Connecte-toi avec nous

ECHO ÉCOLES – LYCÉES ...

Campus de Cocody et d’Abobo Adjamé : Dans l’univers des « kosovars « .

Publié

on

Campus de Cocody, il est environ 20 heures. Le mois de juillet fouette rudement de son vent glacial. Bagnon, 21 ans, bachelier arrivé de Saïoua, en première année de physique chimie (Pc1), présente ce qu’il appelle pudiquement, « ma chambre ». C’est un placard emmuré dans un couloir, au premier étage d’un bâtiment de sa faculté.

Initialement aménagés pour les besoins des enseignants, une vingtaine de placards ainsi emmurés de part et d’autre du couloir tient lieu de tableaux aux étudiants. Surnommé « le grattoir », l’espace fait également office de salle d’étude. Chacun, munie de craie, « gratte » à volonté, de jour comme de nuit. Michel et Fabrice, les compagnons de Bagnon s’enthousiasment également à montrer leurs « chambres » dans ce « grattoir ». Plutôt que des piaules, ce sont des semblants de meubles pour caser leurs effets personnels. Pour Michel, c’est une coque de frigo. Et pour Fabrice, la carcasse d’un appareil de climatisation. Bienvenus dans l’univers des Kosovars !

Sur un banc ou un carton, au balcon d’un palier ou dans une salle, on passe la nuit, protégé d’un blouson, un pullover ou un manteau.

A l’amphi 6 de la faculté de médecine de Cocody, les sacs à dos et autres effets personnels de kosovars entreposés à l’angle de l’enceinte, font partie du décor.

Les kosovars ? Ce sont des centaines d’étudiants ivoiriens des universités Félix Houphouët Boigny de Cocody et Nagui Abrogoua d’Abobo-Adjamé. Dégourdis mais démunis, de jeunes filles et garçons ferraillent avec les armes de la débrouille contre leurs conditions d’étude et de vie.

Par petits pelotons, ils « kosso » dans les amphithéâtres de jour comme de nuit.

« Kosso », c’est étudier et dormir au même endroit.

Pour la douche, il vaut mieux ne pas avoir une pudeur de gazelle, surtout pour les filles.

« Tous les petits coins sont transformés en douche », révèle Estelle.

« On n’a pas de toilettes. On se lave en plein air sous les regards des garçons », tempête, Ruth.  Si elle peut se plaindre d’avoir le corps « endoloris » du fait de ses conditions de couchette, Estelle qui a des parents à port-Bouet, est un peu chanceuse, puisqu’elle peut aller se rincer chez ses amies en cité, au campus 2000.

 « Il y a trois types de personnes ici »

Domiciles éloignés, emplois du temps chargés, voire surchargés, dénuement matériel, tracasseries aux arrêts de bus, manque de chambre en cité U… Les facteurs qui enfantent les kosovars sont aussi divers que variés.

« Le bus 53 fait trois heures avant d’arriver au campus. Ça ne nous arrange pas. En plus, il n’y a que deux bus seulement sur la ligne », s’exaspère Yao.

« Pour avoir une chambre, c’est par connaissances ou de l’argent », s’indigne Adama.

« De nos jours, on compte sur le bout du doigt ceux qui occupent les chambres de la cité universitaire et qui sont vraiment étudiant. Ce sont des salariés qui sont dans les chambres. Il y en a qui ont de la famille », renchérit Fabrice.

En effet, des cités ont rouvert.  Mais on est encore loin du compte. Très loin, eu égard à l’effectif des apprenants. Pour 6000 demandeurs, le centre régional des œuvres universitaire (Crou) offrait à peine 10% de chambres l’année dernière.

Les cycles ou sessions universitaires qui s’interloquent et se chevauchent amplifient le phénomène kosovar.

« On a fait un semestre en trois mois », raconte Kouamé, en Pc1. « Les cours sont accélérés. Parfois nous avons cours dimanche. Le 7 Août prochain, nous avons cours. Et le lendemain, nous aurons des compos pour la première session », détaille Michel en Pc1.

Le martyr du clandestin

« Sitôt les Td (travaux dirigés) finis, on ferme parfois les salles. Ce qui fait qu’on kosso dans les amphis », raconte Konan. Amphi Léon Robert, amphi H, amphi C, « nouvelle cité », sont autant d’espaces qui accueillent les étudiants.

« Souvent les salles de Td sont fermées ou c’est le courant qui est coupé. On se promène pour chercher des salles », raconte Ruth.

« Parfois on vient nous chasser sous prétexte qu’on n’y a pas droit », déplore Donald.

« Il y a trois types de personnes ici. 90% des étudiants qui sont dans ces conditions sont en facultés de sciences où les programmes sont lourds. 50% parmi eux sont éloignés du campus.  20% viennent quand il y a une « compo » dans la semaine. Ceux qui n’ont pas de parents du tout, sont estimés à 30% de ce groupe », résume Sylver, en deuxième année de math info.

Moqué par ses condisciples et par les visiteurs, un kosovar subit au quotidien le martyr du clandestin.

« C’est comme quelqu’un qui dort au salon. Tu dois dormir tard et te réveiller tôt », confie Willy, en master 2 de Droit. « Tôt », c’est aux environs de 5 heures du matin. « Tard » peut aller jusqu’à minuit.

« Nous sommes combattus par les autorités administratives. Elles estiment que l’université n’est pas une résidence universitaire », indique Willy.  « Les passants et ceux qui viennent faire leur sport sur le terrain du campus, nous indexent comme des personnes non identifiés », soupire-t-il. Willy a connu l’époque des « palestiniens ». C’était aux lendemains de la mise en fonctionnement des campus réhabilités en 2012-2013. A l’époque, il couchait carrément « en plein air » car les vigiles des lieux avaient ordre de fermer toutes les salles.  Aujourd’hui, Willy a réussi, avec ses amis, à mettre en place une chaine de solidarité entre eux. Histoire de refuser d’être des étudiants entièrement à part, à défaut d’être des étudiants à part entière.

Et surtout, ils ne font rien qui puisse dégrader l’hygiène des lieux. Chaque dimanche, Willy et ses amis organisent l’opération « kosso propre ». Quand on vous accuse de sentir mauvais, il faut s’abstenir de lâcher des pets, dit le dicton.

Benoit HILI

SOURCE : Fratmat.info

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

EPP Plateau de Daoukro / Un bâtiment de trois classes remis par le conseil municipal

Publié

on

Le conseil municipal de Daoukro a remis à l’école primaire publique (EPP) Plateau du quartier Dioulakro un bâtiment de trois classes, pour permettre aux apprenants d’être dans de meilleures conditions d’études.

La cérémonie de remise de clés a eu lieu lundi en présence de plusieurs cadres de Daoukro.

Le maire intérimaire de la commune, Djè Koffi Aubin, a invité les enseignants et les élèves à faire un meilleur usage de ce don. « La mairie de Daoukro a fait de l’éducation un de ses chevaux de bataille et chacun de nous connait l’importance de l’éducation. Après l’éducation de base dans nos familles, le reste s’apprend sur les bancs à l’école et à l’université », a-t-il rappelé.

Le maire a rassuré les acteurs de l’école d’être à leur côté.

Le secrétaire général chargé des enseignants à la direction régionale de l’Education nationale, Séri Paul, a salué, au nom de la directrice régionale, ce geste du conseil municipal de Daoukro qui, selon lui, « n’a de cesse de s’impliquer dans l’éducation de nos enfants en offrant gracieusement un bâtiment de trois classes ».

Le député de Daoukro-Ngattakro, Olivier Akoto, a remercié la DRENETFP de l’Iffou pour les efforts fournis pour l’amélioration des résultats aux examens de fin d’année.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Conseil Régional du Tonkpi / Plusieurs projets réalisés dont deux collèges de proximité : Collège Moderne de Gbangbégouiné et celui de Podiagouiné.

Publié

on

Le Conseil Régional du Tonkpi, sous la houlette du Dr Abdallah Toikeusse Mabri, a réalisé plusieurs projets dont deux (02) collèges de proximité : Collège Moderne de Gbangbégouiné et celui de Podiagouiné.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Le nombres d’e collèges privés s’accroît à Bangolo pour désengorger l’unique lycée du département

Publié

on

Depuis quelques années, des écoles secondaires privés naissent chaque rentrée scolaire dans le département de Bangolo, aidant à désengorger le seul lycée publique de la localité submergé par le flux élevé d’élèves affectés par l’Etat.

«Il y a 5 ans, le département de Bangolo ne comptait que ce lycée public et deux écoles privées : le Picou et le Maney. Aujourd’hui, on dénombre 7 établissements privés dont 5  recevant des affectés de l’État», a indiqué vendredi à l’AIP le proviseur du lycée de la ville, Allou Amand.

Outre les collèges  »Boyanho »,  »Espoir »,  »Esperance »,  »Emeraude » et celui de Kahen-Zarabahon récemment ouverts, trois autres écoles secondaires privées sont en construction dans le département.

Le proviseur Allou se réjouit de la multiplication des établissements, indiquant que le lycée qu’il dirige manque d’infrastructures d’accueil pour recevoir tous les affectés de Bangolo.

Le lycée moderne de Bangolo compte près de 6.000 élèves pour 36 salles de classes physiques. L’administration est alors contrainte chaque année d’appliquer le nombre pléthorique d’élèves par classe, la double vacation et de transformer la cantine et le foyer en salle de classe pour fonctionner.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 676 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE