Connecte-toi avec nous

FORMATIONS

Côte d’Ivoire / Formation professionnelle:Le FDFP veut faire revivre la Maison de l’apprenti de Grand-Bassam

Publié

on

La Maison de l’apprenti de Grand-Bassam (Magb) sera réhabilitée dans les prochains mois.

La promesse a été faite ce jeudi 25 avril, par le président du conseil de gestion du Fonds de développement de formation professionnelle (Fdfp), Joël N’Guessan, à l’issue d’une visite de terrain dans cette école de formation professionnelle, plongée depuis plus de 5 ans, dans une léthargie et une lourdeur administrative, qui empêche son développement.

L’ex-ministre avait à ses côtés Barry-Battesti Léonid, secrétaire général du Fdfp et par ailleurs chef de service de la Magb. « La Maison de l’apprenti de Grand-Bassam sera bientôt réhabilitée, équipée et mise à la disposition des bénéficiaires. Elle connaîtra un nouvel essor », a-t-il promis.

Cette visite, faut-il souligner, avait pour but de faire l’état des lieux de ce centre de formation, d’identifier ses difficultés, recueillir ses besoins et corriger ses dysfonctionnements afin de le redynamiser et lui permettre de retrouver son niveau d’activités initial.

Pour vite accomplir cette mission, le président du conseil de gestion du Fdfp compte mettre en place un programme d’urgence de réhabilitation et d’équipement de ce centre.

Pour lui, « c’est parce qu’il n’y avait pas les hommes qu’il faut, à la place qu’il faut, que ce centre est resté dans cet état de stagnation ». Ajoutant que « le manque de vision » a également contribué fortement à amenuiser les activités de la Magb.

Joël N’Guessan envisage par ailleurs d’engager le Fdfp dans des partenariats qui  permettront d’aider les tutelles technique et financière du fonds à réhabiliter et à équiper les différentes antennes du Fdfp implantées à Grand-Bassam, Abengourou, Bouaké, Daloa, Korhogo et San Pedro, également en difficulté. « Ce n’est pas normal que de telles structures soient laissées dans une telle léthargie. Il faut faire revivre ces maisons le plus tôt possible », a-t-il insisté.

Il a aussi salué le courage et la détermination du secrétaire général Barry-Battesti Léonid par ailleurs chef de service de cette école et des agents qui, malgré les difficultés, ont su sauver la Magb du délabrement. Il les a remerciés pour leur engagement. Avant d’inviter le secrétaire général Barry-Battesti à nommer le plus tôt possible son successeur, au sein de l’établissement, afin que les décisions de planification du Fdfp en faveur de la Magb soient mises en œuvre.

Pour sa part, Mme Tadet a, au nom des agents, remercié le Pcg et les membres du conseil de gestion pour avoir répondu avec célérité à l’invitation du chef de service de la Magb. Elle a aussi promis de toujours œuvrer à polir l’image de cette école d’apprentissage.

Située après le village des artisans de la cité balnéaire, la Maison de l’apprenti de Grand-Bassam est sortie de terre en 1998. Elle est implantée sur une superficie de 3,5 hectares. Elle a formé à ce jour, 600 personnes dans différents corps de métier.

SOURCE: (education.gouv.ci)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Formation des jeunes filles / La Société générale s’engage à rénover le centre de l’‘’Association Claire Amitié’’ à hauteur de 27 millions FCfa

Publié

on

La Fondation Société générale et la Société générale Côte d’Ivoire (Sgci) ont procédé â la signature d’une convention avec l’ « Association Claire Amitié ». Et ce, pour la rénovation et l’agrandissement de son centre de formation pour jeunes filles à Bouaké. C’était le 21 juin 2019, à Abidjan-Cocody.

Cette signature de convention porte sur le financement de la poursuite des travaux de rénovation du site avec la démolition du bâtiment d’origine (un ancien hangar industriel) et la construction sur le même emplacement d’un bâtiment pour les activités scolaires comprenant neuf (9) salles de formation théorique et pratique, des parties communes, des bureaux, des sanitaires. L’apport de la Fondation et de la Société générale s’élève à 27 millions de F Cfa soit 20 millions F Cfa de la part de la Fondation et 7 millions de F Cfa de Sgci.

« L’objectif de la Sgci est de dépasser notre métier de banque et d’être acteur de la cité. C’est pourquoi ce projet avec Claire Amitié nous tient à cœur. Il s’inscrit dans le cadre du mécénat social du groupe. C’est l’addition des moyens qui permet d’avoir un réel impact au niveau local », a indiqué Aymeric Villebrun, directeur général de la Sgci.

Pour Alexandre Maymat, directeur Afrique et Moyen-Orient de la Société générale, il s’agit de renforcer la position citoyenne de la banque. « Nous avons une activité de services, une banque universelle qui donne la possibilité aux clients d’accomplir leur mission, mais une banque c’est aussi un acteur de la cité, un acteur responsable qui favorise l’inclusion et une croissance qui soit équitable. C’est dans ce contexte que nous avons lancé ce projet de citoyenneté en Afrique ».

« L’Association Claire Amitié accompagne les jeunes femmes en difficulté en France et dans le monde en les accueillant dans ses centres de formation respectifs afin de leur apprendre des métiers, faciliter leur insertion professionnelle et leur épanouissement. C’est dans ce cadre qu’elle a décidé de réhabiliter et d’agrandir l’un de ses centres en Côte d’Ivoire, notamment à Bouaké, dans la région de Gbêkê », explique Alain-Camille Jan, administrateur de « Claire Amitié internationale ».

Créée en 2006, la Fondation Société générale intervient en faveur de l’insertion professionnelle et l’insertion par l’éducation, notamment par le sport et la pratique culturelle. Depuis 2018, elle s’est engagée à accompagner les structures œuvrant pour l’éducation financière et la promotion du rôle des femmes comme actrices de développement économique.

SOURCE: (fratmat.info)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Formation professionnelle / Le Fdfp et la parfumerie Gandour financent un projet d’apprentissage de 105 millions fcfa

Publié

on

Quarante (40) jeunes viennent de bénéficier d’une formation de 11 mois, aux métiers de « machinistes de conditionnement opérationnels » et de « contrôles de procédés » pour le compte de  la Nouvelle Parfumerie Gandour.

D’un coût total de 105 865 000 Fcfa, cette formation a été soutenue à hauteur de 48 265 000 Fcfa par le Fonds de développement de la formation professionnelle (Fdfp).

La cérémonie de clôture du projet, a eu lieu le 22 mai 2019, au siège de la Nouvelle Parfumerie Gandour à Yopougon.

A l’occasion, Ouattara Tiéba, représentant Ange Léonid Barry-Battesti, secrétaire général du Fdfp, a indiqué que l’objectif de ce projet était d’accompagner le développement des activités de la Nouvelle parfumerie Gandour et de combler ses besoins en main d’œuvre qualifiée.

« Le Fdfp, en plus de son produit le plus connu des entreprises, qui est le plan de formation, a mis en place, un mécanisme d’appui aux entreprises à travers le financement de formation par apprentissage. La finalité de ce financement est de permettre aux entreprises de disposer d’une main d’œuvre qualifiée, jeune et immédiatement opérationnelle. C’est donc ce mécanisme que la Nouvelle parfumerie Gandour a sollicité pour la formation par alternance de 40 jeunes (25% de théorie et 75% de pratique) », a-t-il expliqué.

Il a aussi adressé ses remerciements au cabinet de formation « Emergence SARL », et aux personnel de la Nouvelle Parfumerie Gandour, en particulier les « tuteurs », qui se sont investis pleinement, dans la mise en œuvre effective de ce projet. Il a en outre exhorté les jeunes bénéficiaires à valoriser cette formation, afin de faciliter leur insertion socio-professionnelle.

Pour Gnagne Pierre, Directeur de l’usine de la Nouvelle parfumerie Gandour, ce stage a été doublement innovant. « Il s’agissait, certes, d’une formation emploi-qualification, mais c’était le premier projet, effectué avec l’appui du Fdfp. C’est vraiment une grande satisfaction pour notre entreprise de saluer votre travail réalisé tout au long de ces onze (11) mois et de participer à la clôture de ce projet emploi-qualification portant le code PA 0192 intitulé : formation d’agents machinistes de conditionnement opérationnels et d’agents contrôleurs de procédés » a-t-il affirmé.

Avant d’ajouter : « Il me plaît également, de vous informer que des dispositions sont prises pour que les plus méritants parmi les stagiaires rejoignent les rangs de nos équipes. Nous y travaillons fermement ».

Au nom des « tuteurs », Mona Sylvère a également exprimé sa joie d’avoir contribué à la formation des stagiaires. « Ce temps passé dans nos différentes sections leur aura permis de mettre en exergue leurs connaissances théoriques et pratiques acquises à l’école et lors des stages de validations de leurs diplômes. Nous pouvons vous affirmer avec fierté que certain nous ont donné entièrement satisfaction, quant à la mise en œuvre et à l’application sur le terrain de l’ensemble de leurs connaissances. Ils ont su démontrer leur savoir-faire et être, et surtout leur disponibilité face aux différentes tâches qui leur étaient confiées. Ils ont été courtois et ont pu rapidement s’adapter et s’intégrer facilement », a-t-il témoigné. Il a aussi souhaité que « certains resterons définitivement parmi nous, afin de contribuer à l’Emergence de la Nouvelle Parfumerie Gandour »

Le Représentant des stagiaires, Kramo Jean a pour sa part, noté que cette formation leur a permis de consolider leurs connaissances et confirmer leur passion pour les différents domaines de compétences.

« Elle a donc été à la hauteur de nos attentes et très enrichissante. Nous tenions alors à saluer respectueusement le cabinet Emergences pour la forte contribution dans le début de notre parcours professionnel. Enfin mention spécial au FDFP pour la mise en œuvre de ce grand projet qui va nécessairement nous aider à exceller tout au long de notre carrière », a-t-il poursuivi.

SOURCE: (fratmat.info)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Institut de formation de développement des compétences / Les élèves invités à cultiver l’excellence au travail

Publié

on

La célébration de la fin d’année académique, à Institut de formation de développement des compétences  (Ifdec), placée sous le haut parrainage du ministre de l’Hydraulique, a été l’occasion pour son représentant, Djaa Koffi Antoine d’inviter les élèves à cultiver l’excellence au travail.

Livrant le message du ministre Laurent Tchaga, il a exhorté, vendredi, les apprenants à « se détourner des voies sans issue, de travailler et mettre en priorité leur avenir. » Avant de souhaiter à tous ceux qui sont en classe d’examen des vœux de succès. Les élèves de l’Ifdec ont terminé en beauté, dans la salle de la congrégation « Sant’Egidio » à Abidjan-Treichville.

Dans son intervention, le fondateur du groupe Ifdec, Kader Moussa Dogoni a indiqué que son établissement existe depuis 2011. Et affirme que c’est un centre d’excellence dans la formation technique. Il en veut pour preuve, les résultats scolaires. « C’est en moyenne 60% d’admis que nous enregistrons lors des examens à grand tirage », a-t-il souligné.

SOURCE: (fratmat.info)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 778 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

REVUE DE PRESSE HEBDO