Connecte-toi avec nous

CÔTE D'IVOIRE

Autonomie des femmes- Quatre formations lancées par la Chaire Unesco Eau, Femmes et Pouvoirs de Décisions

Publié

on

La ministre Euphrasie Kouassi Yao, défenseur de l’autonomie de la femme en Côte d’Ivoire et chargée de mettre en musique la vision du Président Alassane Ouattara en la matière, a procédé devant un parterre d’invités au lancement d’un cycle de formations qualifiantes pour femmes. C’était ce jeudi 14 Décembre au siège de la Chaire Unesco, Eau, Femmes et Pouvoirs de Décisions à Abidjan.

Pour cette année académique 2017-2018, le catalogue de formations qualifiantes de la Chaire UNESCO EFPOD comprend quatre types de formation. La formation en ingénierie de Genre, les Séminaires de Formation en Genre (SFG), les Formations à la Carte (FC) et les Samedis de la Chaire sont les composantes de cette formation. Ce nouveau catalogue résulte d’une réforme de son processus de formation qualifiante initiée par la Chaire UNESCO EFPOD dans le but de dispenser des formations pratiques et innovantes capables de doter notre pays, l’Afrique et le monde d’experts de haut niveau, de leaders transformationnels susceptibles de répondre efficacement aux défis du développement durable.

La ministre Euphrasie Kouassi YAO, Titulaire de la Chaire Unesco en Côte d’Ivoire et première voix de la COCOFCI a profité de cette cérémonie de lancement pour faire part aux invités de la vision de la CHAIRE UNESCO EAU, Femmes et Pouvoirs de Décisions concernant l’exercice 2017-2018. Pour elle, il s’agit de vulgariser et promouvoir le Genre comme outil transversal de développement, construire, planifier et mettre en œuvre des interventions publiques et privées cohérentes, équitables, inclusives et à fort impact individuel et collectif. Une mise en œuvre de projets novateurs, des formations qualifiantes et diplômantes en Genre pour des professionnels, des Partenaires au développement, des experts, des usagers, de la société civile et du grand public.

Plusieurs ministères, entreprises, organismes internationaux, ONG n’ont pas boudé leur plaisir de participer à ce lancement. Contribuer au développement en formant des experts en Genre pour l’atteinte des ODD, la titulaire de la Chaire Unesco Eau, Femmes et pouvoirs de décisions a tenu à préciser dans son intervention l’importance pour les structures présentes d’intégrer l’outil genre dans la gestion de celles-ci. Le partenaire officiel et parrain de la 1ère promotion des auditeurs et auditrices de l’ingénierie en GENRE a lui aussi souligné son importance à travers les chiffres tirés du rapport de la Banque Mondiale de juin dernier, illustrant parfaitement la nécessité d’intégrer l’approche Genre dans la gestion de toutes structures. Les participants ont suivi avec attention le témoignage de TRAORE ANNA BAILLY, chargée de programme à la CHAIRE UNESCO EAU, FEMMES ET POUVOIR DE DECISIONS.

Euphrasie Kouassi Yao a remercié le Président de la République pour son soutien au programme d’activités de sa structure.

Adam’s Régis SOUAGA avec SERCOM CUEFPOD

… suite de l’article sur Pôle Afrique

pole Afrique

Facebook / Laisser un commentaire

CÔTE D'IVOIRE

Elèves et étudiants: Les astuces infaillibles pour réussir son année scolaire

Publié

on

Comment passer une bonne année scolaire ? Antoinette Champclos vient de rééditer aux éditions La Martinière sa Méthode infaillible pour réussir vos études. Voici ses conseils pour être efficace dès la rentrée dans ses révisions.

Tout au long de l’année, comment réviser efficacement ?

Tout préparer de façon très stratégique. Ne pas réviser pour réviser, mais commencer par réfléchir à un planning. Par exemple, quatre semaines avant les examens, faire un plan concret, en prenant en compte le nombre de matières à réviser et leurs coefficients. Si vous avez trois semaines pour réviser six matières, prenez quatre jours pour les matières avec un fort coefficient et deux jours pour les autres. Puis, gardez la quatrième et dernière semaine pour une révision globale.

Consulter systématiquement les annales des années précédentes. Aller à la bibliothèque demander les examens des années passés. Pour les partiels de 2016, se procurer ceux de 2015 et 2014 par exemple, afin d’avoir une idée de ce qui va tomber à l’examen. Le professeur va certainement donner un sujet similaire. Savoir cela augmente déjà réellement les chances de réussite.

Ne pas exagérer avec les fiches. Certains étudiants préparent des fiches et après ils ne leur restent plus de temps pour réviser l’examen en tant que tel. Si les fiches aident, il faut les faire mais de façon plus abrégée, sans oublier l’objectif principal : la réussite de l’examen.

Essayer de mémoriser la matière et pour cela il faut commencer par étudier le plan du cours. Apprenez le plan par cœur mais surtout pas la matière par cœur. Surtout s’il s’agit de matière costaude comme en droit avec le code pénal, le code civil… c’est impossible de tout mémoriser par cœur ! On s’épuise pour rien et on n’atteint pas l’objectif recherché.

La relecture des cours est essentielle. Rien ne sert de bosser à fond dès le début du semestre. Bien au contraire, il faut garder de la force pour les dernières semaines. Après, cela dépend du type d’étude. Par exemple, en médecine, le programme est bien plus exigeant et intensif. De manière générale, le mieux est d’assister aux cours, en prenant sérieusement des notes et les lire régulièrement, sans faire trop de zèle ni se tuer à la tâche en travaillant jusqu’à 23 h tous les soirs.

Et si j’ai traîné, malgré tout, que faire ?

Chaque jour qui passe, les chances de réussite faiblissent. Mais ce n’est pas totalement désespéré ! Si vous avez une semaine pour réviser quatre matières, prenez une journée et demie par matière. Si deux matières ont un coefficient plus élevé, prenez deux jours pour réviser chacune de ces deux matières importantes. Commencez par les lire à fond et faites des fiches très brèves, d’une page maximum, sans les petits détails. Gardez une dernière journée pour revoir globalement les quatre matières de façon très rapides.

C’est le jour J, celui de l’examen. Que faire pour réussir ?

C’est une journée où il ne faut rien laisser au hasard. L’objectif est de mettre le maximum de chances de son côté. Cela signifie qu’il ne faut pas se laisser influencer négativement par son entourage. Par exemple, un étudiant arrive à la fac et il voit tous ses camarades en train de paniquer : cela le met dans un état d’esprit très négatif qui peu impacter la réussite de l’examen. En revanche, s’il s’isole et revoit ses cours avant d’entrer dans la salle, c’est mieux. Même si le fait de relire ses cours au dernier moment ne permet pas d’apprendre, cela rafraîchit la mémoire. Et si vous tombez sur le sujet que vous venez de relire, c’est le jackpot !

Les examens, c’est comme l’équitation : il faut toujours regarder l’obstacle suivant en visualisant un superbe parcours de sauts. Tout ce qui ne tue pas nous rend plus forts. Il y a toujours une solution. Peu importe l’objectif que l’on se fixe, on n’y arrive pas du premier coup. On va toujours rencontrer des difficultés, essuyer des échecs, c’est l’inévitable processus de la vie ! C’est comme une enfant qui apprend à marche, il tombe puis il se redresse. Il faut que les étudiants comprennent que l’on apprend toujours de ses échecs. Et au lieu de se laisser abattre, il faut saluer ses échecs pour réussir ensuite.

C’est important d’être bien entouré. Avez-vous des conseils pour les parents ?

En tant que parent, on recherche le bonheur de nos enfants. Mais parfois, par amour, on peut les bloquer et les empêcher de faire leur petit bout de chemin. Un parent doit comprendre qu’un enfant est un être humain individuel qui a le droit de choisir son propre parcours et non celui que l’on choisit pour lui.

SOURCE : Fratmat.info

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

8è édition des Awards du Mannequin: Madame Kandia CAMARA préconise la création d’une école de mannequin

Publié

on

La 8è édition des Awards du mannequin a été une véritable occasion de célébration des meilleurs ! Ce vendredi 15 décembre, en effet, le palais des congrès du Sofitel Hôtel Ivoire s’est avéré le temple de la reconnaissance du talent et de l’immense travail accompli par les stylistes, les couturiers, les mannequins et les créateurs de mode venus de la France, de l’Italie, de l’Afrique du sud, de la diaspora, du Tchad, du Cameroun, du Burkina, du Togo… Chacun d’eux a reçu un trophée. Qu’il s’agisse de Pathé ’O, de Gilles TOURE, de Miss ZAHOUI, de Catherine LAVSKI, d’Eloi SESSOU, de Ciss Saint MOISE et de leurs cadets, c’est -à- dire les jeunes couturiers et jeunes mannequins…tous ont reçu un Award pour récompenser le travail accompli ou en guise d’encouragement. Et à tout seigneur, tout honneur, Fatim SIDIME Organisatrice principale a consacré Madame Kandia CAMARA, Ministre de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle, Marraine à vie de ce grand rendez-vous des mannequins.

Les organisateurs tenaient ainsi à valoriser le métier de mannequin, qui de l’avis même de Fatim SIDIME n’est pas encore bien perçu dans la société. C’est donc à juste titre et pour sortir de l’informel que Madame Kandia CAMARA a encouragé sa filleule, Fatim SIDIME et les créateurs de mode à créer une école de mannequinat. «Chère filleule, à travers ces Awards du Mannequinat Africain, tu mets la Côte d’Ivoire en lumière tout en lui conférant son rôle de plaque tournante des mannequins africains et de la diaspora. Tu fais la promotion de la beauté africaine (…),» a déclaré Madame Kandia CAMARA.

Abondant dans le même sens, la présidente de l’Association des Créateurs de Mode de Côte d’Ivoire (ACM), représenté par Gilles TOURE a salué Fatim SIDIME au nom des siens : «Sans vous les grands créateurs n’auraient pas eu la notoriété qu’ils ont. Sans les mannequins, notre œuvre serait incomplète,» a-t- il avoué. Mme Catherine LAVSKI, icône de la beauté africaine, Directrice de Publication du magazine de mode Black Beauty et invitée spéciale de cette huitième édition, s’est inscrite, elle aussi, dans la même dynamique. Dans son allocution, elle a félicité l’organisation principale et exprimée toute sa joie de soutenir cette initiative et a ajouté que son magazine est créé pour montrer que l’Afrique regorge des talents.

Source: SCDA/MENET-FP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

140 jugements supplétifs établis par le SAARA en 2017

Publié

on

Le bureau du service d’aide et d’assistance aux réfugiés et apatrides (SAARA) de Tabou a, dans le cadre du projet « documentation pour tous » en collaboration avec le HCR, fait établir pour cette année 2017, 40 jugements supplétifs aux personnes rapatriées du Liberia et 100 jugements supplétifs pour la population autre que rapatriées, soit un total de 140 jugements supplétifs.

« Dans le cadre de ce projet, plus de 500 autres personnes qui ont regagné le pays dans le cadre du rapatriement volontaire vont bientôt bénéficier de jugements supplétifs et le SAARA va en plus établir une quarantaine de cartes d’identité » a expliqué, jeudi, l’assistante juridique chargée de l’apatridie au bureau du SAARA de Tabou, Emelyne Kouamé.

Cette opération concerne la zone d’accueil des réfugiés (ZAR) Sud qui couvre Tabou, San Pedro, Sassandra et Soubré.  » Nos actions couvrent également la région de Gagnoa  » a-t-elle ajouté.

Les agents du SAARA de Tabou multiplient la sensibilisation dans la ZAR sud pour inciter les populations à faire leurs papiers, indique-t-on.

AIP

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 524 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

ACTUALITÉ EDUCATIVE EN CONTINU