ce séjour a été l’occasion pour le père François Kaboré, directeur de l’institut universitaire jésuite du Cerap de mettre en évidence le bien-fondé de ce partenariat: « Dans ce monde qui se globalise, il est important que nos étudiants apprennent ce qui se fait ailleurs dans les domaines de l’économie, de la culture, de l’environnement et que les étudiants des pays dits développés viennent voir aussi ce qu’il y a chez nous », a-t-il indiqué avant de souligner que ce genre de coopération entre universités de pays développés et celles des pays sous-développés peut contribuer non seulement à changer certaines perceptions sur l’Afrique mais aussi, elle peut impulser le développement des sociétés africaines grâce au transfert des savoirs et des technologies.

C’est pourquoi, le père Eugène Goussinkindey, directeur du Cerap, a souhaité que cette coopération universitaire puisse constituer un modèle dans d’autres domaines, industriel et économique notamment. Quant à Hiroaki Koda, deuxième secrétaire de l’ambassade du Japon en Côte d’Ivoire, il a souhaité que cette dynamique de coopération s’approfondisse pour contribuer au renforcement de l’axe Abidjan-Tokyo.

«J’espère que les étudiants qui ont participé à ce programme feront le pont entre nos 2 pays » a-t-il conclu. Plusieurs prestations scéniques ont ponctué cette cérémonie. Des prestations qui auront permis aux étudiants japonais de dire leur joie d’avoir effectué le déplacement d’Abidjan. « J’ai beaucoup aimé ces rencontres d’échanges. J’ai découvert des mets comme l’aloco, l’attiéké que j’ai beaucoup apprécié. J’ai découvert Yamoussoukro et vu comment les gens sont chaleureux, si j’ai l’opportunité de revenir, je reviendrai » a ainsi témoigné Sayo Hosoi, une étudiante de la délégation japonaise.

A noter que, depuis 4 ans, dans le cadre du partenariat entre le Cerap et Sofia university, 2 étudiants ivoiriens séjournent durant un semestre à Tokyo et environ une quinzaine d’étudiants japonais viennent en Côte d’Ivoire pour des rencontres d’échanges.

FRANCIS KOUAME

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Ouaga / Rentrée des classes 2018/2019: Il n’y aura pas d’affectation pour nécessité de service (ministre)

Publié

on

Le ministre en charge de l’Education nationale le Pr Stanislas Ouaro a déclaré mercredi soir sur la Télévision Nationale, qu’«il n’y aura pas d’affectation pour nécessité de service» au cours de la rentrée des classes 2018/2019.

Le ministre Stanislas Ouaro s’exprimait mercredi soir au cours de l’émission interactive de la Télévision nationale burkinabè appelée Dialogue citoyen qui est présenté par le journaliste Simon Gongo et permet des échanges directs entre les citoyens et le gouvernement.

«La règle nationale est que si vous êtes affecté dans une région donnée, vous devez y passer au moins 6 ans sauf cas de nécessité de service avant d’être candidat à la possibilité de passer à une autre région», a déclaré le ministre Stanislas Ouaro.

Cette décision a été prise selon le ministre Stanislas Ouaro, pas seulement à cause de la situation sécuritaire mais aussi par souci de justice et d’équité.

«Ce que nous avons souhaité c’est d’éviter que parce que vous êtes une connaissance du ministre ou du directeur de cabinet, vous ayez la possibilité d’échapper à ce critère là pour vous faire affecter dans une région donnée», a-t-il affirmé.

«Cette année, on va surseoir aux nécessités de services en attendant que les choses soient suffisamment précises pour y revenir», a-t-il également ajouté. … suite de l’article sur AIB

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 676 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE