Connecte-toi avec nous

DRAME

Abengourou: L’instituteur disparu, retrouvé mort

Publié

on

Le corps de l’infortuné enseignant a été découvert dans la broussaille non loin du lycée moderne d’Abengourou, au nord-ouest de la ville.

Ce qui était tant redouté est malheureusement survenu. L’instituteur porté disparu depuis plusieurs jours dans la ville d’Abengourou, a été retrouvé ce 15 mai 2018, en fin de matinée, sans vie.

Le corps de l’infortuné enseignant a été découvert dans la broussaille non loin du lycée moderne d’Abengourou, au nord-ouest de la ville. Si pour l’heure, les conclusions de l’enquête ouverte par la police, ne sont pas encore connues, tout porte à croire qu’il a été assassiné par des inconnus.

Pour rappel, c’est le 9 mai dernier qu’Anoh Brou, instituteur âgé de 59 ans et tenant une classe de Cm2 au groupe scolaire Boko Kouao Eugène d’Abengourou, a quitté son école peu avant midi. Selon les témoignages, il serait allé à la rencontre d’un certain Ouattara qui lui avait vendu un terrain litigieux. Il s’agissait pour lui de réclamer à ce dernier, la somme de 2 millions de Fcfa, représentant le coût du terrain en question. Un terrain que l’enseignant devait acquérir pour le compte de sa congrégation religieuse.

Depuis ce temps, l’instituteur n’avait plus été revu. Pis, le nommé Ouattara, le vendeur du terrain à controverse, s’est lui aussi fondu dans la nature. En définitive, l’enseignant jugé sans histoires a été retrouvé mort. Les résultats des investigations de la police sont très attendus.

SOURCE : Fratmat.info

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ACTUALITE NATIONALE

Insécurité: Une jeune couturière de 18 ans, abusée sexuellement par cinq individus, dont deux élèves

Publié

on

Contrainte à la baignade par l’un de ses cousins (une offre qu’elle décline), la jeune fille est poussée dans l’eau, volontairement par son interlocuteur. Une situation qui profite aux autres membres du groupe dont les deux élèves.

Insécurité: Une jeune couturière de 18 ans, abusée sexuellement par cinq individus, dont deux élèves

Mlle Viviane Camara N’kong, une jeune couturière agée de 18 ans, a été abusée sexuellement par cinq individus, parmi lesquels, ses cousins et deux élèves, dimanche 09 septembre 2018 à Kafiné, à 18 kilomètres de Niakara.. L’un des élèves est en  5éme au lycée municipal de Niakara. L’information publiée par l’Agence ivoirienne de presse, précise qu’après l’agression, elle a été admise en soins intensifs et gardée en observation à l’hôpital général de Niakara. Pour l’heure, la source fait remarquer que la gendarmerie locale n’a pas encore été saisie d’une plainte relativement à cette affaire.

Retour sur les faits. Selon l’agence de presse, la jeune fille, qui avait fait la lessive  aux environs de 3 Km du village, est revenue plus tard, pour récupérer les vêtements séchés…. « C’est à son retour, seule, autour de 16h, pour  récupérer ses vêtements laissés au soleil qu’elle croise un groupe de cinq personnes en pleine baignade », a fait savoir Christiane Koné Clintioh, une connaissance de la victime. Contrainte à la baignade par l’un de ses cousins (une offre qu’elle décline), la jeune fille est poussée dans l’eau, volontairement par son interlocuteur. Une situation qui profite aux autres membres du groupe dont les deux élèves.

« La jeune fille est sortie de l’eau,déshabillée par ses bourreaux . Elle sera sexuellement abusée par les cinq individus au nombre desquels deux élèves dont un en  classe de 5éme au lycée municipal de Niakara, et ce,  en présence de gamins venus également se baigner. »

Isabelle Somian

Source: Fratmat

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Une vingtaine de morts dans la DREN de Divo en 2018

Publié

on

La direction régionale de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (DREDNETFP)  de Divo a enregistré une vingtaine de morts dont cinq professeurs et cinq instituteurs au cours de l’année scolaire 2017/2018, a-t-on appris jeudi, en marge de la traditionnelle réunion de rentrée.

Le dernier professeur décédé a péri dans un incendie avec sept membres de sa famille à quelques jours seulement de la nouvelle rentrée scolaire, indique-t-on.

Deux économes, celui de la Dren et celui du lycée Alphonse Assamoi sont au nombre de ces morts que pleure encore le monde éducatif de la région du Lôh-Djiboua et pour lesquels une minute de silence a été observée au cours de la rencontre.

Le Directeur régional, Touré Tiégbéman, a prié pour le repos des âmes des défunts et placé la nouvelle année sous scolaire sous la protection divine.

(AIP)

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture

ACTUALITE NATIONALE

Divo : affaire « un enseignant et tous ses enfants périssent dans l’incendie de leur maison » : Le juge bloque les corps et annule les inhumations

Publié

on

Initialement prévues le vendredi 31 août 2018, pour la veillée, et le lendemain samedi 1er septembre, pour les inhumations, au cimetière municipal de Divo, les obsèques des huit (8) victimes de l’incendie, survenu dans la nuit du 21 au 22 août 2018, au quartier Konankro-Château de Divo, ont finalement été annulées et reportées à une date ultérieure. Ce, sur instruction des juges.

Pour en savoir davantage, sur les raisons de cette annulation des obsèques, nous avons rencontré le substitut résident du procurent de la République, près la section du tribunal de Divo, Djellin N’Goran Siméon.

A relire: Incendie à Divo : 7 personnes trouvent la mort, des pompiers civils molestés

« Les corps sont sous la main de la justice. Ces dates avaient été décidées par les parents, sans informer la justice. C’est une mort violente. Le juge d’instruction a été saisi pour mener une enquête, en vue de déterminer les causes exactes de cet incendie. Et depuis trois jours, la police scientifique est sur les lieux de l’incendie de la maison. Elle est et à pied d’œuvre, à Divo, pour investiguer et chercher les vraies causes de cet incendie. C’est à l’issue de leur rapport que le juge d’instruction décidera de l’opportunité de la remise des corps aux parents », recadre l’autorité judiciaire.

Rappelons que la nuit des faits, c’est en compagnie de sept (7) enfants dont quatre (4) des siens, que Bahi Yo Yves, professeur de Svt au lycée moderne 1 de Divo, a péri dans l’incendie de sa maison. Seule son épouse N’Guessan Ahou a échappé aux flammes meurtrières. Et elle le doit à la Providence. Vu qu’elle était absente du domicile conjugal et se retrouvait à Abidjan, au chevet de sa mère malade.

Soumaïla BAKAYO (Correspondant régional)

Source: Linfodrome

Facebook / Laisser un commentaire
Continuer la lecture
Publicité

NOS PARTENAIRES

Abonnez-vous à votre newsletters.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à PlaneteSchool et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 7 676 autres abonnés

VIDÉO À LA UNE

Publicité

Facebook

Tweets

Publicité

Produits en BOUTIQUE

Produits les mieux notés

Publicité

LES + LUS DE LA SEMAINE