Connecte-toi avec nous

ACTUALITE INTERNATIONALE

Dakar / Développement local : la CPED élabore 36 projets d’un coût de 11,5 milliards pour l’ensemble du pays

Publié

on

Thiès – La Coordination des professionnels de l’éducation au développement (CPED) a élaboré 36 projets à exécuter sur l’ensemble du territoire national pour un financement de 11,5 milliards de francs CFA, a indiqué dimanche son président, Momar Talla Seck.

En assemblée générale à la mairie de Thiès en présence du maître des lieux, le maire Talla Sylla, les membres du CPED ont donné comme recommandations, entre autres, d’ ‘’aller vers des actions concrètes’’, et de faire un ‘’effort supplémentaire de communication pour que la CPED soit mieux connue des communautés de base’’, a dit M. Seck.

‘’Dans l’éducation formelle, nous prévoyons de mettre en l’espace de cinq ans plus de 1000 enfants – des talibés, des enfants qui n’étaient pas dans les classes dans des écoles de base, d’apporter l’éducation au développement, aux métiers, l’autonomisation des femmes, aux populations délaissées’’.

Au niveau de la santé, une action-phare est de lutter contre la malnutrition et la mortalité infantile et maternelle. En matière de gestion environnementale, plusieurs activités toucheront à la gestion foncière, aux aspects hydriques et hydrologiques, entre autres.

En matière d’aménagement des territoires de base, il est prévu l’aménagement traditionnel, une organisation à la base. Les populations seront aussi amenées à s’approprier les nouveaux aménagements et le développement.

Ces projets sont élaborés suivant un plan stratégique en 5 axes, note un document des organisateurs. Il s’agit de l’appui à la promotion socioéconomique des femmes et des jeunes, l’appui l’amélioration de la situation alimentaire des communautés d’intervention, l‘amplification de l’éducation au développement par la prise en charge des enfants, des jeunes et des femmes.

S’y ajoutent la protection de l’environnement et des écosystèmes, ainsi que l’appui au renforcement des capacités organisationnelles et d’intervention.
‘’Chaque bassin reçoit cinq ou six de nos actions et en même temps’’, a dit Momar Seck. Il s’agira de projets quinquennaux qui seront réalisés dans des zones géographiques présentant une homogénéité économique, socioculturelle, dénommées bassins régionaux intégrés communautaires (BRIC).

Cinq BRIC ont été identifiés : le BRIC centre, regroupant les régions de Diourbel, Fatick, Kaolack et Kaffrine, le BRIC est (Tambacounda, Kédougou, une partie de Kolda). Le bassin ouest (Dakar, Thiès et une partie de Louga et une partie de Saint-Louis). Le Nord, Matam et une partie de Saint-LouiS et une partie de Louga. Enfin le Sud regroupe Ziguinchor, Sédhiou et le département de Kolda.

La CPED a pour missions de créer une ‘’structure faîtière forte, flexible, qui peut capter le développement et le porter à la base, une planification claire tournée vers l’action réussie’’, a dit M. Seck.

‘’Il nous fallait la validation de l’assemblée générale pour donner le feu vert, pour que le bureau exécutif continue’’ le travail, a-t-il noté.

L’AG a fait une proposition de protocole d’accord entre la mairie de Thiès et la CPED pour la mise en œuvre du plan d’action de la structure.

‘’Nous voulons être un élément novateur, tenir compte de l’ensemble des besoins des populations pour aller rapidement’’, a dit M. Seck, relevant que les collectivités ont besoin de l’éducation au développement où on prend en charge les réels problèmes des populations qu’elles administrent pour les mettre dans un cerceau d’actions, vérifiables et contrôlables.

Pour lui, la ‘’nouveauté’’ dans la démarche du CPED, c’est de ‘’faire de telle sorte que les collectivités soient actrices de leur propre développement. ‘’Nous sommes des facilitateurs, nous amenons des compétences, des manières de faire, un système managérial, une gouvernance nouvelle fondée sur des valeurs qui sont là et qui ont été mutées et transformées par une nouvelle scientificité’’.

Le choix de la cité du rail pour abriter l’assemblée générale de cette structure créée en 2014, s’explique par le fait que ‘’depuis la Loi Mamadou Dia, tous les projets de développement local ont été expérimentés à Thiès’’, a dit le président de la CPED.

ADI/ASG

Source: Agence de Presse Sénégalaise

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE INTERNATIONALE

Bac 2019 / les fausses recettes miracles pour optimiser ses révisions

Publié

on

BAC J-27 – Comment s’y retrouver à travers la multitude de conseils qui circulent sur la meilleure façon de réviser son bac? Le Figaro fait le point sur les «stratégies» à éviter à tout prix.

Le bac approche, et avec lui le déferlement de recettes miracles pour optimiser son temps et réviser le plus efficacement possible. Ils sont souvent livrés par des amis ou des parents, et circulent partout sur internet. Bien qu’ils puissent paraître alléchants, certains conseils pourraient davantage vous nuire que vous garantir une mention.

• Tout miser sur quelques chapitres

Face à l’étendue des révisions du baccalauréat et au temps limité dont ils disposent, les candidats peuvent être tentés de se livrer au jeu des probabilités et décider de ne pas réviser les chapitres tombés lors des dernières éditions du baccalauréat. Cette stratégie revient à prendre beaucoup de risques. Il arrive en effet que certains chapitres tombés l’année précédente retombent l’année suivante, ou encore que d’autres ne soient pas donnés pendant plusieurs années consécutives.

» LIRE AUSSI – Révisions du bac 2019: comment se motiver?

• Prendre des médicaments stimulants

Certains médicaments, comme la Ritaline, généralement prescrits en cas de troubles de l’attention chez l’enfant, «rendraient plus intelligents» et permettraient de se concentrer plus facilement. Cependant, prendre des médicaments sans réel motif médical est fortement déconseillé et peut s’avérer dangereux, notamment dans le cas d’une dépression ou d’une malformation cardiaque. Le Guronsan, un cocktail de vitamines C et de caféine disponible sans ordonnance, est très prisé des étudiants et bacheliers, mais s’il donne de l’énergie, il n’est pas propice à la concentration.

SOURCE: (etudiant.lefigaro.fr)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Malaisie / Une adolescente se suicide après un vote sur Instagram

Publié

on

Une adolescente malaisienne qui avait publié un sondage sur son compte Instagram demandant si elle devait vivre ou mettre fin à ses jours s’est suicidée après avoir vu la majorité de ses followers voter pour la mort.

C’est un drame national qui vient de se dérouler en Malaisie. Une jeune fille âgée de 16 ans, habitant à Kuching dans l’Etat de Sarawak, est « subitement » morte après avoir posté un sondage sur le réseau social Instagram en demandant à ses «followers» si elle devait ou non se donner la mort. L’affaire a provoqué un émoi international et une enquête va être ouverte pour éviter que des cas similaires ne puissent se reproduire. La filiale malaisienne d’Instagram a d’ores et déjà présenté ses condoléances.

SOURCE: (etudiant.lefigaro.fr)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE INTERNATIONALE

Lutte contre la violence au Burkina / des universitaires veulent apporter leur contribution

Publié

on

Les responsables du Laboratoire langues, discours et pratiques artistiques (LADIPA) de l’Université Joseph-Ki-Zerbo était face à la presse, le vendredi 17 mai 2019, à Ouagadougou pour annoncer la tenue d’un colloque international sur le thème : «La violence dans les langues, les littératures et les arts du Sahel» du 23 au 25 mai prochain.

Bien que n’étant pas des spécialistes des armes, des universitaires peuvent, par leur réflexion, contribuer à la lutte contre le terrorisme et la violence en Afrique en général et au Burkina Faso en particulier. C’est la conviction des premiers responsables du Laboratoire langues, discours et pratiques artistiques (LADIPA) de l’Ecole doctorale Lettres, sciences humaines et communication (LESHCO), de l’Université Joseph-Ki-Zerbo qui organisent un colloque international sur le thème : «La violence dans les langues, les littératures et les arts du Sahel» du 23 au 25 mai 2019. L’information a été donnée aux hommes de médias au cours d’un point de presse, le vendredi 17 mai 2019 à Ouagadougou. Aux dires du président du comité d’organisation, Pr Albert Ouédraogo, ce colloque vise à réunir les scientifiques de toutes les spécialités des sciences du langage et de la littérature pour réfléchir, échanger les idées, les expériences et structurer un discours scientifique autour de la violence dans les langues, les littératures et les arts.

SOURCE : (aouaga.com)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 8 096 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

REVUE DE PRESSE HEBDO